Aller au contenu principal

Doux : et après ?

Le tribunal de commerce de Quimper a validé le lundi les offres de reprise partielle de cinq des huit sites du pôle frais du groupe Doux. Les offres validées permettent de sauver 130 emplois sur un total de 243 sur le site de Blancafort, repris par le groupe Glon Sanders, 135 emplois sur 407 à Pleucadeuc, repris par Doux par le biais de sa société Galina. À Laval ce sont les 303 emplois du site qui sont repris dans leur totalité par le groupe LDC, qui reprend également 60 emplois sur 177 du site de Sérent. Glon Sanders et Duc reprennent à Boynes 95 emplois sur 170. Ces chiffres comprennent les CDI, mais aussi les CDD employés sur chaque site. Deux autres petits sites de Doux, qui ne font pas partie du pôle frais, Amilly (poussins) et Clémont (aliment) sont également repris par Glon Sanders et Duc ensemble pour un total de 23 emplois sauvegardés sur 33. Les trois autres sites du pôle frais ne bénéficiaient pas d'offre de reprise et sont donc liquidés : Graincourt (Pas-de-Calais), La Vraie-Croix (Morbihan) et Le Pontet (Vaucluse). Au total, environ 700 emplois sur 1 700 devraient être repris. Concernant les autres activités du groupe en faillite (export et produits élaborés), le tribunal a fixé la période d'observation jusqu'au 30 novembre. Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire a certifié qu'un accompagnement personnalisé va être mis en place avec notamment le versement de 100 % des salaires pendant un an pour les salariés licenciés. Une "cellule d'appui" sera par ailleurs installée sur chaque site où des licenciements auront lieu. En ouvrant le Space, Jean-Michel Lemétayer a affirmé que "je comprends la détresse des salariés de Doux". "Mais je pense que c'est avant tout le moment de s'interroger sur l'avenir de la filière. Il y a de la place pour une filière avicole dynamique. S'il y a reconquête des marchés, il y aura de nouveau des emplois", affirme Jean-Michel Lemétayer. Celui-ci estime que la situation de Doux ne doit pas être interprétée comme le symbole d'une filière en crise. "On est dans une situation plus complexe, assure-t-il. Le marché des produits animaux évolue positivement, et tant que les productions animales évolueront au rythme des productions végétales, nous ne serons pas en situation de crise". "Il est trop tôt pour dire si les outils industriels restant pourront absorber la production actuelle", estime Pierre-Yves Lozahic, président de l'association des éleveurs, qui attend lui aussi une reconquête du marché intérieur en frais.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité