Aller au contenu principal

Evolution : une ambition résolument internationale

La fusion des coopératives d'insémination de l'Ouest de la France a abouti à la naissance du premier opérateur national. Mais, année après année, c'est bien une ambition internationale voire mondiale qu'affichent les responsables de la coopérative Evolution. Une ambition appuyée sur une stratégie de structuration et de développement, avec un nouveau siège social inauguré vendredi dernier, de nouveaux outils -notamment numériques- déployés, et surtout une culture de la performance et du progrès, tournée vers l'entreprise et l'éleveur.

Vincent Rétif, président et Yann Lecointre, directeur général, ont tracé la ligne de développement d'Evolution  lors de l'assemblée générale de leur structure, vendredi dernier à Noyal-sur-Vilaine (35).
Vincent Rétif, président et Yann Lecointre, directeur général, ont tracé la ligne de développement d'Evolution lors de l'assemblée générale de leur structure, vendredi dernier à Noyal-sur-Vilaine (35).
© Terra

Les menaces de perturbation de l'assemblée générale par des mouvements antiviande, ou anti-élevage, n'ont pas vraiment changé le programme de la journée du vendredi 25 mai, elles ont seulement obligé les organisateurs à une série de mesures de sécurité. Mais il en fallait plus pour faire dévier le paquebot Evolution de sa route ! C'est en tout cas le sentiment que donnait cette assemblée intégralement consacrée aux projets de développement, à la stratégie de conquête d'une entreprise ouvertement tournée vers l'international.

 

Le client ou les clients

D'emblée Yann Lecointre, directeur général, fixe le cap : le client. "Nous sommes sortis de 50 années de monopole, où quelques personnes décidaient de la stratégie, nous sommes dans une démarche d'écoute et de réponse aux besoins des clients". L'ambition est "d'accroître le revenu des exploitations" par le progrès génétique bien sûr et la mise en place d'outils adaptés : monitoring, génotypage, systèmes d'information. "Nous sommes dans un métier de gestion de données, notamment techniques". Mais l'ambition n'est plus le seul client national. "Nous sommes devenus un acteur mondial". Ce n'est donc pas au seul client éleveur de l'ouest de la France que souhaite demain s'adresser Evolution. Déjà sa zone de travail s'élargit en France vers le Nord, l'Aisne et les Ardennes. 24 départements français sont aujourd'hui couverts, mais les partenariats se multiplient pour accroître cette place de premier opérateur de l'hexagone.

Le président Vincent Rétif vient conforter cette stratégie. "Dans un contexte difficile pour l'élevage le chiffre d'affaires de l'entreprise progresse", grâce notamment à l'augmentation du nombre de départements couverts, et l'augmentation décidée de 2 € du prix de l'IA. Il annonce aussi le "retour à l'équilibre financier de l'entreprise pour 2018", et il promet qu'"Evolution doit être en veille à toute opportunité pour se situer au niveau mondial". Evolution est aujourd'hui "la première coopérative génétique de France, ce qui lui ouvre l'accès à un cercle d'échange privilégié". Et ce n'est pas par hasard que le nouveau siège d'Evolution a été installé à Noyal-sur-Vilaine, à l'est de Rennes, pour bien marquer son positionnement breton mais résolument ouvert vers l'ensemble du territoire français... et au-delà.

 

Un nouveau siège inauguré et de nouveaux outils

Le nouveau siège inauguré vendredi dernier accueillera l'ensemble des fonctions support de l'entreprise. Il abrite environ 200 personnes, qui sont au service des 1 200 salariés de l'entreprise Evolution et de ses partenaires. Il remplacera surtout les 14 sites des anciennes coopératives qui sont ou seront revendus. "Avec la création de ce site, le projet Evolution est achevé à 80 %". Noyal, c'est un peu "le symbole de la transformation des coopératives de base", note Vincent Rétif, "le passage permanent de relais" et "la transmission d'un outil compétitif pour les 30 prochaines années". Un nouveau siège social plein de symboles et marqueur des ambitions maintenant clairement affichées de l'entreprise.

Pour "maintenir le rythme" de l'innovation, deux autres gros projets structurants sont d'ores et déjà actés. La refonte totale des différents systèmes d'information est commencée et devrait se terminer en 2020. "C'est un projet très lourd et très coûteux", indique Yann Lecointre, mais nécessaire pour terminer la fusion des différentes coopératives. L'autre très gros projet, beaucoup plus avancé sur un plan informatique, est la mise en place d'Innoval, partenariat entre Evolution, BCEL Ouest, et GDS Bretagne. Cette structure développera une plateforme Applifarm qui se veut la "première plateforme de création de services big data pour la filière ruminants". Cette plateforme exploitera les sources de données (gestion, alimentation, laiterie,...) pour créer de nouveaux services aux éleveurs. Le premier d'entre eux devrait être présenté au Space et sera une application d'aide à la décision pour l'éleveur.

Pour Yann Lecointre, l'enjeu de ces différents projets  est que "la génétique reste dans les mains des éleveurs". Gilles Delaporte, directeur adjoint, estime que la création de cette base de données et le croisement de toutes les données d'élevage, -avec le consentement de l'éleveur- permettra de faciliter la vie de ces derniers, de les aider dans leur organisation au quotidien et de leur donner la possibilité de prendre des décisions en toute connaissance de cause. Des engagements forts, essentiels face à la révolution que préparent ces outils.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité