Aller au contenu principal

Elections MSA: le Morbihan décroche

Décevante, telle restera la participation des électeurs morbihannais au scrutin de janvier 2010 de la MSA du Morbihan, avec un taux de participation de 33,62 %, tous collèges confondus. Un retrait de 15 % moins que le score atteint en 2005. Le taux départemental reste le plus bas d'une Bretagne affichant une participation de 36,26 % quand la France est à 39,15 %. Tentative d'explications.

Au centre Didier Le Pimpec lors du dépouillement du scrutin
Au centre Didier Le Pimpec lors du dépouillement du scrutin
© claire le clève

 

 

Difficile de trouver une réponse au décrochement du Morbihan dans la participation de ses électeurs au dernier scrutin. "On a beau tourner la question dans tous les sens,  à tête reposée, nous restons surpris des résultats", avoue Didier Le Pimpec. Et pour cause. Quand plus d'un exploitant sur deux (52, 84 %) marquait son attachement à ce régime agricole en 2005, un peu plus du tiers (37,73) a mis son bulletin vote dans la boite aux lettres en ce début d'année. Une baisse de 15 points. Baisse également importante pour le collège des employeurs, collège n° 3, passant de 45,3 % des inscrits en 2005 à 32,19%. Cependant, ces deux collèges traditionnellement les plus impliqués dans cette élection, le demeurent malgré tout. Erosion forte de la participation également pour les salariés du régime agricoles qui de 43, 95 % des inscrits en 2005 n'ont été que 28,28 % à voter.   "En 2009, toutes les productions, à l'exception de la volaille et encore, ont été marquées par une crise sans précédent, nous savions que nous allions avoir une baisse, mais pas de cette ampleur", constate le maraîcher de Priziac qui, le 18 mars prochain, remettra son mandat à l'occasion de l'assemblée générale élective de la MSA des portes de Bretagne. Morbihan et Ille et Vilaine scelleront définitivement leur sort à cette occasion.

 

Réexpliquer ce qu'est la MSA

 

Crise laitière, crise porcine… "Dans ce contexte, l'effet de l'assiette minimum des cotisations est mal perçu quand les revenus sont faibles", relève Didier  Le Pimpec qui regrette "amalgames et discours simplistes qui visent à considérer qu'une assurance sur la personne, c'est toujours trop cher mais personne ne remet en cause celle sur les biens et les bâtiments. Les cotisations sociales, c'est l'assurance maladie hors personne ne souhaite la voir disparaître" rappelle-il. Même interrogation à l'égard de la désaffection des salariés. "Nous avons mis en place une action sur l'impact des formes de management sur la santé des salariés. Cette action a été très suivie, la MSA devant accompagner les entreprises qui le souhaitaient. C'est la preuve de l'importance du rôle des salariés dans le conseil d'administration de la MSA", souligne t-il. Car, face à de tels résultats le doute pourrait être permis quant à l'attachement des ressortissants de la MSA à leur régime particulier. Et c'est bien, à terme, l'enjeu de ce scrutin. Pour inverser la tendance, explications et communication "devront être accentués", à moins que l'explication d'un tel décrochage soit à chercher ailleurs.

Claire Le Clève

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité