Aller au contenu principal

Choucas des tours : mieux cibler les actions de régulation

La population de choucas des tours ne cesse de progresser, principalement dans le Finistère et les Côtes d’Armor. Estimant les prélèvements autorisés par arrêté préfectoral inefficaces, les associations de protection de la nature montent au créneau pour préconiser des méthodes alternatives.

De gauche à droite : Laurent Pélerin, président de la  LPO Bretagne, Jean-François Conan, agriculteur à Guilligomarc’h, Jean-Pierre Roullaud, administrateur Bretagne Vivante, Pierrick Berthou, agriculteur à Quimperlé, et Daniel Le Mao, administrateur LPO  Bretagne.

"J’ai perdu un bon quart de mon maïs", affirme Jean-François Conan, producteur de lait bio à Guilligomarc’h (29). "Sur 6,5 ha de céréales, 5 ha ont dégagé", rajoute Pierrick Berthou, agriculteur bio à Quimperlé. Comme eux, éleveurs et producteurs de légumes sont sans cesse plus nombreux à se plaindre de dégâts de choucas, principalement en Finistère et Côtes d’Armor.

Une population en forte progression

"La population de choucas a fortement augmenté ces dernières années, ce qui n’est pas sans provoquer de conflits d’usage". Président de la LPO, la ligue de protection des oiseaux de Bretagne, Laurent Pélerin est bien conscient des dégâts occasionnés à l’agriculture, notamment sur les jeunes semis, et aux particuliers (nuisances sonores aux abords des dortoirs, cheminées obstruées par les nids…). Mais s’il convient d’une nécessaire régulation, il est loin d’être d’accord avec les méthodes actuellement en vigueur. "Le préfet des Côtes d’Armor a pris un arrêté dérogatoire autorisant le prélèvement de 8 000 oiseaux. Celui du Finistère s’apprête à en signer un pour 12 000 choucas". Des arrêtés que les associations de protection de la nature vont attaquer, "car ils ne servent à rien : les populations de choucas ne cessent de croître".

Choucas

Mieux connaître le choucas

S’exprimant aussi au nom de Viv’armor nature et Geoca, Laurent Pélerin avance plusieurs raisons pour expliquer leur opposition. "Pour savoir comment réguler efficacement le choucas, il faut d’abord mieux comprendre les raisons de son explosion". Pour cela, une étude vient d’être lancée en Bretagne par la Dréal. "Elle portera sur l’évaluation de la répartition de la population reproductrice, grâce à des comptages dans une vingtaine de communes représentatives par département, détaille Daniel Le Mao, administrateur de la LPO. Mais aussi sur ses déplacements, grâce à une vingtaine d’oiseaux équipés de GPS. Sur sa reproduction, puisqu’il semblerait que le nombre d’oiseaux à l’envol par nid ait progressé. Et sur son alimentation, grâce à des prélèvements de jabots et l’analyse de muscles". En effet, pour le moment, difficile de dire s’il déterre les plantules de maïs pour consommer le grain ou chercher des larves qui s’y cacheraient. "D’ici un an, les premiers résultats nous permettront de voir plus clair. Et de cibler des méthodes vraiment efficaces".

Des méthodes alternatives...

Incitant à "changer de regard sur le vivant" et se refusant à tuer des oiseaux "pour de simples difficultés économiques", les associations de protection de la nature préfèrent mettre en avant des méthodes alternatives. En ville, lieu d’habitat des choucas, l’utilisation de la fauconnerie peut disperser les dortoirs avant la période de nidification. "On demande aussi aux particuliers un comportement civique, rajoute Daniel Le Mao. En ne laissant pas traîner de nourriture et en obturant leurs cheminées avec du grillage ou des chapeaux". Des perchoirs à rapaces pourraient favoriser les prédateurs naturels des choucas. Et des arbres pourraient être plantés dans des lieux "non problématiques", zones commerciales ou industrielles, pour fournir des zones de report aux oiseaux.

… en ville et à la campagne

S’ils nichent en ville, c’est à la campagne que les choucas s’alimentent. "Il faut donc limiter leur accès à la nourriture dans les bâtiments d’élevage, sur les chantiers de semis ou sur les chaumes, lors de la récolte, énumère Jean-Pierre Roullaud, en charge des questions agricoles à Bretagne vivante. L’effarouchement peut aussi donner de bons résultats".

Mais pour les associations de protection de la nature, il faudrait sensiblement réduire la culture du maïs. "Le choucas est un oiseau opportuniste. Et c’est depuis l’augmentation des surfaces en maïs dans les campagnes bretonnes que sa population a flambé. Seul un changement du modèle et des productions agricoles dominantes permet d’envisager un équilibre "naturel" pérenne dans le temps".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité