Aller au contenu principal

Concours Graines d'agriculteurs : Votez jusqu’au 18 septembre !

Depuis 2011, Graines d’agriculteurs récompense les projets d’agriculteurs récemment installés. Après l'engagement sur le territoire ou la gastronomie, c’est la communication que les JA ont retenu pour l'édition 2020. Et parmi plus de 40 candidats, deux bretons font partie des finalistes. Terra vous les présente en avant première. Le public désignant son coup de cœur, vous pouvez voter avant le 18 septembre pour votre projet préféré sur www.demainjeseraipaysan.fr ou la page Facebook Graines d'agriculteurs. Le nom des lauréats sera dévoilé le 8 octobre à l’Académie de l’agriculture, en présence du ministre.

Adrien partage son quotidien sur Twitter

Twitter, happig hour… : installé en 2015 du côté de Fougères (35), Adrien Simon multiplie les occasions de mieux faire connaître les différentes facettes de son métier de producteur de porcs. Une communication positive tous azimuts qui lui vaut d’être finaliste au concours Graines d’agriculteurs, lancé par les JA.

Concours Graines d'agriculteurs

"Je suis un hyper-actif de la communication", lance Adrien Simon, dans un éclat de rire. Un goût qui lui est venu peu à peu. "Comme tout le monde, j’avais un compte Facebook". Et c’est une formation du CRP sur les réseaux sociaux, début 2019, qui lui donne l’envie d’aller plus loin. "J’ai d’abord pensé que ce n’était pas pour moi. Puis je me suis lancé". Connu sur Twitter sous le nom de son élevage, La Croix Triquet, @LaTriquet, il partage son quotidien, auprès des animaux et dans les champs. Et lance le hashtag #mescochonsetmoi, proposant aux producteurs de porcs de se prendre en photo avec leurs animaux. "On a fait le buzz". Aussitôt, les vegans ripostent. Mais Adrien a la solution. "J’ai bloqué tous les commentaires haineux : inutile d’essayer de discuter avec eux, c’est mission impossible".
Très vite, le jeune éleveur se prend au jeu. "J’ai commencé avec un tweet par semaine, pour en arriver désormais à plusieurs par jour". Mais pas question de se laisser déborder ! "Dans l’élevage, je n’ai jamais mon téléphone sur moi, il reste au bureau, sauf pour prendre, si besoin, quelques photos. Je tweete quand j’ai le temps, le matin, à midi ou le soir. Et je viens de faire une pause de 15 jours !"
Adrien a aussi animé, pendant une semaine, le compte Twitter d’Agriculteurs de Bretagne. Il ne se limite pas aux réseaux sociaux. "L’an passé, j’ai organisé un Happig hour". Sous l’égide du CRP, ces after-works donnent carte blanche aux éleveurs pour aller à la rencontre des consommateurs, dans un bar, autour de défis à relever et de planches de charcuterie à gagner. Après avoir remporté le challenge du meilleur Happig hour, Adrien a décroché, lors du dernier salon de l’agriculture, à Paris, le prix du meilleur communicant, organisé par Inaporc. Et est maintenant finaliste au concours Graines d’agriculteurs avec toujours le même objectif : mieux faire connaître son métier auprès du grand public. / Chantal Pape

 

Tiphaine Chatal, pédagogue à la ferme !

Installée dans le Morbihan, Tiphaine Chatal a créée une ferme pédagogique avec pour objectif de retisser des liens entre les consommateurs et le monde agricole en accueillant un large public. Elle a été sélectionnée pour la finale du concours graine d'agri.

Concours Graines d'agriculteurs

Tiphaine Chatal s’est installée sur la ferme de ses parents avec son conjoint en 2014 notamment en vache laitières et polyculture. Ils possèdent 80 vaches laitières et 160 hectares de culture (surtout de l’herbe, du maïs et des céréales). Avant de s’installer, elle était animatrice en centre équestre mais au fond "j’ai toujours voulu faire de l’accueil à la ferme", affirme-t-elle. Avec des parents qui faisaient déjà des portes ouvertes chaque année avec les groupes de développement, elle a donc toujours eu l’habitude de les voir accueillir et guider des groupes."J’ai surtout vu que ça plaisait aux gens", confie Tiphaine, ce qui la pousse à développer cette ferme pédagogique après son installation.
Après avoir pris le temps de prendre leurs marques à la ferme, Tiphaine et son conjoint accueillent depuis l’année dernière un large public à la ferme : familles, écoles, centres de loisirs, maisons de retraite ou encore EHPAD. Le but de cette ferme selon elle, est avant tout de parler de leur métier en amenant ces groupes directement au cœur d’une ferme. "L’objectif est de leur montrer ce qu’on fait, de quelle manière et pourquoi on le fait", assure Tiphaine mais elle nuance en affirmant ne pas vouloir faire changer d’avis les consommateur mais plutôt de faire évoluer leur mode de consommation, leur permettre de choisir ce qu’ils veulent manger. "C’est vraiment de la communication active que l’on propose, car ça permet à chacun de voir une ferme de l’intérieur, ça va au delà des salons où l'on "amène" la ferme aux gens. Ici, ils sont vraiment à l’intérieur et pour eux c’est plus vrai". / Alexane Clochet

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Publicité