Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Groupe Roullier, au cœur du centre mondial de l'innovation

Spécialiste mondial de la nutrition végétale et animale, le groupe Roullier, basé à Saint-Malo, est d'ordinaire très discret. Toutefois, fin juin, ils ont ouvert les portes de leur "centre mondial de l'innovation" le temps d'une visite de presse.

Lieu stratégique s'il en est, le centre mondial de l'innovation (CMI) du groupe Roullier concentre tout le savoir-faire de l'entreprise, fondée par Daniel Roullier, en matière de recherche.

Construit en 2015 pour un investissement de 30 millions d'euros, le bâtiment s’étend sur plus de 8 000 m², dont 5 000 dédiés exclusivement à la recherche. Le centre abrite deux grands pôles : l’un consacré à la nutrition végétale, l’autre à la nutrition animale. Parmi les 200 collaborateurs employés, de 20 nationalités différentes, une centaine d'entre eux,  experts et docteurs sont dédiés à l'innovation. "Notre objectif, c'est de transformer une idée qui vient du terrain, en un produit fini qui soit une solution pour l'agriculteur", explique Nicolas Vermersh, directeur du CMI.

Pour le pôle végétal, les travaux menés par les équipes concernent la mise au point de produits de haute technologie, élaborés autour de différentes thématiques comme l’assimilation des nutriments, la fertilité des sols, les luttes contre les stress biotiques (bactéries, champignons,…) et abiotiques (hydriques, salins,…). Les axes de ces travaux sont menés par la recherche et l’identification des principes actifs issus en priorité des algues, des tests dans des chambres de culture et des serres d'expérimentation, mais aussi l'analyse et la compréhension des voies biologiques, physiologiques et métaboliques. À noter d'ailleurs que quatre chambres de culture permettent de reproduire une large variété de conditions climatiques représentatives des principaux bassins de productions agricoles. Cinq serres d’expérimentation peuvent accueillir un total de 3 000 plantes.

Enfin, ce centre est doté d'une serre de phénotypage unique au monde et entièrement robotisée. Conçue en collaboration avec l’Inra, cette serre permet d’étudier et de mesurer, de manière non destructive, la croissance ou l’état physiologique des plantes par prise de photographie automatique.

 

La nutrition animale

Le pôle dédié à la nutrition animale se concentre lui sur la mise en œuvre de principes actifs de nouvelle génération à destination des animaux. Un laboratoire, dédié aux travaux sur la digestibilité est équipé de deux rumens artificiels, répliques exactes de l’un des estomacs de la vache. Un second laboratoire travaille sur les effluents d’élevages. Et le dernier est dédié à l’optimisation de la conservation des fourrages (ensilages).

Avec l’ouverture du CMI Roullier, les collaborations scientifiques en France et à l’international se sont accélérées. De 70 à son ouverture en 2015, plus de 120 partenariats ont été signés notamment avec les États-Unis, le Brésil et la Chine. Ces partenariats sont très souvent signés avec des universités locales. Le groupe ambitionne de poursuivre son développement à l’international sur des marchés comme le Brésil, les États-Unis, l’Inde et l’Asie.

Sur le site de Saint-Malo, des discussions sont aussi en cours pour la création d'un nouveau bâtiment.

 

Cinq ans pour une innovation

En général, il faut cinq ans pour mettre au point une innovation, entre la mise au point de la formulation, les tests en laboratoire et la partie homologation. "Nous travaillons actuellement sur une dizaine de projets majeurs", confie le directeur du CMI, sans bien sûr en dévoiler davantage.

"En perpétuelle croissance, le groupe compte désormais 94 unités de production, 8 000 collaborateurs (dont 70 % hors France), commercialise ses solutions dans 122 pays et a réalisé un chiffre d’affaires cumulé de 2,5 milliards d’euros en 2017", se félicite Sébastien Chauffaut, nouveau président du directoire du groupe. Et de conclure, "ici, notre dénominateur commun, c'est l'innovation et ces dernières années, nous avons investi pour être sûr d'avoir tous les talents à bord".

 

 

Innovation Awards Roullier

Le groupe Roullier souhaite positionner le CMI comme une plateforme scientifique internationale de premier plan. C’est pourquoi le groupe a créé en 2018 les "Innovation Awards Roullier" afin de promouvoir la collaboration scientifique au plan international et de soutenir des projets de recherche innovants pour l’agriculture.

Une quarantaine de dossiers ont été déposés provenant de toutes les régions du monde : Amérique du Nord et du Sud (Brésil, USA), Europe (France, Italie, Espagne, Grèce), Afrique (Maroc, Algérie, Nigéria) et Asie (Inde, Bangladesh, Pakistan, Iran). Une première sélection a permis de retenir dix dossiers parmi lesquels les deux lauréats 2018 ont été élus.

Les thèmes de recherche proposés par les candidats sont nombreux et divers, avec en priorité les stress abiotiques (carences ou excès d’eau), le réchauffement climatique et l’impact des nouvelles variations de température. D’autres sujets ont également été abordés comme une meilleure assimilation de nutriments (azote, phosphore,...), la valorisation des déchets végétaux et des solutions de biocontrôle.

Les lauréats des Innovation Awards 2018 sont :

- Docteur Laura Zanin (Italie), département agriculture, alimentation, envi-ronnement et sciences animales de l’université d’Udine avec des travaux portant sur une meilleure efficience de l’azote.

- Professeur Walter W. Wenzel (Autriche), université de Vienne, ressources naturelles et appliquées aux sciences de la vie, département des sciences du sol et des forêts, institut de recherche du sol, avec des travaux portant sur la microbiologie du sol.

Chaque lauréat reçoit une dotation financière de 60 000 € et se voit offrir la possibilité de développer son projet de recherche pendant une durée d’un an en partenariat avec le groupe Roullier.

 

 

 

La BEI soutient le groupe

L'entreprise bretonne est la première bénéficiaire du nouveau programme de financement mis à disposition par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour le secteur de l’agriculture et la bioéconomie. La banque a octroyé un prêt de 50 millions d’euros au groupe pour financer son programme de recherche et développement visant à améliorer le portefeuille produit, la recherche de nouveaux domaines d’application adaptés aux besoins nutritifs des plantes et des animaux ainsi que l’adaptation de l’outil de production.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Vignette
Carbon Agri, la méthodologie de certification des gains carbone en agriculture est disponible
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a validé cet été la méthodologie Carbon Agri qui permet de faire certifier…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Publicité