Aller au contenu principal

Pour favoriser l’expression de leurs
Génisses, c'est 56 jours chrono

Elles sont déterminantes ces 8 premières semaines dans l'élevage des petites génisses. Passés les 56 premiers jours, l'expression du potentiel génétique risque d'en prendre un coup si elles n'ont pas été bichonnées et que leur poids de naissance n'a pas doublé. Une leçon de choses donnée par Frank Gaudin, nutritionniste aux USA, lors de l'assemblée générale Prim'holstein, mardi, à Bignan.


 


 









Car si le syndicat Prim'hostein peut se
réjouir des résultats de ses éleveurs dans les différents
concours, ou de la motivation de son groupe de jeunes éleveurs à se
fédérer, il n'en reste pas moins vrai que le contexte économique
pèse. Et si Jean-François Guillaume invoque une nécessaire
augmentation du prix du lait "pour maintenir la motivation
des éleveurs face à des productions végétales plus
rémunératrices
", il n'en reste pas moins vrai que "la
réussite de nos élevages passe aussi par un bon suivi technique
".
Parce qu'elles constituent le renouvellement des cheptels, c'est à
un spécialiste de l'élevage des génisses outre-atlantique que le
syndicat a décidé de faire appel pour souligner le chemin encore à
parcourir.





56 jours pour atteindre 90 kg





"On est dans la même panade
que vous. Bien que le maïs et le soja soient produits dans mon état
du Minnesota et ses voisins, qui sont le grenier à maïs des USA,
nos cours sont mondiaux. On est dans le même bateau
",
s'amusera à planter en décor ce spécialiste de la nutrition
animale. Là bas, dans ce mid-west américain comme ici, "les
coûts sont élevés et les prix du litre de lait au rabais
".
La différence, c'est la taille des élevages. "Mes clients
ont entre 50 et 800 vaches et entre 50 veaux et 900 à élever au
seau. Et quand on maîtrise mal, c'est à s'arracher les cheveux
".
Pour lui, pas de doute, "les 56 premiers jours sont
déterminants pour que le potentiel génétique s'exprime ou pas
".
Et pour enfoncer le clou, de brandir les résultats convergeants de 9
études. "22 % de la production laitière s'exprime par le
GMQ au pré sevrage soit 3 fois plus que par la sélection
génétique
". Pour lui, l'objectif est simple, le veau devra
en 56 jours, c'est à dire, au sevrage, avoir doublé son poids de
naissance pour arriver à 90 kg. Car le meilleur développement des
cellules mammaires se fait dans les 2 premiers mois de vie de la
génisse. Ainsi, "Chaque 500 g pris en GMQ se transforme en
750 Kg de lait en première lactation
" insiste le
nutritionniste.





"Paillez les petits"





Et si le poids au sevrage est
déterminant pour le niveau de lactation, il faut éviter de se
contenter de maintenir le veau en vie. "Et encore !
C'est ce qu'on fait en élevage traditionnel, on le fait crever de
faim pour éviter les diarrhées
". Pour parvenir à doubler
ce poids de naissance, le contrôle de croissance au ruban est un bon
indicateur. Pour que le veau affiche de bon GMQ, il doit être au
propre, au sec et dans un nid de paille pour réduire le stress
thermique qui l'accompagne durant 21 j. Mais avant tout, première
des règles, sa mère devra être traite dans l'heure qui suit le
vêlage et les 4 litres de colostrum devront être distribués dans
la demi heure qui suit, pour une bonne protection immunitaire.
"Attention, ce sont les éleveurs qui donnent souvent la
diarrhée aux veaux avec des bidons, des seaux et des couverts
contaminés
", pointe Frank Gaudin . Mieux vaut fractionner
les repas du veau. "On a 32 % de gain de GMQ supplémentaire en
passant de 2 à 3 distributions de repas journaliers en gardant la
même quantité de poudre quotidienne". Et 10 kg de plus au
sevrage, c'est 30 de plus à 6 mois et un vêlage possible à 22
mois. "Une meilleure nutrition du veau, ça permet de réduire
les coûts, ça permet de faire vêler plus tôt, ça augmente le
potentiel de production de 450 à 1350 kg de lait, ça dope le
système immunitaire et c'est moins de réforme prématuré"
résume cet adepte du bichonnage des veaux.


Claire le Clève


 


 


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité