Aller au contenu principal

Fin des quotas : comment faire évoluer son exploitation ?

La journée laitière, organisée par la FDSEA 35 et les JA est toujours un moment fort de la vie syndicale. C'est encore plus vrai cette année avec la fin des quotas qui offre de nouvelles perspectives aux producteurs... mais aussi de nombreuses questions, auxquelles répondra cette journée du 27 janvier.

De gauche à droite : assis : Frédéric David et Eric Saulnier (JA). Debout : Cédric Henry et Christophe Berthier.
De gauche à droite : assis : Frédéric David et Eric Saulnier (JA). Debout : Cédric Henry et Christophe Berthier.
© A.M

"Si on doit faire face à un besoin de main-d'œuvre, pour congés par exemple, nous avons des solutions avec les services de remplacement, souligne Frédéric David, président de la section lait à la FDSEA 35. "En revanche, si on doit produire davantage sur du long terme ou faire face au départ d'un associé, il faut s'interroger sur les leviers à actionner pour faire évoluer son exploitation", complète Christophe Berthier. De la main d’œuvre supplémentaire, l'utilisation de nouvelles technologies, de nouveaux outils...? Ce sont toutes ces questions qui seront abordées lors de la journée du 27 janvier, notamment avec l'intervention d'Emmanuel Béguin, de l'Institut de l'élevage. Si, avec la disparition des quotas, l'éleveur va avoir plus de latitude dans l'exercice de son métier, ce nouveau contexte nécessite une réflexion globale sur le travail.

Cette journée est aussi l'occasion pour les responsables syndicaux de faire un bilan de l'année écoulée et des perspectives à venir, que ce soit au niveau, mondial, national, régional et même départemental.

La journée laitière est aussi le lieu privilégié pour faire le point sur les relations avec les différentes entreprises de transformation du secteur. Quelles sont les différences ? Comment les explique-t-on ? Où en es-t-on  dans l'écriture des contrats ?

En 2014, si les producteurs ont répondu favorablement à la demande des industriels de produire davantage, "nous avons le sentiment de ne pas avoir profité pleinement de cette année prospère, comme ont pu le faire certains de nos voisins européens", ajoute Frédéric David, estimant ainsi que les prix n'ont pas été suffisamment à la hauteur. Autant de questions qui seront abordées ce mardi 27 janvier.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Publicité