Aller au contenu principal

4e conférence régionale agricole
En attendant le réforme de la PAC

Lundi dernier, se tenait à Rennes la 4e conférence régionale agricole initiée par le préfet de région Michel Cadot, qui visait à faire le bilan des premières actions engagées dans le cadre du PAAR (Plan agricole et agroalimentaire régional), à fixer aussi les ambitions et les actions qui seront conduites en 2012. La perspective de la réforme de la PAC 2013 fournit un prétexte supplémentaire à cette large réflexion, qui consiste à anticiper, préparer et conduire un grand projet agricole et agroalimentaire breton.

 

Le PAAR a vu le jour en décembre 2010. Il avait été écrit sous forme de 4 grands axes de travail déclinés en 18 actions concrètes à conduire : inscrire l'agriculture et l'agro-alimentaire dans les grands enjeux de société, renforcer la compétitivité des secteurs agricoles et forestier, accroître la valeur ajoutée des filières, mobiliser les acteurs professionnels, les collectivités et l'Etat pour réussir l'adaptation du secteur agricole et agro-alimentaire.

 

En ce premier froid lundi de février, Michel Cadot a réuni l'ensemble des professionnels qui avaient contribué à la mise en oeuvre de ces actions. Depuis l'emploi en passant par le développement de la méthanisation, la mise en place de stratégies économes en foncier, l'échelon régional peut être pertinent en termes de réflexion et d'action. Et d'ailleurs, les contributions des groupes de travail s'accumulent pour structurer et définir de nouvelles actions.

 

Ce travail régional, qui va se poursuivre, se veut aussi fédérateur des différentes réflexions régionales qui ont été conduites, d'une part par le conseil de l'agriculture régional et les chambres d'agriculture qui ont validé un projet agricole régional, le conseil régional au travers de sa réflexion "Nouvelle alliance", et des industries agro alimentaires qui, par Olivier Clanchin, apportent leur pierre à l'édifice.

 

 

Ils ont dit...

Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d'agriculture.

"La profession a souhaité que l'état porte ce projet agricole et agroalimentaire régional. Il est temps d'avoir une vision commune, partagée, au lieu de gérer des conflits, notamment sur ce qu'il convient de faire sur notre territoire. L'agriculture est un acteur économique essentiel. Il est plus que temps d'arrêter les oppositions stériles".

"Au niveau économique, oui, il y a des gens qui souffrent et que l'on n'entend pas forcément. 4 années de crise en porc vont laisser des traces importantes".

"Au niveau environnemental le mille feuilles administratif est devenu incompréhensible. En tant que producteur de lait, je ne peux pas utiliser des effluents de mon voisin producteur de porc et je dois acheter de l'azote minéral. Plus de règles, ce n'est pas forcément plus de contraintes. Il faudrait plus de compréhension, plus de facilité, de souplesse".

 

Michel Morin, vice-président du conseil régional.

"La réflexion de la région dans le cadre de la "Nouvelle alliance" a porté sur 56 engagements. La moitié a été mise en oeuvre et ils ont de nombreux points communs avec la réflexion du PAAR. On retrouve ainsi le pass bio, le développement de la méthanisation, qui font partie des dossiers sur lesquels la région à compétence".

 

Olivier Clanchin

"Il n'y aura des industries agro alimentaires que si on a un tissu agricole et rural important, demain. Le projet agricole et agro alimentaire régional est un lieu d'échange et de concertation. Cette dernière doit permettre de regrouper toutes les forces autour d'une dynamique commune. Le PAAR traite de beaucoup de sujets pas toujours faciles, l'essentiel étant de se concerter, d'aboutir à des travaux opérationnels, des axes d'amélioration, diffusables au plus grand nombre, et mis en oeuvre par les différents réseaux".

 

Laurent Kerlir

Sur le dossier des zones humides, un travail important s'amorce. L'idée est d'éviter un nouveau millefeuille administratif, de répondre aux attentes environnementales tout en préservant les possibilités de travail des agriculteurs. Ce PAAR permet des échanges, et de se mettre d'accord sur des objectifs communs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité