Aller au contenu principal

1ère fontaine à lait des Côtes d’Armor
Du lait frais à toute heure

La 1ère fontaine à lait des Côtes d’Armor et son propriétaire, Alain Desbois dans le centre de Ploufragan. Du 11 au 31 mars, l’éleveur sera présent sur le site pour expliquer le fonctionnement, les mercredis et samedis matin de 9h30 à 11h30 ; les mercredis et vendredis soir de 17h15 à 19h.
La 1ère fontaine à lait des Côtes d’Armor et son propriétaire, Alain Desbois dans le centre de Ploufragan. Du 11 au 31 mars, l’éleveur sera présent sur le site pour expliquer le fonctionnement, les mercredis et samedis matin de 9h30 à 11h30 ; les mercredis et vendredis soir de 17h15 à 19h.
© terranet

Du lait frais disponible 24h/24 en libre service, c'est possible. Le 1er distributeur de lait cru des Côtes d'Armor se situe en plein bourg de Ploufragan. Au rond-point de la Fontaine Morin, c'est un joli chalet en bois qui abrite la fontaine. On peut s'y rendre avec sa propre bouteille ou, si besoin, des bouteilles en verre sont à disposition. C'est simple et puis la démarche est bien expliquée. Une fois que l'on a inséré dans le distributeur ses pièces de monnaie ou sa carte de recharge, la machine peut délivrer un litre de lait, mais aussi 10, 20 ou 50 cl. La quantité dépend du montant du paiement : avec un euro, on remplit une bouteille de un litre.
En direct, le lait de la traite du matin
C'est en lisant le journal que le producteur tombe sur une publicité pour la vente de lait en distributeur. L'idée le séduit, il contacte la chambre d'agriculture à Rennes. « Seul sur l'exploitation, je voulais me diversifier et non m'agrandir », explique-t-il. « Les gens ne viennent plus à la ferme, alors on va vers eux ». Alain Desbois est un producteur de lait qui a décidé de tirer partie de la proximité du centre urbain. A 1,5 km à peine du centre de Ploufragan, ses 38 laitières ruminent tranquillement sur la ferme de la Rosée. Tous les jours, après la traite du matin, l'éleveur transporte le lait refroidi sur l'exploitation dans un tank de 280 litres qu'il place dans sa voiture avant de se rendre au distributeur et remplacer le tank installé la veille dans l'armoire frigorifique. Un plan de maîtrise sanitaire encadré et évalué par la DDSV accompagne l'éleveur dans son projet. Selon la législation, le lait ainsi consommé dispose d'une DLC de 48 h. L'objectif de l'éleveur : écouler au minimum 80 litres par jour « pour rentabiliser la machine » d'un projet global qui revient à 50 000 €.
Il n'est pas le seul à trouver l'idée intéressante puisqu'une association d'une trentaine de producteurs est créée en juin 2008, « Producteurs Bretagne Lait frais », qui travaille à la faisabilité du projet : enquête consommateur, communication, financement, faisabilité économique... Les impressions des 1ers curieux sont plutôt encourageantes. Comme cette dame, qui lance : « c'est une bonne initiative, on va pouvoir faire de vrais caillés ». Qu'il est bon de voir la campagne s'inviter en ville.
Du lait frais disponible 24h/24 en libre service, c'est possible. Le 1er distributeur de lait cru des Côtes d'Armor se situe en plein bourg de Ploufragan. Au rond-point de la Fontaine Morin, c'est un joli chalet en bois qui abrite la fontaine. On peut s'y rendre avec sa propre bouteille ou, si besoin, des bouteilles en verre sont à disposition. C'est simple et puis la démarche est bien expliquée. Une fois que l'on a inséré dans le distributeur ses pièces de monnaie ou sa carte de recharge, la machine peut délivrer un litre de lait, mais aussi 10, 20 ou 50 cl. La quantité dépend du montant du paiement : avec un euro, on remplit une bouteille de un litre.
En direct, le lait de la traite du matin
C'est en lisant le journal que le producteur tombe sur une publicité pour la vente de lait en distributeur. L'idée le séduit, il contacte la chambre d'agriculture à Rennes. « Seul sur l'exploitation, je voulais me diversifier et non m'agrandir », explique-t-il. « Les gens ne viennent plus à la ferme, alors on va vers eux ». Alain Desbois est un producteur de lait qui a décidé de tirer partie de la proximité du centre urbain. A 1,5 km à peine du centre de Ploufragan, ses 38 laitières ruminent tranquillement sur la ferme de la Rosée. Tous les jours, après la traite du matin, l'éleveur transporte le lait refroidi sur l'exploitation dans un tank de 280 litres qu'il place dans sa voiture avant de se rendre au distributeur et remplacer le tank installé la veille dans l'armoire frigorifique. Un plan de maîtrise sanitaire encadré et évalué par la DDSV accompagne l'éleveur dans son projet. Selon la législation, le lait ainsi consommé dispose d'une DLC de 48 h. L'objectif de l'éleveur : écouler au minimum 80 litres par jour « pour rentabiliser la machine » d'un projet global qui revient à 50 000 €.
Il n'est pas le seul à trouver l'idée intéressante puisqu'une association d'une trentaine de producteurs est créée en juin 2008, « Producteurs Bretagne Lait frais », qui travaille à la faisabilité du projet : enquête consommateur, communication, financement, faisabilité économique... Les impressions des 1ers curieux sont plutôt encourageantes. Comme cette dame, qui lance : « c'est une bonne initiative, on va pouvoir faire de vrais caillés ». Qu'il est bon de voir la campagne s'inviter en ville.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité