Aller au contenu principal

Vel'Phone
Et la vache vous prévient de l'heure du vêlage !

Fini le stress lié au vêlage ! Avec Vel'Phone, vous savez exactement où en est la vache et un SMS vous prévient de l'expulsion de la poche des eaux.

"Les exploitations s'agrandissent, les éleveurs souhaitent se libérer du temps... En 2007, Amélis s'est fixé pour objectif de fournir à ses adhérents et clients des solutions innovantes pour leur faciliter la vie". La coopérative d'insémination se rapproche alors de Medria, une société spécialisée dans le monitoring des animaux d'élevage. Et, depuis près d'un an, c'est ensemble qu'ils proposent le Vel'Phone, un système de surveillance des vêlages.
"Un thermomètre, placé dans le vagin 8 à 10 jours avant la date prévue du vêlage, va prendre la température de la vache toutes les minutes", explique Thomas Aubry, animateur produits chez Amélis. Quelques jours avant vêlage, la température corporelle va monter, pour atteindre 39°, voire même 40 ou 41° chez les génisses. "Quand elle va descendre en dessous de 39°, le vêlage aura lieu dans les 24 heures".
Deux SMS par jour permettent à l'éleveur de suivre ces montées et descentes de température, un autre l'avertit au moment de l'expulsion du thermomètre par la poche des eaux. "L'éleveur sait alors qu'il lui reste une heure, deux si c'est une génisse, pour intervenir". Seules contraintes : souscrire un abonnement auprès d'un opérateur de téléphonie mobile et placer la base radio à 150 mètres maximum des vaches. "En hiver, elle est placée dans l'étable. En saison de pâturage, elle reste dehors sans aucun problème". Et c'est aussi par SMS que la base prévient, tous les deux mois, qu'il faut recharger sa batterie, les thermomètres ayant une autonomie de 8 ans !
"Le Vel'Phone permet de ne pas stresser en attendant le vêlage, de diminuer le temps de surveillance et d'intervenir au bon moment", détaille Thomas Aubry. Et Medria ne compte pas s'arrêter là. "Au second semestre 2009, nous allons proposer des colliers, reliés au même boîtier que le Vel'Phone, pour détecter les chaleurs". Suivront des bolus, capables de mesurer la fréquence cardiaque, la température corporelle... pour un suivi sanitaire et zootechnique permanent de chaque animal.

 

Ne plus se lever la nuit pour rien

Producteur de lait, installé en Gaec à Plouédern, Gilles Hallégouet habite à Guipavas et, avec 120 à 130 vêlages par an, il recherchait une solution pour "éviter les tours sur la route, de nuit, pour rien". Il découvre le Vel'Phone durant le Space et est équipé depuis un mois et demi.
Le prix, 3 300 € HT pour 5 thermomètres, 3 600 € pour 8 thermomètres, ne l'a pas arrêté. "Ca ne coûte pas cher par rapport à un veau perdu, une vache qui ne délivre pas... Et notre temps libre, aussi, a un prix". Et, avec un recul d'une quinzaine de vêlages, il découvre d'autres avantages au système. "Avant, j'avais tendance à fouiller la vache, pour savoir où elle en était. Aujourd'hui, je ne fouille plus et j'interviens beaucoup moins vite". Autant de risques en moins du côté des métrites, non délivrances... "Et quand, avant vêlage, la température descend doucement, on sait qu'il y a risque de fièvre de lait".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Publicité