Aller au contenu principal
Font Size

Groupe Avril : "un vrai besoin d’œufs au sol"

Tout juste esquissé l’an passé, le besoin en œufs issus de poules élevées au sol s’affirme. Il serait supérieur à celui du plein air d’ici cinq ans. Un marché révélé lors de l’assemblée générale du groupement des 95 producteurs d’Armor œufs, partenaire du groupe Sanders. Le sol, une autre solution alternative à la cage, synonyme d’opportunités : de marché et de transformation de bâtiments.

La transition des élevages, imposée à rythme soutenu par l’évolution des marchés vers plus d’œufs alternatifs, si elle s’ accélère encore, interroge tout autant qu’elle inquiète. L’assemblée générale du groupement des 95 producteurs Armor œufs adossé à Sanders, filiale du groupe Avril, en a été le reflet le 3 avril dernier à Locminé. Elle a pointé le manque de clarté des messages politiques et les craintes suscitées par les nouveaux amendements sur l’arrêt, en code 3, de la commercialisation et de la production d’œufs. Restent de nouvelles solutions. À peine entrevues il y a un an, elles se font jour désormais pour les éleveurs de ce groupement. Ils pèsent pour plus de 6 millions d’œufs produits, à 85 % en code 3, c’est-à-dire issus de poules élevées en cage. Signe d’un retard d’adaptation à un marché qui, en GMS n’intéresse plus que 50 % des consommateurs.

Tout un panel de consommations

Reste que "le marché se segmente autour de différents types de consommateurs, chacun ayant des besoins différents", n’a pas manqué d’insister Marie Grimaldi N’Guyen, directrice générale nutrition et transformation animale chez Avril, en s’appuyant sur l’étude prospective réalisée par le groupe. Que sera le marché en 2023 pour ce produit de commodité par excellence, aimé des Français à 96 % et consommé une à deux fois par semaines dans 88 % des foyers ? "Il va se structurer entre des consommateurs sensibles au prix, avec d’un côté, l’élevage en cage et au sol pour 45 % d’entre-eux, et de l’autre, le plein-air et le bio à 55 %", analyse cette spécialiste du marketing commercial. Même tendance pour les clients d’Ovoteam (Avril), en RHD (restauration hors domicile) ou IAA (industries agro-alimentaires). "On va assister à la même logique de glissement, avec une offre aujourd’hui à 90 % d’œufs issus de poules en cage passant potentiellement à 65 % des besoins", appuie-t-elle. Une compréhension des marchés "à réviser tous les ans", ne cache-t-elle pas, prudente.

Plus 4,5 millions de poules entre sol et plein-air

Un retournement de marché qui se traduit par une réduction d’ici 2023 sur le périmètre d’approvisionnement du groupe Avril (notamment pour Matines et Ovoteam), "de cinq millions de poules en cage", projette, tout aussi prudent, Yannick Thoraval, responsable amont de la filière œufs d’Avril, dont 50 % des œufs viennent du groupement Armor œufs. Mais en contrepartie, c’est une demande de 4,5 millions de poules qui se ferait jour pour 2023, se répartissant à parts quasi-égales entre le plein-air et le sol. Un basculement. "Avant, nous projetions assez peu de volumes au sol, mais c’est une vraie évolution, nous avons désormais cette capacité de marché, a-t-il assuré, en enfonçant le clou : je vous invite donc à réfléchir à vos capacités de transformation de vos élevages de la cage au sol". Une perspective face à "des éleveurs standards inquiets de voir la part de marché de leur production diminuer peut-être plus rapidement que prévu", n’a pas manqué de souligner Franck Picard, président d’Armor œufs. "Une bonne alternative car beaucoup de nos bâtiments ne sont pas adossés à une parcelle de terre suffisante pour faire du plein-air", a-t-il pointé. Et les éleveurs sont également inquiets du "développement anarchique de la production plein-air ou bio", et préférant voir se transformer l’existant plutôt que d’assister à de nouvelles créations, "qui vont nous envoyer dans le mur en renforçant l’autosuffisance avec le risque de prix se dégradant", estime l’éleveur de Bignan (56) pour qui il faut garder un peu "de sérénité, ne pas aller plus vite que le marché, rattraper et tempérer".

En ordre de marche

Reste la capacité technique et financière à effectuer cette transformation que certains ont déjà effectuée (lire article page 11). L’année 2017 aura été belle, notamment avec un de bons résultats techniques. L’embellie sur le cours de l’œuf coquille, dès la mi-2017 avec la crise du Fipronil, a redonné à l’œuf français des couleurs, avec une demande accrue et un doublement de son cours. Un regain qui se poursuit. De quoi donner un peu de marge de manœuvre pour envisager de nouveaux investissements. Reste le besoin de visibilité face aux retournements et à l’évolution des marchés. "Il faut des engagements contractuels longs pour convaincre le banquier et ramener de la confiance", n’a pas manqué de recommander Franck Picard.

 

 

Le saviez-vous   ?

En Bretagne, plus de 20 millions de pondeuses produisent plus de 6 milliards d’œufs/an, soit près de 44 % de la production française. Chaque Français en consomme 220 en moyenne/an.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité