Aller au contenu principal

Enquête avicole 2016, en moyenne de bons résultats, mais de fortes disparités

Les résultats de cette nouvelle enquête sont corrects, avec une marge brute annuelle qui progresse dans la majorité des productions. Les performances techniques se maintiennent à un bon niveau, les rotations restent élevées, et les charges ont tendance à diminuer notamment en lien avec la baisse des dépenses de chauffage. Mais ces résultats moyens cachent de fortes disparités.

Dans certains territoires, les vides sanitaires peuvent s’allonger fortement, voire certains élevages ne sont plus remplis. Ces derniers éleveurs ne participent donc pas à l’enquête, et ne sont pas inclus dans nos références. Il est à noter également que des lots de dindes ont été stockés sur pattes jusqu’à plus de 25 semaines, avec des performances médiocres.

Enfin, à l’heure où les résultats sont publiés, la France n’a toujours pas retrouvé le statut indemne d’influenza aviaire et a vécu le deuxième hiver d’affilée avec une épizootie sur son territoire. Il est aujourd’hui nécessaire que tous les acteurs des filières avicoles améliorent les pratiques pour éviter un troisième hiver, qui mettrait encore plus à mal les filières avicoles qui souffrent depuis fin 2015.

Stabilisation en poulet export

Si les vides sanitaires en poulet export augmentent légèrement, ils restent courts avec en moyenne 12,4 jours. Les performances stagnent et montrent peu d’évolutions cette année. La marge poussin aliment ramenée au kilo diminue de nouveau, et au final les résultats se maintiennent grâce à la productivité toujours en augmentation. Malgré la baisse des dépenses de chauffage, les charges variables augmentent légèrement et la marge brute annuelle reste stable.

Bonne année pour le poulet standard, résultats en baisse pour le lourd

L’année a été bonne pour la production de poulet standard, tant au niveau des performances que des marges. La marge brute annuelle gagne plus de 1,3 €/m². Il est à noter que cette production devient plus rare en Bretagne, et qu’elle se relocalise dans les Pays de la Loire.

L’évolution des résultats en poulets lourds est plus contrastée, la marge brute augmente de 2 €/m² pour la production non sexée et baisse de 1 €/m² pour les lots sexés. L’écart de marge entre lots sexé ou non se réduit donc. L’augmentation de la durée des vides sanitaires et la baisse de la marge poussin aliment ramenée au kilo expliquent en partie ces résultats.

L'année aurait pu être bonne en dindes...

Pour les lots de dindes standards, nous notons une augmentation de la marge poussin aliment au kilo, liée entre autre à des revalorisations de contrats, pour motiver les aviculteurs à produire de la dinde. La marge brute progresse de 2 €/m²/an, ce qui la place à un niveau plus proche de ce qui est observé en poulet standard. Malheureu-sement des problèmes de débouchés, pour des dindonneaux qui devaient partir à l’export, ont conduit à garder des lots de dindes en bâtiment jusqu’à dix semaines de plus que prévu. L’impact de cet allongement de la durée des lots est présenté en tableau.

Le canard de barbarie reprend des couleurs

L’année 2016 a été bonne pour les producteurs de canards de chair. La productivité annuelle augmente fortement, en lien avec un raccourcissement des vides sanitaires de près d’une semaine. Les éleveurs enquêtés ont également été moins touchés par les problèmes sanitaires, notamment la parvovirose qui sévit depuis plusieurs années. L’inquiétude dans la filière porte actuellement sur le maintien du parc, avec très peu de constructions de bâtiments neufs.

Légère baisse en poulet label, compensée par du mieux en pintade

Nous notons un repli de la marge poussin aliment ramenée au kilo, mais qui est très dépendant de la structure avec laquelle travaillent les éleveurs. La rotation qui reste assez rapide et la baisse des charges variables limitent l’impact négatif de la baisse de la marge poussin aliment. La marge brute annuelle perd 0,20 €/m² en production de poulet label et s’accroit de 1 €/m² en production de pintades. La possibilité d’alterner différentes productions dans les bâtiments reste un gage de vides courts pour les éleveurs.

Le mois de décembre a été marqué par le confinement obligatoire des volailles plein air. Pour les quelques lots de volailles label abattues en décembre, et donc confinées durant les dernières semaines d’élevage, nous ne notons pas de gros impact négatif sur les taux de pertes, de saisies ou de déclassées. Un plus gros travail pourra être fait l’an prochain sur un nombre de lots claustrés beaucoup plus important.

Le solde disponible se redresse légèrement

Au niveau des charges, l’évolution la plus importante de l’année 2016 est la baisse du prix du gaz. Son tarif était situé entre 638 et 600 € HT au premier et second semestre contre plus de 700 € l’an dernier et un pic à 881 € au premier semestre 2014.

Du côté des charges de structure, les charges fixes s’élèvent à 9,41 €/m²/an pour les charges fixes et 10,59 €/m²/an pour le poste autofinancement+ annuités. Malgré cette hausse, le solde disponible s’améliore légèrement si l’on prend en compte l’ensemble des productions. Mais ces baisses de charge ne sont pas durables, faisant craindre une dégradation des marges.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité