Aller au contenu principal

Greenpeace cible les exploitations dont les élevages sont soumis à autorisation ICPE

© Agriculteur Normand

L'ONG Greenpeace a lancé le 26 novembre une pétition contre «l'argent public» à destination des «fermes-usines», dont elle dénonce les effets sur les milieux naturels. Dans le détail, le texte plaide pour la fin de tout soutien public, en particulier de la Pac, à destination des exploitations agricoles comprenant des élevages ayant été soumis à autorisation au titre des installations classée pour la protection de l'environnement (ICPE), soit 4413 fermes en France, selon l'ONG. Greenpeace avance un chiffre de 48MEUR correspondant aux aides touchées par environ 1400 de ces fermes, qu'elle a pu être retracer au travers de la base de données des bénéficiaires de la Pac, explique-t-on chez Greenpeace. L'ONG dénonce par ailleurs le fait qu'en 2013, 4849 exploitations françaises, sur les 452 000 (soit 1,1% d'entre elles) réalisent à elles seules plus de 50% des productions nationales de porc, poulet et oeufs ; pour produire ce chiffre (4849 exploitations), Greenpeace a additionné le nombre des élevages produisant plus de 2000 porcs (2100 élevages), plus de 20000 poulets (près de 2400), et plus de 20000 poules pondeuses (un peu plus de 350), qui représentent respectivement, dans chacune de leur filière, plus de la moitié du cheptel.

La FNSEA réplique

 

Comment qualifier la dénonciation publique d'agriculteurs qui exercent leur métier dans les règles de l'art ? Greenpeace se vante même d'avoir reçu du Ministère de la transitionécologique et solidaire, une liste des exploitations ayant déclaré et obtenu leur autorisation administrative d'exploiter – au seul motif que la taille de l’exploitation ne correspond pas à la vision qu’a Greenpeace du « modèle agricole » ?

Dénoncer et jeter à la vindicte populaire des noms d’agriculteurs, des noms de ferme, des adresses, des lieux de vie, est violent. Extrêmement violent ! Une violence insupportable. Derrière les slogans ou les cartes publiées, nous osons rappeler que ce ne sont pas des conglomérats ou des holdings impersonnels, mais des femmes, des hommes et leurs enfants qui sont pointés du doigt et stigmatisés. La FNSEA et JA entendent apporter leur soutien entier et sincère à toutes les agricultrices, tous les agriculteurs, leurs familles et leurs proches face à ces mises en cause calomnieuses et visant une fois de plus à créer une fracture entre le monde agricole et la société. Les agriculteurs ne supportent plus ces pratiques. Ils ne supportent plus le climat nauséabond d’intrusions sur les exploitations d’élevage, d’actions violentes contre les abattoirs ou contre les boucheries. L’esprit de responsabilité de chacun, surtout des associations qui se prétendent pacifistes, aurait pourtant dû empêcher ce mode d’action que nous pensions relever d’une période révolue de notre histoire. Nous appelons d’urgence le Gouvernement à condamner avec fermeté cette forme de délation et à apporter une réponse juridique face à ces méthodes.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité