Aller au contenu principal

Echanger des parcelles pour gagner en efficacité de travail

Pourquoi continuer à travailler avec des parcelles éloignées et dispersées quand, par des échanges parcellaires, les agriculteurs peuvent optimiser le fonctionnement de leur exploitation.

L'évolution du paysage agricole et l'agrandissement des exploitations ont déstructuré les parcellaires. Pas facile de travailler efficacement quand ses parcelles sont distantes et morcelées. D'autant moins en élevage laitier. La profession a donc fait de la restructuration parcellaire un objectif du PAD. "Avoir un parcellaire regroupé autour du siège d'exploitation permet de gagner en efficacité économique, par une réduction des coûts de transport et une augmentation du pâturage, souligne Jean Luc Fossé, vice-président de la chambre d'agriculture. Ca a aussi un impact sur l'environnement en réduisant les transports et les nuisances sur la route". Pour arriver à regrouper le parcellaire, le plus simple est d'échanger des parcelles, en propriété ou en fermage. Reste à convaincre les exploitants et à lever les freins juridiques et administratifs. La chambre d'agriculture s'est attelée à ce travail d'aménagement du territoire. Des rencontres avec l'administration ont permis de clarifier les impacts des échanges parcellaires sur les DPU, les quotas... "Comme les échanges se font à surface égale, cela n'a pas d'impact sur les aides", rappelle Jean Luc Fossé. Le seuil du 1/5e de la surface louée a été levé (voir ci-contre).
Testé et approuvé à Bain

A Bain de Bretagne, des agriculteurs se sont lancés dans l'échange parcellaire depuis fin 2006. Une enquête a montré qu'un quart des agriculteurs de la communes était intéressé par des échanges. Un comité de pilotage réunissant des agriculteurs et des élus, avec l'appui de la chambre d'agriculture, a mis au point une méthode de travail. "Nous avons cartographié la commune avec les parcelles des agriculteurs prêts à faire des échanges, explique Dominique Fourrage, agriculteur membre de ce comité de pilotage. On a fait une bourse d'échanges pour identifier par petits secteurs les parcelles échangeables, leur surface. Ensemble, on fait plusieurs scénarios pour trouver celui où tous seraient gagnants". Les échanges se font à surface égale, sans tenir compte de la valeur des terres."J'ai augmenté la surface directement accessible par les vaches, explique Jean Pierre Héluard. Certes, la parcelle est plus humide mais j'y ai gagné en confort de travail. Mon voisin, producteur de porcs, y a gagné aussi car il a échangé une parcelle en pente contre une parcelle épandable. Au final, nous nous y retrouvons tous les deux". Quand les échanges portent sur des parcelles en location, les bailleurs doivent en informer les propriétaires. En cas de parcelles en propriété, une aide du Conseil général prendra en charge les frais de notaire et de géomètre.
Tous s'y retrouvent dans ce projet, y compris la commune. "Les élus sont favorable à ce projet car l'aménagement parcellaire est un plus pour maintenir une agriculture dynamique, estime M. Vigour, le maire de Bain. C'est aux agriculteurs de faire ce qu'ils pensent nécessaire, rien n'est imposé". A ce jour, 75ha ont été échangés chez 12 agriculteurs. D'autres communes, comme Langon ou Sainte Marie de Redon, se lancent. Les collectivités locales, communes et conseil général, apportent leur concours financier à ces actions concertées.

La chambre d'agriculture va éditer un guide d'accompagnement pour faire connaitre ces réalisations, en expliquer les mécanismes, en lever les freins. "Le foncier reste un sujet sensible. Il faut faire les échanges parcellaires avec doigté et technique, souligne Jean Luc Fossé. Vis-à-vis de nos concitoyens, il faut aussi casser l'image de remembrement araseur de talus et expliquer l'intérêt de ces échanges".

Réduire la distance et les coûts

Un îlot de blé de 15ha demande 37h sur la route s'il est à 5km de l'exploitation, 111h s'il est à 15km.
15ha de maïs à 5km qui reçoivent du maïs, c'est 1200 km de transport, soit 630 euros.
Quand la surface pâturable augmente de 30 à 45 ares par vache, le coût nourrie-logée peut baisser de 20€/1000 litres.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité