Aller au contenu principal

Face à la crise, Agr'Equip s'adapte

Lors de son assemblée générale du 15 décembre, le centre de formation de La Bouëxière a affiché sa volonté de se repositionner sur son cœur de métier en renforçant l'offre de formation en direction des entreprises d'agro-machinisme et de travaux publics.

Elisabeth Chevrier, présidente, et Pierre Yves Mahieu, directeur du centre de formation Agr'Equip.
Elisabeth Chevrier, présidente, et Pierre Yves Mahieu, directeur du centre de formation Agr'Equip.
Elisabeth Chevrier, présidente, et Pierre Yves Mahieu, directeur du centre de formation Agr'Equip.
Elisabeth Chevrier, présidente, et Pierre Yves Mahieu, directeur du centre de formation Agr'Equip.
© Cécile Julien

Entre les difficultés du monde agricole et la crise économique qui touche le secteur du bâtiment, le centre de formation Agr'Equip a connu une année 2008/2009 en demi-teinte. Le nombre de stagiaires est stable avec 1.200 jeunes, grâce à une légère hausse des effectifs en formation agricole (448 contre 403 sur l'exercice précédent). C'et surtout le nombre d'heures de formation qui marque le pas : 96.724 contre 108.000 en 2007/2008, du fait de la diminution des contrats de professionnalisation, formations longues, au profit de sessions plus courtes. "Quand les entreprises manquent de lisibilité économique, elles hésitent à embaucher et former des jeunes", constate Elisabeth Chevrier, présidente d'Agr'Equip. Même si le produit horaire est passé de 12,49 euros à 13,42, cela ne compense pas la diminution du nombre d'heures réalisées. Du coup, le centre de formation se retrouve dans une situation économique tendue, avec un résultat négatif, malgré ses efforts pour contenir les charges et développer la location des plates-formes techniques. "Malgré un bon démarrage de l'apprentissage agricole et de la formation en entreprises, les effets de la crise vont continuer à se faire ressentir sur le prochain exercice, notamment au niveau des contrats de professionnalisation et d'apprentissage", pressent Elisabeth Chevrier.

De nouvelles formations
Pour y faire face, Agr'Equip se recentre sur son cœur de métier, à savoir la formation des chauffeurs-mécaniciens en niveaux 5 et 4 et va renforcer ses propositions de formations courtes pour les entreprises agricoles comme de travaux publics. Dans toutes les formations longues, un important travail de suivi des stagiaires est effectué pour éviter qu'ils ne se découragent en cours d'année. Face à un public de plus en plus hétérogène, le centre de formation doit trouver de nouvelles réponses pédagogiques.
A la rentrée 2009, le BPA conduite et entretien des machines agricoles, en formation continue et apprentissage, a été rénové. Une autre formation est en demande d'homologation, un BPREA grandes cultures. "La réponse des financeurs est attendue pour le printemps", explique Elisabeth Chevrier. En parallèle, un travail est en cours, avec la chambre d'agriculture, sur les formations "certi phyto".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité