Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Il faut repenser les aides et le parcours à l'installation !

Chaque année en juin le congrès national des Jeunes agriculteurs est l'occasion de débattre d'un sujet de fond, traité dans un rapport d'orientation. Celui-ci a préalablement été débattu en région, enrichi lors de différents groupes de travail, puis au final amendé au cours d'une longue soirée d'amendements. Pour le congrès de 2020 à La Baule (44), les trois rapporteurs proposent de repenser fondamentalement l'installation, son parcours, et son accompagnement.

François-Étienne Mercier, jeune agriculteur de Meurthe et Moselle, et José Jaglin, des Côtes d'Armor, sont deux rapporteurs du rapport d'orientation de JA. Ici avec Xavier Heinzlé, responsable du dossier installation à JA national. (Absent sur la photo : Gaëtan Gauthier, 3e rapporteur).

François Étienne Mercier, José Jaglin et Gaëtan Gauthier, accompagnés de Xavier Heinzlé, animateur à JA national ont, depuis quelques semaines, beaucoup écouté, et rencontré de partenaires de l'agriculture. Ils présentaient lundi dernier à Rennes leurs réflexions et leurs préconisations au sujet de l'installation et du parcours à l'installation qui sera au cœur du rapport d'orientation du congrès de La Baule.

 

Des constats

Avant de formuler des préconisations, les trois rapporteurs ont voulu observer le parcours à l'installation, comprendre le contexte et les enjeux. Ils ont rencontré les différents partenaires de l'agriculture qui travaillent de près ou de loin le sujet, et des acteurs, "nouveaux", comme l'association des agriculteur urbains.
Le premier enjeu connu est bien-sûr celui de la pyramide des âges. Chacun le sait aujourd'hui, dans les dix ans à venir, 40 % des agriculteurs vont partir en retraite.
Les responsables JA ont aussi entendu un certain nombre de critiques sur le fonctionnement du parcours à l'installation. Ils estiment maintenant qu'il faut repenser le dispositif actuel qui a été régulièrement amélioré mais qui selon eux "ressemble surtout à un empilement de petites mesures d'adaptations successives du dispositif". Ces adaptations ayant eu un effet "pervers", disent-ils, "on a un peu oublié quel était l'objectif poursuivi".
Autre critique essentielle : "trop peu de jeunes entrent aujourd'hui dans le parcours à l'installation". Chacun s'accorde à le trouver "performant parce que 98 % des gens qui y entrent sont encore présents au bout de 5 ans, mais environ 50 % des installations des moins de 40 ans se font sans aide ! On compte 5 000 installations aidées pour 9 000 installations de moins de 40 ans et 12 000 installations au total. On n'avait pas forcément conscience de ça", reconnaissent les rapporteurs.

 

L'objectif

Alors qu'aujourd'hui on compte 1 installation pour 2,5 à 3 départs, ces chiffres vont probablement exploser avec seulement une installation pour 4 ou 5 départs, et une perte énorme du nombre d'agriculteurs en place. L'objectif des JA reste toujours d'installer le plus d'agriculteurs possible, dans des systèmes "viables, vivables, et transmissibles". L'agriculture se diversifie et les installations avec. La diversité des parcours et des projets est de plus en plus importante. Pour ce type d'agriculture innovante, et quelquefois atypique, la question foncière est souvent moins prégnante. Les jeunes qui s'installent ne sont d'ailleurs plus dans un modèle d'installation au long court, pour la vie, mais un projet peut être ponctuel, avant un autre, ailleurs. Conséquence, l'agriculture "explose", se diversifie. La question n'est plus seulement pour les rapporteurs d'accompagner un projet pour qu'il fonctionne économiquement, un projet qui n'est plus forcément un projet de vie.

 

Les propositions

Pour les JA, la question de l'accompagnement à l'installation doit continuer à se faire sur un triptyque formation, installation, transmission, et intégrer chaque étape dans l'objectif d'installer plus. À ce stade du rapport qui sera enrichi par les échanges à venir, trois propositions essentielles sont listées.
La première consiste à rendre obligatoire au minimum un diplôme de niveau IV agricole pour accéder au métier. En effet, selon les rapporteurs, l'agriculture serait l'un des derniers métiers où l'on peut s'installer sans formation, et sans diplôme. Second niveau, l'ambition serait d'accompagner des jeunes qui se donnent la possibilité de se former tout au long de leur carrière, soit donc prioritairement des jeunes de niveau de formation diplôme de niveau III, pas spécifiquement agricole d'ailleurs. L'agriculture change, et les futurs entrepreneurs devront avoir la capacité de s'adapter et de transformer leur projet sur le court terme.
Pour ce faire, l'accompagnement de l'installation devrait s'élargir de l'économique à l'humain. L'ambition serait d'élargir les point accueil installation à des points accueil formation installation transmission, afin d'apporter une lisibilité globale au dispositif, lequel doit intégrer une refonte de la DJA. Les jeunes préconisent de la transformer en une aide à la création d'entreprise agricole, avec moins de contraintes pour accrocher plus de jeunes, pour les aider à rentrer dans un plan de formation et un accompagnement humain.

À ce stade les propositions sont encore assez succinctes. Si l'ambition est de faire entrer plus de personnes dans le dispositif à l'installation, cela ne change pas pour le moment le nombre de personnes installées. Les rapporteurs estiment d'ailleurs que l'on n'a pas assez de monde aujourd'hui dans les écoles pour prendre le relai des exploitants qui sortent du métier. Entre aider plus de jeunes, ou installer plus de jeunes, à ce jour, le balancier des JA reste vers le premier thème. Rendez-vous à la Baule en juin pour voir si l'ambition aura évolué.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité