Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

EÏLYPS se donne un leitmotiv : innover pour durer

Avec la fusion de Bovins croissance 35 et de Bretagne Conseil Élevage Ille-et-Vilaine, EÏLYPS était née le 20 juin 2012. Un an plus tard, c’était l’heure du bilan avec la première assemblée générale. Une journée tournée vers l’avenir des filières lait et viande et notamment la fin des quotas laitiers en 2015, avec un leitmotiv : innover est facteur de durabilité. EÏLYPS compte bien accompagner ses éleveurs sur cette voie.

Mardi 4 juin à Pacé, EÏLYPS organisait sa première assemblée générale. Et à cette occasion, son président, Pierrick Cotto et son vice-président, Victor Lebossé, n’ont pas manqué de mettre l’accent sur leur objectif pour les fi lières : innover ! Face à la fi n des quotas laitiers en 2015 pour Victor Lebossé, "c’est une logique d’entreprise qui va s’inviter dans les exploitations laitières, c’est-à-dire un esprit d’initiative, d’innovation et de créativité". En 2012, les temps forts d’EÏLYPS furent, bien entendu, la mise en oeuvre du plan stratégique 2015, mais, également, le renforcement de Ouest conseil élevage et l’adaptation de ces orientations stratégiques sur le terrain, en formant les équipes et en modernisant les outils. Début 2013, deux gammes de services ont été lancées : une gamme consultant, qui permet aux éleveurs d’accéder à une expertise en nutrition, reproduction, robot, qualité du lait, économie et génétique ; et une gamme duo, pour profi ter du savoir-faire technico-économique du conseiller et de l’expertise en consultant. Avec 3 740 adhérents, EÏLYPS marque une légère baisse de 2,2 % fi n 2012.

L’innovation et la promotion du produit laitier : les enjeux de demain

Pour appuyer sur cet objectif, "innover, facteur de durabilité", le conseil d’administration avait invité Freddy Thiburce, directeur du Centre culinaire contemporain à Rennes. "J’ai recherché les valeurs que nous avions en commun, explique t-il. Très rapidement, l’innovation s’est imposée. Nous devons être un acteur à part entière de la dynamique des marchés et d’une meilleure valorisation de l’élevage". Avec un autre objectif commun : l’ancrage au territoire rennais, un technopole laitier comptant 350 ingénieurs agronomes et technologues laitiers. L’idée de Centre culinaire contemporain est d’ailleurs venue de l’envie de créer une plate-forme d’ingénierie culinaire en s’adressant directement aux professionnels de la fi lière lait, entre autres. Et Freddy Thiburce, ancien salarié de l’inter-profession laitière, se sentait toute légitimité à lancer cette initiative.

Réhabiliter le beurre et développer l’usage des produits laitiers en cuisine

 

La première mission que s’est fixé cette plate-forme est de "défendre l’usage du beurre en cuisine". Sur ce point, Freddy Thiburce est intarissable et n’hésite pas à sortir les chiffres : "le beurre, c’est 82% de matières grasses, l’huile d’olive 100 %". Pour lui, il est indispensable de réhabiliter son usage, "symbole de la tradition et du patrimoine culinaire français". Et pour ce faire, le centre culinaire fait preuve de créativité pour inventer ou réinventer des recettes à base de beurre. Pour faire circuler ses innovations, le centre ne manque pas de ressources : médiatisation, cours de cuisine, lobbying auprès des écoles hôtelières et des chefs… Au-delà de la promotion des produits laitiers du grand ouest, le centre culinaire est surtout un "laboratoire vivant qui effectue des expérimentations grandeurs nature en associant la recherche et développement et le marketing, la RMD". Il s’agit d’un lieu pour créer de nouvelles recettes, les tester, imaginer de nouveaux produits, en lien avec les producteurs, l’industrie agroalimentaire, les GMS et les restaurateurs. "Les fi lières du manger, selon l’expression du directeur. Nous devons aller vers une logique d’usage du produit, pour trouver la valeur ajoutée". Le centre culinaire contemporain de Rennes se veut donc une vitrine pour les produits locaux, produits laitiers en tête.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Le texte du gouvernement sur les ZNT fait l'unanimité... contre lui
Le gouvernement a publié, le 29 décembre au Journal officiel (JO), l’arrêté et le décret instaurant les nouvelles zones de non-…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Publicité