Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

IBB : 20 ans de développement de la bio en Bretagne

Nouveau site internet, mise en place d’un identifiant bio breton, projet logistique pour regrouper l’offre : à l’aube de ses 20 ans, Initiative bio Bretagne (IBB) ne manque pas de projets concrets pour développer les filières bio, en réponse aux attentes de l’amont et de l’aval.

Administrateurs et salariés forment "une équipe soudée, pleine de projets".
Administrateurs et salariés forment "une équipe soudée, pleine de projets".
© Terra

Initiative bio Bretagne est la structure reliant l’ensemble des acteurs bio en Bretagne : producteurs, transformateurs, distributeurs, jusqu’aux consommateurs et à l’enseignement. Ces vingt dernières années, la filière bio a évolué et IBB avec elle : de l’amont à l’aval émergent de nouvelles attentes  auxquelles la structure, plus dynamique que jamais à ses 20 ans, répond par des projets concrets. La structure a changé de nom il y a deux ans, modifié ses statuts, et voit une nouvelle directrice - Stéphanie Cabantous - arriver à sa tête.

 

Nouvelle dynamique, nouveaux adhérents

L’assemblée générale de cette interprofession le 30 avril à Rostrenen était l’occasion pour les adhérents de faire le point sur ces évolutions. L’une d’entre elles est la hausse du nombre d’adhérents sur l’année écoulée, qu’IBB explique par le lancement à l’automne dernier des rencontres professionnelles bio : "des structures qui ne nous connaissaient pas sont venues à cette première édition où nous avons organisé 300 rendez-vous d’affaires", relève Virginie Fassel, animatrice de la structure. Ainsi quasiment tous les acteurs bio bretons se retrouvent aujourd’hui dans IBB, que ce soit directement en tant qu’adhérent (transformateurs notamment), ou indirectement via des structures adhérentes telles que les chambres consulaires, les organisations de producteurs (Biolait, BVB...). De 49 adhérents à la création en 1996, IBB en compte aujourd’hui 144, dont 32 nouveaux en un an.

"IBB répond aux attentes des adhérents depuis vingt ans, et ça continue", soulignait André Lagrange, président de l’interprofession, lors d’une conférence de presse organisée en marge de l’AG. Cette année, notamment, IBB a lancé son nouveau site internet, ciblé pour le grand-public, où plus de 1 000 points de vente sont référencés.

 

Identifier les produits bio bretons

L’interprofession s’est également lancée dans la création d’un identifiant bio breton "à la demande de nombreux adhérents et consommateurs, précise Patrice Le Penhuizic, vice-président d’IBB et élu à la chambre d’agriculture de Bretagne. Les produits bio bretons, aujourd’hui, on n’est pas capable de les identifier". IBB souhaite associer le conseil régional à sa démarche. Le projet devrait aboutir à la fois sur un identifiant "bannière" pour les entreprises bio bretonnes qui répondront aux critères d’un comité d’agrément, et sur un identifiant "produit" qui sera quant à lui délivré par un organisme de contrôle agréé. "Le projet doit être solide et opérationnel, tout en gardant notre éthique. C’est un dossier très compliqué", affirment les responsables qui y travaillent depuis plus d’un an et se sont fixés une échéance à l’automne 2015.

L’autre grand projet en cours concerne l’amélioration logistique de l’offre en produits bio, spécifiquement pour les restaurants, hôtels et café. Regrouper l’offre en s’appuyant sur les grossistes permettrait de développer les produits auprès de cette cible potentiellement intéressée. "La demande est forte, par exemple pour les crêperies, de même qu’en hôtellerie pour le petit-déjeuner, explique André Lagrange. Pour ces clients, pouvoir proposer des produits locaux est d’autant plus important que la Bretagne a un fort attrait touristique. Le lien ne se fait pas aujourd’hui uniquement pour des problèmes logistiques, le client veut un seul fournisseur. L’enjeu est d’organiser les filières de manière durable. Et c’est la mission d’IBB depuis le début".

Ils ont dit

Denis Paturel, trésorier et directeur d’Agrobio Europe / "On a bien fait de se tourner vers la bio. C’est une opportunité réelle pour beaucoup d’acteurs. Une voie d’avenir".

Pascal Le Guer, membre du bureau / La réussite économique en bio, car elle est bien réelle, devrait être davantage mise en avant.

Patrice Le Penhuizic, vice-président d’IBB / IBB est devenue indispensable au développement de la bio en Bretagne.


IBB


regroupe 144 adhérents,

est constitué de 9 salariés,

est organisé en 3 pôles d’activité : promotion-communication, recherche et développement, animation des filières.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité