Aller au contenu principal

Incendie d’un abattoir: la filière bovine dénonce des comportements «injustifiables»

© TERRA

La Fédération nationale bovine dénonce dans un communiqué le 28 septembre des « comportements extrémistes injustifiables » après un incendie ayant détruit dans la nuit de jeudi à vendredi 28 septembre la moitié de l’abattoir des établissements Gesler situé à Haut-Valromey (Ain), ainsi que plusieurs véhicules. Pour la FNB, «les appels répétés, depuis des semaines à faire brûler les abattoirs» des «associations extrémistes anti-viande et antispécistes» «ne pouvaient conduire qu’aux conséquences dramatiques de cette nuit». L’organisation demande aux pouvoirs publics «de prendre toutes les mesures» pour que les opérateurs de la filière «puissent exercer leur métier dans un climat serein». Si l’incendie n’a pas été revendiqué, la gendarmerie a confirmé à France Bleu Pays-de-Savoie «privilégier la piste criminelle», «plusieurs départs de feu» ayant été constaté sur les lieux du sinistre. L’incendie intervient alors que l’association 269 Libération animale avait appelé mercredi à une «Nuit debout devant les abattoirs» partout en France. Dans un communiqué, Interbev et Inaporc ont réagi en appelant Emmanuel Macron à «enrayer immédiatement ces offensives sectaires qui ne peuvent qu'aboutir à une guerre civile». La section viande de la CR a pour sa part demandé la dissolution de l’association Boucherie Abolition dont le président avait appelé à «poursuivre la guerre» contre les bouchers, «ainsi que tout groupement antispéciste qui appellerait à la violence».

Incendie d’un abattoir: front commun des syndicats pour le «respect des éleveurs»

«Un pas supplémentaire a été franchi la nuit dernière» dans «la stigmatisation des éleveurs», estiment l’ensemble des syndicats agricoles nationaux dans un communiqué commun le 28 septembre, après l’incendie «manifestement criminel» ayant touché dans la nuit l’abattoir des établissements Gesler situé à Haut-Valromey (Ain). «Les éleveurs n’en peuvent plus de ces attaques répétées contre leur métier», estiment les organisations rappelant que cette action «intervient dans un contexte de mobilisation très violent de certaines associations végan». «Nous n’acceptons ni les insultes […] ni les agressions contre les acteurs de nos filières», rappellent-elles. «Nous, syndicats agricoles, demandons ensemble le respect de nos métiers et demandons aux pouvoirs publics de faire cesser cette violence inacceptable», concluent-elles. «Nous ne dénonçons pas le véganisme en tant que tel: chacun est libre de choisir le régime alimentaire qu’il souhaite pour lui-même», estiment par ailleurs les syndicats, «mais le prosélytisme qui est orchestré autour n’est pas acceptable». Si «des abus existent dans certains abattoirs», ils «ne représentent pas l’ensemble des situations, ni l’ensemble de la production», détaillent-ils jugeant que «les associations qui prônent l’arrêt complet de l’élevage se trompent de combat».

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité