Aller au contenu principal

Mission Afdi
D'un monde à l'autre, entre subsistance et partage

Engagée auprès du Mali, l'Afdi Bretagne poursuit sa mission d'accompagnement à la formation. De retour de la région de Ségou, Jean-Jacques Poëzévara précise les besoins et livre ses impressions.

La délégation Afdi au Mali accueillie par des responsables de l'AOPP et d'OP.
La délégation Afdi au Mali accueillie par des responsables de l'AOPP et d'OP.
© terranet

Un groupe de travail de l'association Afdi vient boucler un périple de 10 jours au Mali. Objectif de la mission : déterminer les besoins en formation des agriculteurs. Le Mali est l'un des pays les plus pauvres au monde. Depuis plus de 25 ans, l'Afdi Bretagne a noué des liens forts avec les paysans maliens de la région de Ségou. Ici, l'AOPPR, l'association des organisations professionnelles paysannes régionale de Ségou, regroupe 33 OP (organisations paysannes). Depuis le début de son implication, l'Afdi a fait le choix, non pas d'aide matérielle, mais d'un accompagnement à la formation et à l'organisation.
Impliqué dans le groupe de travail, Jean-Jacques Poëzévara, membre de l'Afdi depuis bientôt 10 ans s'est rendu sur place pour la première fois. Reçu par l'animateur de l'AOPPR et les responsables professionnels locaux, le président de la FDSEA a découvert une autre réalité, loin de l'opulence et du profit. Après plus d'une vingtaine de réunions, les besoins en formation sont peu à peu apparus. La formation technique n'est pas envisageable aujourd'hui. "Avec seulement 3 mois de pluie de juin à août, compte tenu du pays, de son climat et de sa culture, il est impensable de transposer notre modèle agricole au Mali", souligne Jean-Jacques Poëzévara. "Il est évident que les paysans maliens aujourd'hui veulent acquérir leur propre autonomie". Savoir gérer les stocks, anticiper les dépenses, éviter la pénurie alimentaire. A cela s'ajoutent d'autres difficultés. "Ici, le foncier appartient à l'Etat. La pérennité des exploitations est un problème". Etre indépendant, c'est aussi se structurer, comprendre comment fonctionne une coopérative, un syndicat, une chambre d'agriculture, un système bancaire... Le but poursuivi : vulgariser la formation directement sur le terrain grâce à un noyau dur, composé d'agriculteurs élus et d'animateurs formés.

Pauvreté, partage et solidarité
Premier séjour, premières impressions. Le président de la FDSEA s'est dit impressionné par la culture malienne. "J'ai découvert un monde de survie fait d'hommes et de femmes heureux, chaleureux qui malgré les difficultés savent partager le peu qu'ils possèdent. Sans jamais se plaindre". Une belle leçon de vie et de solidarité... à méditer.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité