Aller au contenu principal

Erik Orsenna parle du "K" Kerisnel

Amoureux de la Bretagne et des jardins, Erik Orsenna était l'invité d'honneur de la journée anniversaire des 50 ans des pépinières Kerisnel (groupement de la Sica) à Saint Pol de Léon (29) le 4 septembre dernier. Face à l'enjeu de conserver de la verdure au cœur des villes, il souhaite que les pépinières se regroupent et mettent en avant leur savoir faire. Avec ses 23 producteurs et ses 4 500 espèces, Kerisnel est un exemple à suivre selon l'académicien.

La lettre K a été mise à l'honneur par les pépinières Kerisnel au travers de sa gamme K qui regroupe une sélection d'espèces et de variétés originales. Une coïncidence avec la dernière lettre du prénom de l'invité qui en a profité pour faire un clin d'oeil à ce point commun. Erik Orsenna a indiqué que sa passion pour le végétal est venue suite à sa présidence de l'école nationale supérieure du paysage à Versailles pendant 5 ans. Il se considère comme un allié voire un messager auprès des ministres à travers la publication d'articles.

Un secteur d'avenir

L'extension des villes et le besoin de ses habitants de retrouver de la verdure au milieu de ses espaces bétonnés est un besoin qui donne aux pépinières de bonnes perspectives. Erik Orsenna croit en la nécessité pour la "santé mentale" d'avoir des points d'attache avec la nature, des "microcosmes maîtrisés" comme il les surnomme avec poésie. Il explique que "jamais la passion pour les jardins n'a été aussi forte" et pense que la demande va exploser car, selon lui, "le jardin nous rappelle à des vertus, des valeurs essentielles". Un contexte favorable que l'on retrouve dans peu de secteurs d'activité et qui prévaut à Kerisnel de nouveaux contrats dans les années à venir.

La place de la France

Entreprises de main d'oeuvre, les pépinières sont touchées par les distorsions de concurrence en raison des différences de coût de main d'oeuvre entre pays. La France se différencie avec des gammes plus élevées mais qui requièrent une main d'œuvre plus qualifiée. Une situation qui creuse un peu plus le fossé entre la France et ses concurrents. Erik Orsenna continue son raisonnement en indiquant que "notion de diversité devra être intégrée", si la règle est de privilégier le moins cher, la France n'a aucune chance. Il parle de créer une "prime à la diversité" qui permettrait de conserver les palettes végétales existantes tout en limitant les risques de maladies. Il indique également que "personne ne peut s'en tirer tout seul, il faut apprendre à lutter contre l'individualisme". Kerisnel l'a déjà compris, chaque exploitation est spécialisée et toutes les exploitations sont complémentaires. Les 23 sites ont également mutualisé leur logistique et leurs recherhes. Un exemple pour que les pépinières françaises puissent se faire une place dans ce marché porteur.

Les 50 ans de Kérisnel

Kerisnel a profité de sa journée anniversaire pour rappeler ses trois valeurs : passion, innovation et innovation. L'occasion également de découvrir les exploitations du groupement à travers six parcours thématiques : l'innovation végétale, le marketing, la démarche éco-responsable ou encore la transmission. La soirée anniversaire s'est déroulée sur l'île de Batz, dans son jardin tropical Georges Delaselle, un lieu symbolique.

Les pépinières en chiffre

8 millions de plants produits par an

4500 espèces

300 hectares

23 exploitations horticoles

300 personnes

25 M€ de chiffre d'affaires en 2012

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité