Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entendez le monde paysan qui gronde !

Frank Guehennec, président de la FDSEA du Morbihan.

Un an après le vote de la loi Egalim, un premier bilan doit être fait. Alors que, pour la première fois, une loi issue d’une large consultation avait pour objectif l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole afin d’augmenter le revenu des paysans, le constat est amer pour bon nombre d’entre nous, agriculteurs.

Alors que depuis six ans la déflation continue avait généré une destruction de valeur de 5,5 milliards d’euros, le relèvement du seuil de revente à perte, obtenu dans le cadre de la loi Egalim, a stoppé cette spirale infernale. La guerre des prix s’est déplacée. On estime que 600 M€ de valeur ont ainsi été (re)-générés.

Mais la réalité est qu’ils sont restés dans la grande distribution.

Cette dernière n’a appliqué que les dispositions de la loi qui l’arrangeaient, c’est-à-dire l’augmentation du seuil de revente à perte de 10 %. Ce qui lui a permis d’accroître davantage ses marges. Les GMS n’ont pas appliqué les deux autres piliers de la loi : le ruissellement et la construction du prix à partir du coût des producteurs.

Elles ont détourné certaines dispositions comme l’encadrement des promos à leur avantage ! Elles ont changé leur approche marketing et remplacé le mot "gratuit", désormais interdit, par "offert" ! Enfin la guerre des prix s’est déportée sur les produits bio et sur les marques de distributeurs.

Au final, rien - ou pas grand chose - ne change : les deux grands perdants restent le consommateur et le producteur !

Il faut que très rapidement les pouvoirs publics mettent tous les moyens pour stopper net les abus des GMS.

Il faut multiplier les contrôles, utiliser l’arsenal juridique à disposition pour obliger les GMS à appliquer la loi dans sa globalité et non pas uniquement les articles qui sont à son avantage !

Si besoin, il faut également modifier les dispositions de la loi qui sont défaillantes et compléter celles qui sont insuffisantes !

Nous sommes dans un État de droit. La grande distribution ne peut pas faire fi de la loi et continuer en toute impunité à spolier le producteur et voler le consommateur !

Plutôt que de formuler toujours plus d’exigences aux agriculteurs français, alors même que nous bénéficions de l’alimentation la plus durable au monde, je demande officiellement aux élus et pouvoirs publics français de mettre fin au plus vite à cette mascarade !

Les agriculteurs sont à bout ! Ils n’en peuvent plus des demandes, injonctions, interdictions, attaques continuelles sur leurs pratiques, qui pourtant respectent la réglementation, alors même que la loi qui devrait leur permettre une juste rémunération n’est pas respectée.

Entendez le monde paysan qui gronde.
Mesdames, Messieurs les élus, agissez très vite… les campagnes se vident !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité