Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi

Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi. Idem, au conseil municipal où il a fait sa première entrée voila six ans, rempilant volontiers pour cette nouvelle mandature. Il s’est installé il y a dix ans en aviculture, avec un sens de l’engagement qu’il partage avec Laura, sa compagne, elle aussi investie. Rencontre.

Laura et Germain Evo, aviculteurs, impliqués : mairie, Kevrenn Alré, Crédit agricole, MSA...Et ils se sont organisés pour.
© Claire Le Cleve

En ce mardi 10 mars, à Locmeren des bois : "j’ai mis ce que je voulais en blé en novembre, je ne suis pas en retard du désherbage de mes céréales, c’est fait, mon premier apport d’azote aussi. Je n’ai pas de légumes à mettre pour le moment", savoure, serein, Germain Evo. Ses travaux sont à jour sur les 85 ha de leur SAU, et une la météo pluvieuse le contrait à l’abri.

Libérer du temps pour

Ce qui n’est pas pour lui déplaire, afin de "profiter de ma famille", raconte-t-il se tournant vers Laura, son épouse, désormais salariée de l’exploitation, deux jours par semaine, "pour l’administratif. J’ai mis progressivement le nez dans les papiers", détaille-t-elle, ex commerciale, titulaire d’une licence en banque et assurance, "bien utile pour l’exploitation". Mais pas que, enchaîne la jeune présidente de la caisse locale du Crédit agricole de Grand-Champ, tout récemment élue, engagée aussi à la MSA et secrétaire générale de la Kevrenn Alré, à Auray. "L’ensemble musique et danse le plus titré de Bretagne", relève-t-elle, pour l’anecdote. Outre y danser, elle y investit près de deux jours par semaine. "C’est beaucoup de gestion du quotidien, rédaction des convocations, compte rendu de réunions, rencontres avec les élus, gestion et négociation des contrats de la saison, de salles…" décrit Laura. Alors l’engagement, on connaît chez les Evo, "on dit oui aussi. Moi j’y vais tête la première et je m’implique jusqu’au bout", reconnaît Laura, tout comme Germain, "on a été à bonne école avec des parents qui s’impliquaient aussi". Dont actes et organisation en conséquence, mais "une priorité à la famille". Et si Germain, pour l’équilibre, a envisagé un temps que Laura puisse continuer à travailler à l’extérieur, "je n’en ressentais pas le besoin. On s’apprêtait à fonder une famille. J’étais déjà investie dans le milieu associatif et avais une vie sociale extérieure", pointe Laura, lucide et déterminée.

Installation à 22 ans

De la véranda où ils savourent leur café, parents d’un bébé de 7 mois à la sieste, ils embrassent en un regard quatre des cinq poulaillers dans cette campagne arborée de Grand-Champ. Au milieu de ces terres, le petit atelier de broutards charolais valorise les prairies. Un choix et une qualité de vie voulue, "même si mon installation à 22 ans, il y a dix ans exactement, s’est faite tôt. Je pensais faire d’autres choses avant", raconte ce titulaire d’un BTS technico-commercial passé à l’ESA d’Angers "option produits alimentaires", puis une licence de management des entreprises agricoles. Mais, la découverte par hasard de la vente des poulaillers de son voisin va précipiter la donne. "J’ai acheté ses deux bâtiments de 1 300 m² et 850 m² et 22 ha". Cinq ans plus tard, au départ à la retraite de ses parents, il reprend leurs trois poulaillers de 1 000 m² chacun et 35 ha, le reste de la SAU étant louée. "Mes bâtiments sont tous plus vieux que moi mais ils ont été bien rénovés et entretenus" souligne-t-il, plus producteur de dindes que de poulets avec Eureden, sachant qu’à termes, d’autres investissements "lourds", seront à consentir. "Du sol béton, des fenêtres, des normes bien-être vont aussi s’appliquer à la dinde", prévoit le couple que l’évolution des normes n’inquiète pas plus que cela. "Il faut regagner des parts de marchés en France… et puis ça va aussi améliorer le bien-être de l’éleveur", relativise Germain.

Jeunes actifs engagés, profil recherché

Reste qu’avec "tous ces engagements là, nous avons fait des choix", estime le couple, jeunes actifs, rapidement repérés. En 2010 quand il s’installe, les JA viennent le chercher, il devient délégué du canton, "il y a le coté défense de la profession mais c’est surtout le côté convivial, c’est important que le secteur de Grand-Champ soit représenté", idem au sein du Comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture. "C’est vrai qu’on est venu nous chercher. Je me souviens qu’en Yves (Bleunven, actuel maire de Grand-Champ, réélu), est venu. Il voulais défendre la ruralité. Il estime que c’est une chance. Cette idée me plaisait bien. J’ai été élu parmi les plus jeunes de sa liste, aussi pour représenter les agriculteurs, ça me tient à coeur", raconte t-il dans cette commune où le diagnostic agricole recensait 72 exploitations en 2014. Et c’est pour cette raison que Germain Evo est reparti cette fois-ci encore, mettant ses pas de conseiller municipal, dans ceux de son père, de son grand-père, de son arrière grand-père, tradition oblige. "Nous sommes cette fois ci deux jeunes agriculteurs, je suis content qu’il y ait Marina Le Callonnec, avec moi", affaire de parité. Une place de conseiller qui lui va bien, lui permettant de découvrir le travail dans deux commissions, "travaux, urbanisme et ruralité, et sport pour l’autre, et pourquoi pas l’enfance avec la naissance de notre fille. S’investir, c’est important. Je tire sincèrement mon chapeau à ceux qui ont encore une activité professionnelles et qui sont adjoints".

Claire Le Clève

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Crédits carbone : les premiers contrats sont signés
Fin 2019, la Commission européenne donnait son feu vert au régime d'aide proposé par la France pour le paiement de services…
Marc revit et se rééduque en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, (14) ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon…
Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser
Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
GAEC Cabri'Hyaule - Eleveurs de chèvres laitières : En bio, produire du lait avec des fourrages de qualité
Des bovins lait en conventionnel aux chèvres bio, la ferme a beaucoup changé depuis 2016. Aujourd’hui, nous sommes trois, le père…
Publicité