Aller au contenu principal
Font Size

Agriculteurs et apiculteurs échangent pour favoriser les abeilles

Le 13 mars dernier, Res’agri Légumes 29 et l’association Les abeilles du Pays de Morlaix ont convié agriculteurs et apiculteurs du Léon et du Trégor à venir échanger sur la thématique des abeilles.

   Le 13 mars dernier, apiculteurs et agriculteurs, ont échangé sur les bonnes pratiques à mettre en place pour favoriser les abeilles et la pollinisation.

Hervé Bodeur, apiculteur et président de l’association, a présenté à une trentaine de personnes comment vivent les abeilles, quels sont leurs besoins (pollen, nectar, eau), quels sont les gains de rendements apportés par la pollinisation des cultures et quelles actions chacun, agriculteur comme apiculteur, peut mettre en œuvre.
Cette rencontre a permis de discuter de tous les sujets, sans tabous, et d’apporter des réponses concrètes aux questions des agriculteurs et des apiculteurs. Hervé Bodeur souligne l‘importance d’avoir écarté tous les principaux facteurs (varroa, nourriture suffisante, fertilité des reines...) avant de chercher des responsabilités dans le monde agricole. Il souligne que "les intoxications, ça arrive, mais il faut avant tout discuter avec son voisin agriculteur pour savoir ce que contient le pulvérisateur et au besoin déplacer les ruches. Tout n’a pas un impact sur les abeilles". Jean-Yves Masson, co-président de Res’agri Légumes 29, complète. "En effet, le pulvérisateur peut très bien contenir un engrais foliaire, un produit de bio-contrôle, de l’urée, des oligo-éléments... qui sont inoffensifs".
De leur côté, pour favoriser les abeilles, les agriculteurs doivent respecter les règlementations : pas de pulvérisations sur les cultures en période de floraison sauf pour les produits portant la mention abeille, pulvérisation en soirée quand les abeilles sont rentrées dans la ruches. Ils peuvent actionner un certain nombre de leviers, comme préserver ou planter des plantes mellifères (aubépine, châtaigner, prunellier), laisser des prairies monter à fleur (les fleurs de trèfle ou de pissenlit sont intéressantes), semer des bandes fleuries ou des couverts mellifères (phacélie, sarrasin, moutarde, féverole...).
Les particuliers peuvent aussi agir en semant ou plantant de la bourrache, du bleuet, du millepertuis ou des pommiers dans leur jardin. De même, préserver les plantes sauvages, type ronce ou lierre, permet de nourrir les abeilles dans des périodes où les ressources alimentaires manquent. Le piège des frelons asiatiques au printemps avec un mélange de bière brune, de sirop de grenadine et de vin blanc est également très utile pour limiter la population de ce ravageur des abeilles. Chacun peut agir à son niveau pour préserver les abeilles qui sont utiles à tous.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
"Prenez un bon bol d'air" avec le Crédit Agricole
Depuis le début de la crise, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine multiplie les initiatives pour accompagner ses clients,…
Publicité