Aller au contenu principal

Ensilage de maïs : une à deux semaines d'avance

Jusqu'à fin septembre, BCEL Ouest propose 32 rendez-vous pour des analyses instantanées de matière sèche de maïs, afin de permettre à ses adhérents de caler au plus juste les chantiers d'ensilage. Premier enseignement : la récolte a une à deux semaines d'avance par rapport à l'an passé.

"On devrait recevoir entre 40 et 50 éleveurs". En ce début d'après-midi, tout est prêt pour les recevoir à la Cuma de Plonéïs, réquisitionnée par BCEL Ouest pour y organiser l'une de ses Rencontres matière sèche. "Nous leur avons demandé de nous apporter trois pieds de maïs par parcelle, que nous allons d'abord broyer finement, avant analyse par infra-rouge", détaille Gaëtan Ploteau.

Très vite, les premiers résultats tombent. "Ici, le taux de matière sèche se situe aux alentours de 29%. Compte-tenu de la zone pédo-climatique, le maïs devrait être bon à récolter d'ici une semaine". Une indication qui n'a pas manqué de surprendre nombre d'éleveurs. "Alors qu'il a parfois été semé plus tard, à cause de l'humidité du printemps, le maïs a bien profité de la chaleur estivale. Et il devrait est en avance d'une à deux semaines par rapport à l'an passé, qui était déjà précoce", précise le conseiller fourrages à BCEL Ouest. Son conseil ? "Ne pas hésiter à aller deux fois par semaine faire le tour de ses parcelles, afin de surveiller l'avancement de la culture".

Un grain éclaté

Organisées tous les ans en fin d'été, ces Rencontres matière sèche sont aussi l'occasion de rappeler quelques fondamentaux aux éleveurs. "L'éclatement du grain est primordial pour une bonne digestion de l'amidon par les animaux", souligne Gaëtan Ploteau. Pour bien le visualiser, il conseille de réaliser le test du seau. "Jetez deux à trois poignées d'ensilage dans un seau à demi rempli d'eau. Evacuez les feuilles et tiges, qui flottent à la surface, puis l'eau". Les grains, restés au fond du seau, peuvent être facilement contrôlés.

Un silo bien tassé

La longueur de coupe doit être raisonnée en fonction de l'engin utilisé au moment de la distribution de l'ensilage. "Il faut viser 15 mm à l'auge pour un taux de matière sèche inférieur à 32, 12 mm entre 32 et 40 et 10 mm au-delà de 40%". Le tassage du silo est aussi un point-clé pour un ensilage de qualité. "La règle est de prévoir 400 kg de tracteur par tonne de matière sèche rentrante et par heure", rappelle Gaëtan Ploteau.

 

 

Dans le Finistère, les prochaines Rencontres matière sèche auront lieu de 13h30 à 17h30 :

- le 13 septembre à Penhoat Mauguen, à Quéménéven

- le 13 septembre au Gaec de Toul Manac'h, Kernevez, à Plourin

- le 14 septembre au centre de formation de Kergadalen, à Saint Ségal

- le 18 septembre chez Bertrand Raguénès, Cléongar, à Plabennec

- le 18 septembre à la ferme expérimentale de Trévarez, à Saint Goazec

- le 19 septembre à l'EARL de Pen a Lan, à Lanhouarneau

- le 21 septembre à la Cuma de la Mignonne, zone artisanale du Tréhou.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité