Aller au contenu principal

Emploi : tension en production animale

Plus d’offres, plus de postes, plus de candidats, le marché de l’emploi agricole a été dynamique en 2017. Le nombre de salariés ne cesse de croître dans les exploitations. Encore plus 5,8 % depuis 2013. Mais il faut plus de temps pour trouver la perle rare de moins en moins formée à l’agriculture.

Louise Maurice, aux côtés de Jean-Claude Foucraut président de l’Anefa Bretagne et Daniel Audo de l’Anefa Morbihan.
Louise Maurice, aux côtés de Jean-Claude Foucraut président de l’Anefa Bretagne et Daniel Audo de l’Anefa Morbihan.
© Terra

"Il faut trois mois pour trouver un salarié aujourd’hui en production animale", pointe Louise Maurice, jeune recrue de l’Anefa de Bretagne, chargée de projet. Et la concurrence est féroce entre secteurs dans des régions, "où comme Ploërmel ou Pontivy, on peut considérer que c’est le plein emploi", cadre Jean-Luc Foucraut président de la bourse régionale de l’emploi qui observe 14 % d’offres supplémentaires et 4 % de candidats en plus. Ainsi, l’année 2017 a été qualifiée de "dynamique sur le marché de l’emploi", lundi dernier à Vannes, lors de la journée qui était dédiée à cette thématique devenue cruciale. Avec les 38 175 exploitants que comptait la Bretagne en 2016 (-5,3 % par rapport à 2013), 69 982 salariés (soit 28 336 équivalents temps pleins, 5,8 % de plus qu’en 2013) pour près de 122 000 contrats dont plus de 20 % en CDI.

L'agriculture attire

En 2017, 2 221 offres ont été proposées en Bretagne correspondant à 3 641 postes sur lesquels 2 475 candidats ont postulé. Ce sont 14 % d’offres supplémentaires et 5 % de placements en plus mais "la tension touche tous les secteurs. L’indicateur, c’est le délai pour recruter, il a augmenté d’une semaine", constate Louise Maurice pointant 38 % d’offres de recrutements en lait supplémentaires dans le Morbihan. Si l’anticipation est de rigueur, elle ne suffit pas. L’agriculture attire des candidats à 80 % non issus du milieu agricole et dont 58 % n’ont aucun diplôme agricole. "C’est l’inverse de ce que recherchent les exploitants !", note Jean-Claude Foucraut. Comment assurer l’employabilité de ces nouvelles recrues ? La réponse passe par la formation, "notamment dans nos centres de la chambre d’agriculture", attendent les responsables professionnels.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité