Aller au contenu principal
Font Size

" Fermes bas carbone : on a un rôle à jouer"

Le Pays de Fougères et les chambres d’agriculture de Bretagne accompagnent les éleveurs laitiers qui souhaitent connaître et améliorer leur empreinte carbone. Joël Malle qui a souhaité s'engager dans cette démarche fait part de ses motivations.

Éleveur de vaches laitières – Gaec Cure-Ormeau à Javené (35)

Qu’est-ce qui a résonné chez vous pour vous faire réagir ?
Joël Malle. Pour moi, c’est d’abord une démarche très personnelle. On entend souvent parler de carbone, de réchauffement climatique, de ce que dégagent les animaux d’élevage, les vaches, etc. L’autre raison qui a motivé ma décision d’y aller et m’y intéresser, c’est le calcul de l’empreinte carbone, de mesurer l’impact sur le réchauffement climatique. J’ai aussi en tête les réflexions de la rémunération du carbone. Pour nous agriculteurs, les prix de vente de nos produits sont peu élevés, alors, on recherche toutes les solutions possibles.
Vous avez souhaité anticiper ?
J. M. Bien sûr, il s’agit d’anticiper ce qui pourrait être un critère différenciant, une manière de valoriser notre production. Je me dis que pour baisser l’empreinte carbone, il faut explorer des pistes, voir ce qu’il est possible de mettre en place. C’est aussi l’avenir de nos enfants qui est en jeu.
Qu’est-ce que ça peut apporter au niveau de votre exploitation ?
J. M.
Lors d’une formation, j’ai pu mesurer mon empreinte carbone, diagnostiquer mon exploitation et ajuster mes choix. Par exemple, avant on gardait tous les animaux pour le renouvellement, maintenant, j’évalue au plus près mes besoins. En effet, tout cela faisait du monde à nourrir et un coût financier pour l’exploitation. L’intérêt est donc double pour l’agriculteur : économique et environnemental. Économiquement, ça me permet de reprendre les rênes de mon exploitation. Je peux calculer au plus juste mes besoins et évoluer. J’ai d’ailleurs implanté plus de prairie. Pour notre environnement, c’est un puits de carbone. Aujourd’hui, il nous faut avancer. Le nombre de jours par an où la température dépasse les +25 degrés se multiplie. Il y a des climato-sceptiques pour douter mais moi, je ne suis pas insensible. Très jeune, je voyais des battages vers mi-août aujourd’hui ça débute mi-juillet. Les fenêtres météo sont de plus en plus courtes. C’est souvent la course. On a trois jours de beau temps, deux jours de mauvais temps. Il devient compliqué de travailler sous de telles conditions. C’est un stress permanent pour nous exploitants. On vit de vrais changements.
En vous projetant, avez-vous des perspectives et comment voyez-vous demain ?
J. M.
J’aime ce que je fais quand même (rire)  ! J’aime mon métier. Et c’est la raison de mes actions à l’échelle de mon exploitation. On s’achemine vers plus de prairies pour être plus autonome et faire des économies pour améliorer le revenu à terme. La réduction des GES (gaz à effet de serre) au niveau individuel, ça ne sera pas grand-chose. Si tout le monde s’y met, l’agriculture aura joué un grand rôle dans ce domaine-là. Il devrait y avoir des politiques plus incitatives pour ceux qui anticipent, ceux qui améliorent leur façon de faire. La question de nous rétribuer doit se poser.

La ferme bas carbone testée dans la ferme expérimentale de Trévarez

Pour aider les élevages laitiers à diminuer leur empreinte carbone la ferme expérimentale de Trévarez teste différents leviers pour réduire les émissions et augmenter le stockage du carbone. L’objectif étant de diminuer de 20 % l’empreinte carbone. Le parti pris de cette expérimentation est de tester ces solutions dans un système laitier plutôt "classique" à 25 ares d’herbe pâturée par vache. Le but étant que les solutions testées puissent être facilement transposables dans la majorité des élevages laitiers.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité