Aller au contenu principal

Contrat lait
"Fixer les mêmes règles à tous les éleveurs Lactalis"

Le futur doit s'écrire aujourd'hui. Et beaucoup de questions se posent. L'association des producteurs de lait bretons Lactalis a tenu une réunion d'information départementale à Plémet le 28 février. A la veille de recevoir les contrats, les producteurs s'organisent.

Une trentaine de producteurs Lactalis a assisté à la réunion d'information organisée par l'APLBL à Plémet.  Une seconde s'est tenue à Broons.
Une trentaine de producteurs Lactalis a assisté à la réunion d'information organisée par l'APLBL à Plémet. Une seconde s'est tenue à Broons.
© terra

L'association des producteurs de lait bretons Lactalis (APLBL), d'une vingtaine de membres, est née. Son objectif est de fédérer l'ensemble des éleveurs du territoire, soit plus de 4 000 producteurs de lait. Vers le 15 mars, les contrats arriveront sous pli recommandés dans les boîtes aux lettres des producteurs.

"Un producteur seul ne pèsera pas lourd devant Lactalis. Ce que l'on veut, c'est que chaque producteur soit traité équitablement avec un même contrat identique pour tous", a expliqué Patrick Fauvel, le vice-président de la toute jeune association. Le message est clair : l'association demande aux producteurs Lactalis de ne pas renvoyer tout de suite le contrat. "Il n'y a pas obligation de signature", insiste Patrick Fauvel. La 1ère mission de l'APLBL sera d'étudier et de construire un contrat adapté.

Peser face au 3ème groupe laitier mondial

Plus d'une trentaine d'éleveurs a écouté et débattu des propositions faites par l'association. Avant de lister les risques du contrat individuel, Patrick Fauvel a bien défini le cadre d'action de l'APLBL. "Le rôle de l'association n'est pas de fixer le prix du lait", a-t-il répété à maintes reprises. "L'association est asyndicale. Par contre notre rôle est de fixer les règles. Si on pèse en volume de lait, Lactalis prendra le temps de discuter avec nous".

Il n'empêche que le travail à venir s'annonce important et rigoureux car beaucoup de points sont à définir. Un ensemble de clauses inhérentes au contrat a été listé : la durée, la rupture, les volumes, les caractéristiques du lait, le non respect des volumes et des caractéristiques, les modalités de collecte, la détermination du prix, la modalité de facturation et de paiement du lait….

Pour ces producteurs, le but n'est pas de s'opposer à Lactalis mais de créer un environnement où pourra se mettre en place un dialogue constructif et équilibré. Et de rappeler les bouleversements à venir : "Avec les quotas, nous sommes liés à l'entreprise, qui doit rendre des comptes à l'administration. Après 2015, cela sera fini". Le responsable craint que l'entreprise ne rationnalise alors ses charges. "Si rien n'est encadré, les privés iront collecter le lait là où ils veulent". Quid de la distance de collecte, de la qualité du lait, de la distribution des droits à produire… ? Autant de critères de décisions que les producteurs ne veulent pas voir tomber dans les seules mains des transformateurs. "C'est à l'association d'élaborer les règles", répète Patrick Fauvel.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité