Aller au contenu principal

2 000 cochons s’envolent de Brest vers la Chine

Son cheptel décimé par la fièvre porcine africaine, la Chine se tourne vers la génétique française pour repeupler ses élevages. Mardi et mercredi, 2 000 reproducteurs ont quitté l’aéroport de Brest en direction de la province du Chanxi, à l’est de Pékin.

Disposés sur trois étages, les cochons ont pris place dans de grandes caisses en bois. Après 14 heures de vol dans un Boeing 747 russe et une pause de deux heures au Kazakhstan, les cochons arriveront en Chine.

Le Boeing 747 vient à peine de se poser sur la piste de l’aéroport de Brest Bretagne que déjà d’immenses caisses en bois sont acheminées sur le tarmac depuis un hangar à l’écart de l’aérogare. Arrivés le matin même en provenance de l’élevage de quarantaine, dans le Morbihan, les 1 000 cochons y ont pris place, disposés sur trois étages grâce à une rampe fabriquée sur-mesure... Une logistique impressionnante, dupliquée le lendemain, avec un second avion.

Depuis 2017

"Nous avons l’habitude", explique Laurent Poussart. Directeur de Celtic freight consulting, il est spécialiste du transport aérien d’animaux vivants : chevaux, vaches, chèvres... Et travaille depuis 2017 avec l’aéroport de Brest Bretagne qui a profité de sa piste de 3 800 mètres, capable d’accueillir les plus gros porteurs, pour développer un vrai savoir-faire en la matière et se doter d’équipements spécifiques. "L’avion est adapté au transport de marchandises fragiles, précise Loïc Abjean, directeur d’exploitation de l’aéroport Brest Bretagne. Produits pharmaceutiques, légumes, fleurs mais aussi animaux vivants".
Spécialiste de la génétique porcine, Axiom exporte ses reproducteurs dans 40 pays et est un habitué de la Chine, où deux collaborateurs y sont basés depuis plus de dix ans. "Le pays n’a pas de génétique propre et fait appel à des entreprises extérieures, explique Marie Pushparajalingam, directrice du développement et de la stratégie internationale. Nous y avons une très bonne image. Les Chinois apprécient la productivité et la qualité de viande de nos porcs".

La peste porcine accélère les commandes

Pour Axiom, 2019 a été une année calme en matière d’exportation de reproducteurs vers la Chine. "Le pays cherchait comment reconstruire ses élevages, suite à l’épisode de peste porcine. Et il a fait le choix de privilégier les élevages industriels, de 2 à 5 000 truies, où il est plus facile d’assurer la biosécurité". Mais 2020 s’annonce déjà comme exceptionnelle. "Nous y expédions habituellement 2 à 4 000 porcs par an. Cette année, ce sera 8 000 voire 10 000, la peste porcine ayant accéléré les commandes". Et Brest sera à nouveau choisi, plutôt que Vatry, en Champagne. "C’est une opportunité pour le bien-être animal, l’empreinte carbone et la réduction des coûts, puisque notre quarantaine se trouve dans le Morbihan, à deux heures de camion de Brest", détaille Marie Pushparajalingam.

Choisis un par un

Concrètement, une délégation chinoise se déplace en France et fait le tour des élevages d’Axiom, pour y choisir, un à un, les reproducteurs dont elle a besoin. Et le protocole sanitaire est établi par la DGAL et son équivalent chinois. Deux prises de sang sont effectuées, avant le départ en quarantaine puis 30 jours plus tard, à la fin de celle-ci. "Et un vétérinaire chinois est présent durant tout ce temps". Une fois en Chine, une seconde quarantaine est également prévue, à nouveau de 30 jours.
"La biosécurité a toujours été un sujet, affirme Laurent Poussart. Le coronavirus nous a juste obligés à ajuster un peu nos procédures". Ainsi, les avions effectueront une escale de 2 heures au Kazakhstan, un pays indemne de peste porcine. "On en profitera pour changer d’équipage. Depuis l’épidémie, ils ne veulent plus dormir en Chine et préfèrent effectuer l’aller-retour dans la journée".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité