Aller au contenu principal

Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?

La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ? Répondre à la diversité de situations, c’est tout l’enjeu du projet Carbocage mené en Bretagne et Pays de LaLoire : une méthode et des références pour valoriser le carbone stocké par les haies du grand Ouest. Démonstration à Langonnet.

On n'a pas fini d'inventorier les multiples effets bénéfiques de la haie qui avec ses arbres, est un couteau suisse en faveur du climat.

Il y a tout à gagner à conserver et entretenir des haies sur sa ferme. Avec 103 mètres de linéaire de densité bocagère par hectare de SAU, (en moyenne 96 sur le Pays du roi Morvan, 110 en Bretagne, Agreste/DRAAF 2008), Erwan, Morgan et Goulven Le Cras l’ont bien compris au Gaec Avel ar Vro de Langonnet (56). Ces trois jeunes associés produisent 600 000 l de lait bio de foin avec leurs 100 vaches laitières sur 170 ha d’herbe, fourrage unique, pâturé ou séché en grange. "Un secteur qui a été remembré dans les années 70", relate Erwan, jeune trentenaire au pied d’une haie replantée, l’une sur 2,3 km offrant un cadre bocager à l’exploitation. Les associés se sont engagés dès 2014 en produisant du bois énergie pour la chaufferie de la piscine du Faouët et en devenant sociétaires de la Scic Argoät Energie (1). Ils valorisent ainsi le bois issu de leurs haies bocagères, replantant entre autres, grâce aux programmes Harmonie et Breizh Bocage et s’adossent à un plan de gestion durable des haies, bien cadré sur 15 ans.

La haie avec ses arbres, couteau suisse en faveur du climat.

100 t de bois récoltés par an

"Cette densité bocagère permet de prélever en gestion durable 100 t de bois à l’année. Nous entretenons nos haies et fournissons des plaquettes pour les chaudières des collectivités", relève Erwan Le Cras. Une gestion dynamique où les haies repoussent et séquestrent du carbone. "On a effectué l’an passé des travaux d’entretien sur du taillis de saule sur 1,4 km. Sur les 4 000 euros du coût de chantier avec broyage, nous avons reçu 3 000 euros de la Banque Postale", détaille le jeune éleveur laitier. En jeu ? Compensation et récupération de crédits carbone. Entreprise qui s’est ainsi engagée à soutenir trois plans de gestion des haies en Bretagne, dont celui élaboré par le Gaec Avel Ar Vro.

 

4 tonnes eqC02/km/an captés

Mais combien de carbone les haies de l’Ouest sont-elles capables de stocker ? En l’absence de référence et de méthodologie, financées par l’Ademe, les chambres d’agriculture des Pays de La Loire et de Bretagne se sont attelées à la tâche pour évaluer le carbone stocké "dans des haies bien gérées, avec guide et plan de gestion", pointe Laurence Ligneau, chargée de mission Énergie-Climat des chambres d’agriculture de Bretagne. Trois années à passer au crible quatre types de haies et à en mesurer 34 pour établir un référentiel à partir de l’évaluation de la partie du carbone piégée dans le sol, dans les racines et dans la partie aérienne de la haie : jusqu’à 5 tonnes eqCo2 par an et par kilomètre pour une haie pluristrate, type très performant avec une diversité d’espèces. Au Gaec Avel ar Vro, travaux pratiques : "nous avons évalué à 17 tonnes eqCo2/an le stock durable de carbone sur 6 km de haies et 9 tonnes qui peuvent être prélevées, soit un total de 26 tonnes eqCo2 sur 6 km sur une durée de 15 ans, soit plus de 4 t eqCo2/km/an", cadre Samuel Le Port, conseiller agroforestier-forestier-bois énergie au service territoire des chambres d’agriculture de Bretagne.

haie bocagère

Marché carbone en vue

Le carbone séquestré dans les haies, certifié, peut alors être l’objet de crédits carbone. Ils seront échangés dans un marché volontaire où les entreprises et collectivités (dans leurs démarches environnementales : RSE, normes ISO, Plan Climat Air Énergies Territoire, Agenda 21...) "peuvent participer et apporter ce coup de pouce nécessaire aux agriculteurs pour améliorer la gestion de leurs haies", note Laurence Lignreau. En un mot, les rétribuer.  Encore fallait-il évaluer cette capacité de stockage du carbone dans celles de l’Ouest de la France et certifier la méthodologie et le référentiel. C’est désormais chose faite avec un label Haie(2) qui sera complémentaire du label Bas Carbone permettant de sécuriser la démarche et d’entrer dans ce marché dont les valeurs sont encore à préciser.

 

(1) Scic pour Cociété Coopérative d’Intérêt collectif, Argoat Bois Energie, la filière bois bocage du Morbihan. (2) Le label haie définit les principes de gestion durable des haies avec des indicateurs mesurables sur le terrain tel que la qualité de la coupe, le taux de prélèvement, le maintien de la biodiversité… Site à consulter : https ://afac-agroforesteries.fr/labellisation-nationale/

 

GES et crédits carbone

Différents secteurs d’activité, transport, résidentiel, industrie, agriculture émettent du C02, dioxyde de carbone. Au delà des efforts de réductions, "il est important de maintenir voire d’augmenter le stock de carbone dans le sol et la biomasse. La solution étudiée dans Carbocage est de stocker le carbone par une gestion optimisée des haies", résume Laurence Ligneau des chambres d’agriculture de Bretagne, en charge de l’étude. Carbocage est un projet pilote financé par l’Ademe sur trois ans. Il aura permis de concevoir une méthodologie avec estimation du stockage du carbone par types de haies de l’Ouest de la France. Ce projet propose également d’expérimenter un marché local du carbone sur trois territoires pilotes que sont le pays des Mauges (49), le pays du roi Morvan (56) et le pays de la Vallée de la Sarthe (72) et de le démultiplier.

 

Les arbres de la haie comme fourrage

 haie bocagère

Parmi les nombreuses aménités de la haie et des arbres, la production de fourrage est souvent oubliée. Or, face au changement climatique et aux sècheresses répétées, cette pratique ancestrale retrouve de l’intérêt. Elle a été utilisée cet été dans le Cantal et la Creuse pour renforcer l’autonomie alimentaire des troupeaux. L’Inrae à Lusignan (Vienne) se penche sur la question, mais pas que.
"On peut vite arriver à du sur-pâturage pour des raisons climatiques. Avec le manque d’herbe, il y a transfert vers l’arbre et après avoir maltraité la prairie, c’est la haie qui peut être maltraitée. Une haie bien implantée mettra moins de temps à s’en remettre car son appareil végétatif est plus puissant", cadre Jérôme Goust. Alors comment utiliser l’arbre ou la haie ? Poursuivant leur travail sur l’autonomie fourragère, notamment face au changement climatique, cette question a aussi été posée par les Civam bretons à Lanouée, le 24 septembre dernier.
Pour y répondre, l’ancien paysan du Tarn, journaliste, auteur du livre "Arbres fourragers : de l’élevage paysan à la protection de l’environnement", s’est appuyé sur les parcelles bordées de 3 km de haies de la ferme laitière de Michel Mauguin, sur 45 ha. Objectifs ? Pointer l’intérêt des essences présentes, préciser leur taille et conduite pour favoriser la consommation de ce fourrage à portée de langues de bovins et appétant à en juger la taille au cordeau tracée par le bétail sur les espèces en place. Des essences plantées au gré des la reconstitution progressive des haies après remembrement. "On a participé à tous les programmes de plantation et talutage, Hamonie, Breizh bocage, seuls aussi. Nous avons souscrit une MAE bocagère. On a mis le paquet là où sont les animaux. Les vaches mangent tout le bas, sur 2 m, que ce soit châtaigniers, chênes ou autres...", inventorie l’éleveur. "Avant les prairies apparues avec les moines qui défrichaient, les herbivores consommaient des branches et ligneux", situe l’auteur, adepte d’une gestion dynamique des haies. "Il va falloir changer de regard et intégrer le choix fourrager dans la plantation et la conduite. Un arbre fourrager, passé le 15 août, peut être étêté. Couper la tête du chêne à 2 m va stimuler et faire éclore des bourgeons et produire des branches consommables". / Claire Le Clève - Terra

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité