Aller au contenu principal
Font Size

Bassin versant de l'Elorn
Faire entendre la voix des agriculteurs

L'ABVE, l'association agriculteurs des bassins voisins de l'Elorn, tient son assemblée générale le 30 janvier, à Loc Eguiner Ploudiry.

"L'ABVE, agriculteurs des bassins voisins de l'Elorn, s'est constituée il y a 6 ans", explique Yvon Pinvidic, son président. A l'époque, il s'agissait de faire entendre la voix des agriculteurs sur le bassin versant de l'Elorn, face à des associations écologistes fortes. "Le programme Bretagne eau pure se mettait en place".

Fédérer les agriculteurs du Sage de l'Elorn

Puis les discussions sur le Sage ont commencé. Et, en octobre dernier, lors d'une assemblée générale extraordinaire, l'ABVE a modifié ses statuts, afin de coller avec son aire géographique, 42 communes, de Locmaria Plouzané à Commana et Hanvec, et 750 exploitations.
"Le Sage est géré par la CLE, la commission locale de l'eau, où les agriculteurs n'ont que 3 sièges sur 40, précise Yvon Pinvidic. Pour simplifier, il s'agit de la partie législative, l'exécutif étant représenté par le syndicat de bassin de l'Elorn". Celui-ci venant de changer de président, l'ABVE profite de son assemblée générale pour inviter Thierry Fayet à venir présenter les objectifs du programme d'aménagement du Sage. "Et, puisque les agriculteurs s'interrogent sur le traitement de l'eau dans les stations d'épuration, nous avons aussi invité Philippe Masquelier, animateur du contrat de rade de Brest, à faire un point sur la contamination bactériologique en zone littorale", rajoute Patrick Picart, vice-président de l'ABVE.

Des mesures trop restrictives

L'assemblée générale sera aussi l'occasion, pour les agriculteurs, de faire part de leurs craintes. "L'objectif fixé par le Sage est de 22 mg de nitrates dans l'eau à l'horizon 2021, explique Pierre Abgrall, vice-président de l'ABVE. Pour y parvenir, différentes mesures seront proposées aux agriculteurs, sur la base du volontariat. Mais leur financement, par le biais des MAE, les mesures agri-environnementales, ne sera possible que s'ils s'engagent sur la base de 140 unités d'azote à l'ha". Une barre que les agriculteurs jugent bien trop restrictive.
"Les cantons de Landerneau, Ploudiry, Landivisiau et Sizun sont dynamiques en matière d'agriculture et d'élevage. Les mises aux normes ont été faites sur la base des 170 unités. Mis à part quelques agriculteurs, proches de la retraite et qui en profitent pour diminuer leur cheptel, il est impossible de respecter une telle norme". 90 à 95% des exploitations seraient exclues des aides. "Faudra-t-il diminuer l'activité agricole dans le bassin versant ? Pourtant, le maintien du potentiel économique fait partie des objectifs du Sage".

 

En pratique
L'assemblée générale de l'ABVE se tiendra le vendredi 30 janvier, à 20h30, à la salle polyvalente de Loc Eguiner Ploudiry.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité