Aller au contenu principal

ENTREMONT-ALLIANCE
Eolys lance un cri d'alarme

Les administrateurs d'Eolys (Unicopa) appellent à la solidarité de la filière laitière et à une prise de conscience des pouvoirs publics pour sortir de l'impasse les producteurs d'Entremont-Alliance.

Daniel Caro, vice-président, Patrice Leloup, directeur général, Yannick Perquis, président, et Gilles Bars, vice-président d'Eolys.
Daniel Caro, vice-président, Patrice Leloup, directeur général, Yannick Perquis, président, et Gilles Bars, vice-président d'Eolys.
© Terra

"II faut sortir de l'impasse les 6 000 producteurs Entremont-Alliance dont les 2 000 producteurs Eolys(1). Le maintien de l'écart de prix entre les producteurs est intolérable. Il y a un risque d'appauvrissement de toute la filière française", alertent Yannick Perquis, président d'Eolys, et Gilles Bars, vice-président. Un cri d'alarme lancé aux pouvoirs publics et à l'ensemble de la filière laitière par les administrateurs d'Eolys, qui, bâton de pèlerin en main, partent à la rencontre des élus.
En Bretagne, Entremont-Alliance est l'entreprise la plus fragilisée par le contexte laitier actuel sur ses marchés beurre, poudre de lait et pâte pressée cuite. L'emmental, cœur du métier d'Entremont, fortement concurrencé par des pays comme l'Allemagne et la Hollande, perd des parts de marché, conséquence d'un prix du lait inférieur chez nos voisins européens. Pris en étau, les producteurs paient l'absence de valorisation suffisante : aujourd'hui, Entremont-Alliance n'a pas les moyens de rémunérer ses producteurs plus de 205-206 ? les 1 000 litres. "L'entreprise en difficulté ne pourra régler seule la situation, résultat de la dérégulation votée par les politiques. Aujourd'hui, le marché a tous les droits", pointe Gilles Bars.

Discussions avec Lactalis et Sodiaal

La recherche de partenariats par Entremont est à l'ordre du jour : beaucoup de bruits circulent autour de Sodiaal et de Lactalis comme candidats potentiels. En revanche, les administrateurs d'Eolys démentent formellement les rumeurs qui font état d'un dépôt de bilan du groupe. "Nous devons trouver des aménagements avec les pouvoirs publics pour ne pas laisser les producteurs sur le bord de la route pendant cette période de transition", poursuit Gilles Bars. Quatre demandes "solidaires" sont faites aux pouvoirs publics et aux autres industriels laitiers, coopératifs bretons notamment.
Un : que l'aide de l'Etat soit prioritairement accordée aux producteurs dont le lait est payé en fonction des débouchés beurre-poudre. Deux : que soit mis en place une caisse de péréquation entre tous les producteurs de lait et ainsi limiter les écarts de prix d'une entreprise à l'autre. Trois : mutualiser les excédents de lait par la création d'un outil de gestion collective et séparer la gestion des marchés des PGC, d'un côté, et des produits industriels, de l'autre. Quatre : que la mise en place de la contractualisation volumes-prix s'accélère en complément d'une mutualisation efficace.
"Plus que jamais il faut que s'ajoute l'activation à l'échelle européenne du levier des quotas, insiste lourdement Gilles Bars. Avec une telle crise, s'il n'y a pas une prise de conscience, c'est problématique".

(1) Eolys rassemble 2 000 livreurs à Entremont-Alliance, 600 millions de litres de lait, soit 80% du lait d’Unicopa sur son territoire.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité