Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA 29 : un nouveau président pour la commission employeurs

Après quatre ans à la tête de la commission employeurs de la FDSEA, Benoît Tanguy, éleveur de porcs à Taulé, a souhaité passer le relais. C'est Régis Ollivier, producteur de tomates à Briec, qui lui succède.  

Président de la commission employeurs de la FDSEA pendant quatre ans, Benoît Tanguy (à gauche) vient d'être remplacé par Régis Ollivier.
© Chantal Pape

Après un BTA en horticulture à Saint Ilan (22), Régis Ollivier travaille d'abord en production florale en région parisienne, à Tours.... En 1997, il revient en Bretagne où il occupe, pendant 13 ans, le poste de responsable de cultures en tomates chez Pierre-Yves Jestin. L'envie de s'installer lui trotte dans la tête depuis un moment quand se présente le projet de Briec : monter des serres à proximité de l'incinérateur d'ordures ménagères, afin de valoriser la chaleur produite.

Trois associés, 7 ha de serres

"La surface, 5 ha, était trop importante pour que je me lance seul, indique le maraîcher. Je me suis associé à deux copains de Saint Ilan, Rémi Saliou et David Potéreau, qui étaient déjà installés à Guipavas et Guilers". Deux ans plus tard, deux hectares supplémentaires sortent de terre, consacrés eux aussi à la tomate. "Nous cultivons de la grappe et des petits fruits et embauchons 25 à 30 personnes à l'année. Et jusqu'à 85-90 au plus fort de la saison".

C'est donc tout naturellement que Régis Ollivier participe rapidement aux travaux de la commission employeurs de la FDSEA. "Il faut se tenir informé". Et en assume la présidence depuis le début de l'été. Un engagement dans la continuité pour celui qui siège aussi au conseil d'administration de Légumes de France. "La commission employeurs, c'est un travail d'équipe, à la fois avec la quinzaine de membres qui siègent au Bureau et avec les salariés qui nous épaulent, Gilles Burel pour animer la commission, Armelle Calmet ou Tiphaine L'Héréec, les juristes en droit du travail, ou Théo Creignou, spécialisé en hygiène et sécurité".

DSN et PAS

Dans le Finistère, la moitié de l'effectif salarié de la FDSEA se consacre au volet social. "C'est dire la volonté des élus d'être présent sur ce dossier, souligne le nouveau président d'une commission qui, elle aussi, ne cesse de se développer. Il y a de plus en plus d'exploitations qui emploient du personnel. Et les problématiques sont plus nombreuses". Et Benoît Tanguy, qui en a assuré la présidence pendant quatre ans, de citer la DSN, la déclaration sociale nominative, le PAS, le prélèvement à la source, le Tesa ou l'exo TODE, "qui devrait revenir d'ici peu sur le devant de la scène, puisqu'une solution n'a été trouvée que jusqu'à la fin de l'année prochaine".

Siégeant à l'Anefa et à la CPHSCT, la commission paritaire hygiène sécurité et conditions de travail, désignant les conseillers prud'homaux, la commission employeurs est aussi partie prenante des négociations salariales des deux conventions collectives du Finistère, polyculture-élevage-maraîchage, horticulture-pépinière. Et participe aux travaux des échelons régional et national des commissions employeurs de la FNSEA.

A la recherche de légumiers...

Forte de 80 à 90 membres, représentant l'ensemble du département et toutes les productions, la commission finistérienne organise une à deux réunions par an, en fonction de l'actualité, tandis que le Bureau se réunit trois à quatre fois. "On a toujours besoin de monde pour nous épauler, précise Régis Ollivier, qui lance un appel aux bonnes volontés. On recherche des jeunes, histoire de renouveler l'équipe. Et des légumiers de plein champ : s'ils sont désormais eux aussi employeurs de main d'oeuvre, ils sont peu représentés au sein de la commission".

... et de salariés

"Demain, les ressources humaines seront le nerf de la guerre pour toutes les productions, estime Benoît Tanguy. En élevage ou en cultures sous abris, mais aussi en légumes de plein champ". Une matière peu voire pas enseignée en lycées agricoles. "Avant, on pouvait sensibiliser les futurs employeurs lors de leur parcours à l'installation, indique Gilles Burel, animateur de la commission employeurs. C'est désormais optionnel et la plupart des jeunes ne se sentent pas concernés".

La difficulté à recruter pose aussi question. "Il est paradoxal de constater qu'avec un taux de chômage à 7,9%, on en soit quasiment au plein emploi, souligne Benoît Tanguy. Et aujourd'hui, on demande aux employeurs de se substituer aux services sociaux pour recruter des gens éloignés du monde du travail".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
La FNP (producteurs de porcs) dénonce une intrusion de BFMTV dans un élevage

"Des journalistes de BFMTV sont entrés de nuit en toute illégalité dans un élevage de porcs, faisant le jeu des…

Vignette
FNSEA et JA annoncent un "blocage des axes majeurs de circulation" le 8 octobre

Les syndicats agricoles majoritaires ont annoncé un "blocage des axes majeurs de circulation le 8 octobre". Il s'…

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
L’agriculture paysanne, solution au changement climatique
Face au changement climatique, la Confédération paysanne de Bretagne s’est penchée sur les scénarios agricoles et alimentaires…
Vignette
Quelle place pour les femmes en agriculture ?
Si un chef d'exploitation sur trois est aujourd'hui une femme, ces dernières restent encore peu visibles en agriculture et…
Vignette
100 emplois

"Les salariés et salariées craignent une perte de plus de 100 emplois sur 620" dans les cinq chambres d’Agriculture…

Publicité