Aller au contenu principal

CHAMBRE RÉGIONALE D'AGRICULTURE
Flot de questions autour d'un bilan de santé

Beaucoup de questions : c'est ce qu'il résulte de l'examen du rapport d'expertise sur le bilan de santé de la PAC présenté vendredi aux élus de la chambre régionale d'agriculture de Bretagne (Crab).

Olivier Allain et Mary Henry (Crab) ont présenté ce bilan de santé de la PAC et ses conséquences sur notre agriculture.
Olivier Allain et Mary Henry (Crab) ont présenté ce bilan de santé de la PAC et ses conséquences sur notre agriculture.
© Terra
La Bretagne doit s'attendre à être impactée par les mesures qui pourraient être prises suite au bilan de santé de la PAC présenté récemment par la commissaire Mariann Fischer Boel (voir Terra de la semaine dernière). Les experts des chambres d'agriculture, dans leur rapport, ont hiérarchisé ces risques par l'éventuelle disparition des outils de gestion du marché. "L'accepte-t-on, a questionné Olivier Allain, président de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, au nom de ses collègues, si non, quels outils doit-on conserver prioritairement et sur la base de quels arguments démontre-t-on que leur maintien est incontournable ?".
Le second point, et c'est bien légitime dans une région comme la nôtre, a trait à l'éventuelle disparition des quotas laitiers. Et de nouveau Olivier Allain interroge : "la Bretagne a-t-elle intérêt à sortir du système ? En cas de disparition des quotas, quels outils faudra-t-il mettre en place pour gérer la restructuration qui en découlera ? Comment favoriser un "atterrissage en douceur" ? La Bretagne sera-t-elle capable de s'organiser au sein de la filière pour consolider l'amont et assurer ses débouchés ? Abandonne-t-on les autres instruments de gestion dans ce secteur laitier ?".

Pas simple les débats
Puis vient l'examen de la gestion des risques. "Peut-elle s'intégrer dans le cadre du développement durable ? Compte de tenu de multiples incertitudes, la Bretagne ne doit-elle pas refuser de cantonner la gestion de ces risques au 2e pilier ?". Sur le régime unique de paiement (régionalisation, modulation, découplage) là-aussi les questions ne manquent pas :  la Crab s'étant prononcée en 2004 pour la régionalisation, la porte est de nouveau ouverte. Quel sera le niveau géographique pertinent pour une mutualisation ? Pourquoi ne pas utiliser le Féaga (Fonds européen agricole de garantie) pour financer un outil –à inventer- de régulation des marchés ? Quels risques pourrait représenter l'abandon du recouplage ?... Enfin, les élus ont évoqué la conditionnalité et le renforcement du second pilier de la PAC, là encore des sujets à l'origine de bien des questionnements.
Des questions qui ont fait flores aussi lorsque la parole a été donnée à la salle, après que le président de la Crab, Jacques Jaouen, ait reconnu que "les débats au niveau français n'allaient pas être simple". Et Thierry Merret, président de la FDSEA du  a pu aussitôt en donner un exemple en évoquant l'OCM fruits et légumes qui en Bretagne pose question (voir nos précédentes éditions). "Mais la prévention des crises est plus importante que leur gestion", a-t-il aussi asséné.
Pour Marcel Denieul, président de la section lait de la FRSEA,"l'article 69 révisé est un super truc qui règle plein de problèmes : pour les ovins, le lait de montagne, la bio et peut être même la gestion des risques. Mais comment sera-t-il alimenté ?". Et de pointer du doigt un risque de transfert pouvant être défavorable à la Bretagne. Joseph Ménard, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, a souligné l'enjeu que représente l'avenir des quotas laitiers pour notre région, demandant même s'il n'y aurait pas intérêt à accélérer leur suppression.
Pour Franck Pèllerin, il convient de conserver la part d'aide historique de la Bretagne, tandis que pour Jean-Paul Simier (conseil régional) il est capital que la Bretagne fasse entendre sa voix et défende ses spécificités, tant face à l'Europe qu'à la France elle-même. C'est pourquoi, il a rappelé l'appui de la région et de Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne, attaché à la défense de l'agriculture et du poids lourd de l'agroalimentaire qui s'y attelle.

Calendrier serré
Laurent Kerlir, président de la FRSEA Bretagne, a souligné que le CAR (Conseil agricole régional) venait de lancer une démarche prospective dépassant ce seul bilan de santé et que celle-ci pourrait être élargie aux régions voisines. Il a aussi attiré l'attention des élus sur la nécessité de faire "redescendre" l'information au niveau du terrain. Quant à Jean-Pierre Le Bihan (responsable de la commission environnement de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor) et Olivier Allain, ils ont posé la question du maintien du revenu des agriculteurs dans le nouveau dispositif. "Pourquoi ne pas s'inspirer du modèle américain en introduisant un revenu minimum", a interrogé ce dernier.
Et c'est en quelque sorte Gilles Guillomon avec la verve qu'on lui connaît qui a conclu en soulignant que "l'avenir des paysans était entre les mains de ceux-ci. Il passe par la productivité et la compétitivité. Il faut être capable de trouver des alliés, notamment la région, sur les points négociables".
Les consultations vont se poursuivre jusqu'au printemps 2008, date à laquelle les propositions réglementaires devraient être formulées pour une adoption, peut-être, à la fin 2008. Le calendrier presse donc à agir avec ce fait non négligeable qu'a rappelé le préfet de région : la France prendra la présidence de l'Europe au second semestre 2008. "Il faudra se présenter à cette présidence dans les meilleures conditions, a-t-il souhaité, et se placer dans une posture de serviteur de l'Europe et de la France en même temps, mais sans égoïsme et en visant le long terme, car une nouvelle présidence ne se représentera que  d'ici 14 ans".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité