Aller au contenu principal

Evolution : le monitoring nouvelle génération

Le groupe Evolution présente son nouvel appareil de monitoring Sensetime, qui se veut complet, fiable et accessible. Quels investissements pour quels résultats ? Retours d'expériences chez Laurent Coupé, éleveur à Coglès (35) et nouvel utilisateur du système de détection des chaleurs.

La coopérative Evolution, spécialiste de la génétique animale, a développé de nombreux outils de monitoring depuis les années 2000 pour répondre à la baisse des performances de reproduction des troupeaux laitiers. "Le taux de fertilité avait baissé de 15 points en 15 ans et l'intervalle de vêlage était allongée d'un mois", rappelle Alain Chevallier, responsable de la filière monitoring pour Evolution. C'est ainsi qu'est né le détecteur de chaleur Heatime en 2008. Depuis, la gamme s'est étoffée et ne cesse de progresser, tant en possibilités techniques qu'en miniaturisation des produits. "Les chaleurs, la rumination, l'activité de l'animal, les vêlages en passant par le bien-être animal, l'éleveur peut être accompagné à chaque étape de vie de l'animal", explique le technicien.

 

SenseTime : une solution multi-services

Installé en individuel à Coglès, Laurent Coupé, éleveur d'un troupeau de 80 laitières a équipé ses vaches de boucles Sensetime. Ce nouveau procédé qui a reçu un Innov'Space cette année, est doté d'un nouvel index de chaleur qui évite les fausses alertes et permet plus de précision grâce à la mise à jour de neufs critères toutes les minutes, lesquels traduisent le comportement de l'animal. Abonné au niveau de service "premium", l'éleveur a accès à des informations sur les chaleurs, mais aussi la santé, la mise bas, le stress hydrique, la nutrition et la routine de son élevage. "Je souhaitais avant tout gagner du temps. Auparavant, tous les soirs, je passais 15 à 30 minutes dans mon élevage pour vérifier les chaleurs. Aujourd'hui, j'ai toute confiance en la machine et je vérifie simplement mon smartphone ou mon ordinateur qui m'alerte en cas de besoin. C'est un vrai confort et c'est plus rassurant", explique Laurent Coupé. Le Sensetime s'est également avéré utile lors du passage du vétérinaire pour confirmer un diagnostic. "Souvent, le logiciel m'alerte sur l'état de fragilité d'une vache avant que les symptômes ne soient visibles (ralentissement de l'activité, moins d'appétit...). Confronter ces données avec l'expertise du vétérinaire permet un meilleur diagnostic et me donne la capacité d'ajuster le traitement en fonction des réactions de l'animal". Si les données sont consultables en tout temps sur le logiciel, les différentes alertes sont programmables à la convenance des éleveurs : "maintenant je fais des choix. Je ne reçois plus les alertes santé par SMS, car c'était trop régulier et parfois trop d'info tue l'info", relativise l'éleveur.

 

Quel retour sur investissement ?

D'après les estimations d'Evolution, pour un troupeau de 100 bêtes, le retour sur investissement des moniteurs s'évalue autour de quatre pôles. Le gain de temps de travail de l'éleveur est estimé à 36 jours par an, soit l'économie d'une heure d'observation par jour. Le service de détection des chaleurs permet de diminuer de 15 jours en moyenne l'intervalle vêlage-vêlage, soit une économie de 3 000 € par an. Sur l'aspect santé, Evolution assure une meilleure longévité des animaux avec une moyenne de cinq vaches réformées en moins par an. Une réduction du coût de renouvellement du troupeau chiffrée à 4 500 €. Enfin, les animaux suivis par les capteurs seraient en meilleure santé, la coopérative assure qu'une dizaine d'événements de cétose seraient évités chaque année grâce à son système, soit une économie de 6 000 €.

Pour équiper son troupeau du système Sensetime, l'éleveur doit se munir de l'infrastructure (collecteur de données) pour 1 500 €, puis un abonnement oscillant entre 35 et 90 euros suivant le niveau de service (starter, advanced, premium) et les capteurs à placer sur les animaux. Outre le capteur collier (60 euros), la société a innové cette année avec la création d'une nouvelle version allégée, plus accessible et fiable, la boucle (35 euros) est aussi très facile à installer. La différence principale est la durée de vie du capteur qui passe de 5 ans en version collier à 2,5 ans pour la boucle.

Un service dédié aux éleveurs allaitants

Evolution a désormais un produit et une interface dédiés aux éleveurs allaitants, adaptés pour les élevages en insémination artificielle ou en monte naturelle. Les essais en cours, dans différents pays, pour différentes races, permettent de spécifier les algorithmes de détection avec l'analyse du comportement des vaches allaitantes.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité