Aller au contenu principal

Agriculture et chasse
Ensemble pour la biodiversité

Chasseurs et agriculteurs, partenaires, mettent en place un réseau de 11 fermes de démonstration en Bretagne. Un lieu ou sera observé, au travers des pratiques simples, la biodiversité ordinaire. A venir, des actions pour l'améliorer et diffuser des pratiques concrètes. Démonstration au gaec laitier du Lirey, à Theix (56).

 

 

Enclavé entre 4 voies, bourg, étang avec captage et bras de mer, le Gaec laitier du Lirey sur Theix, a intégré le réseau des fermes pilotes pour le développement de la biodiversité en Bretagne. Elles sont 6 dans le Morbihan à avoir fait ce choix. Un choix de raison, motivé par les options déjà prises par les associés de ce Gaec. 80 vaches y produisent une référence laitière de 630 000 litres sur 150 Ha. «60 % de l'exploitation est sur la bande (littorale) d'interdiction d'épandage des 500 m. Alors pour mieux valoriser nos terres, nous avons signé un contrat avec cap 2000 et les ostréiculteurs». Bilan, 33 ha épandables récupérés, de la matière organique apportée avec le compost et des sols mieux travaillé par les lombrics. Au Gaec de Lirey, on travaille en doses phytosanitaires réduites, «j'ai appris à observer», avec GPS pour piloter au mieux les traitements, en îlots pour limiter les déplacements...Après déjà 8 km de haies plantées, Lionel Cario et son associé comptent investir dans de nouvelles plantations l'an prochain. »Oui, il y a des contraintes mais je pars du principe qu'il y à des choses positives à en tirer », enchaîne, optimiste, cet éleveur installé depuis 1988.

 

Se préparer au verdissement de la Pac

Alors pourquoi s'intéresser à la biodiversité ? Pragmatique, il répond « parce qu'on parle de verdissement de la PAC et que je veux m'y préparer et puis je vois des espèces revenir, la perdrix par exemple». Pourtant, l'agriculteur n'a pas attendu la démarche conjointe de la Chambre d'agriculture du Morbihan et de la Fédération de chasse, pour s'interroger. «Je pratique les techniques culturales sans labour, mes sols sont mieux. Les couverts végétaux, cela fait des années que j'en implante avec de l'avoine que je fais pâturer. Cela compense car nous sommes en zone séchante.», égraine t-il. Alors, après un diagnostic, quand quand Véronique Vincent, conseillère environnement à la Chambre d'agriculture lui a proposé de scinder en deux une grande parcelle par l'implantation de bande enherbée, «Je n'ai pas hésité, j'avais vu à la Station expérimentale de Kerguéhennec l'action des bandes enherbées contre l'érosion ou dans le captage des phytos. Alors si en plus cela représente une zone où les carabes et autres auxiliaires de cultures peuvent se développer contre les ravageurs, c'est positif », estime cet agriculteur qui n'est pourtant pas chasseur.

 

Apporter des réponses

Malgré tout, en favorisant la biodiversité, «sans pénaliser le revenu, ni modifier la productivité, on favorise tous les autres maillons de la chaîne alimentaire et donc le petit gibier », pointent de concert les responsables des fédérations de chasse, Guy Bonnefous et Pierre Menez. En occupant plus de 60 % du territoire, «les agriculteurs sont des acteurs de la biodiversité et des gestionnaires de l'espace», estime Jean-Pierre Le Bihan de la Crab. Il pointe l'évolution constante des pratiques par une meilleure prise en compte de l'environnement. Alors, au travers de cette convention et des fermes pilotes servant d'observatoire pour identifier les éléments de biodiversités et les pratiques qui les entretiennent, Laurent Kerlir de la FRSEA estime que «  nous pourrons apporter des réponses concrètes pour les agriculteurs. Il faut démystifier cela. C'est aussi une source essentiels de données tant pour les trames vertes et bleues que pour favoriser des pratiques nous évitant de mettre sous cloche les espaces naturels ».

Claire Le Clève

 

Ce nichoir à pollinisateurs sauvages est simple à installer et à lire. Avec les plaques à comptage de carabes, présentée Véronique Vincent, où bien le comptage ou la reconnaissance de papillons pour le Muséum d'histoire naturel, ces inventaires permettent d'évaluer la capacité d'accueil par exploitation.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
Publicité