Aller au contenu principal

"J'appelle les agriculteurs à prendre part massivement au recensement agricole"

Une nouvelle campagne de recensement agricole va démarrer le 1er octobre. Interrogé par Agra Presse et un pool de journalistes de la presse agricole départementale le 28 septembre, le ministre de l’Agriculture insiste sur l’importance pour les agriculteurs d’y répondre favorablement, considérant qu’il s’agit d’un "acte civique". Il revient par ailleurs sur le plan de relance, précisant notamment les types d’abattoirs qui seront soutenus, la Pac...

Julien Denormandie; ministre de l'Agriculture.
© T. Guillemot - L'Agriculteur Normand

Qu'attendez-vous du recensement agricole ?

Julien Denormandie. C'est un événement incroyablement important, car c'est ce qui doit nous permettre de définir des politiques publiques qui sont les plus adaptées aux réalités du terrain. Au-delà de la masse des données, ce qui m'intéresse le plus, c'est de savoir, territoire par territoire, quelle est véritablement la situation. J'en attends un outil d'aide à la décision publique pour être sûr que les décisions que nous prenons correspondent à la réalité des territoires. Par exemple, nous sommes en train de discuter de cet incroyable défi qui est au cœur de toute la politique de souveraineté et d'indépendance que je prône depuis mon arrivée : le défi démographique, le renouvellement des générations d'agriculteurs. À chaque fois que je me déplace sur le terrain, j'entends le même chiffre dans tous les territoires : 50 % des exploitations vont cesser leur activité dans les cinq à dix ans qui viennent. Cela prouve bien qu'il y a besoin de plus de finesse. Cela change tout de savoir si le défi est immense dans un territoire et un peu moins dans un autre, s'il est à 5, 7 ou 10 ans.

Au-delà de cette dimension territoriale, le nombre global d'agriculteurs sera aussi très commenté. Pensez-vous qu'il doit cesser de diminuer ?

J.D. Un pays ne peut pas être fort sans une agriculture forte, et il ne peut pas y avoir d'agriculture sans agriculteurs. Ceci étant dit, y a-t-il un nombre prédéfini d'agriculteurs dans notre pays ? Je ne pense pas que ce soit le bon angle, car ce nombre dépend des évolutions, des moyens de production, des modèles... Jamais je ne m'inscrirai dans une opposition entre modèles. Je trouve complètement décalés, pour ne pas dire absurdes, ceux qui disent le seul modèle c'est l'export ou que le seul modèle ce sont les circuits courts. Si nous voulons une France forte, une agriculture forte, nous avons besoin des deux.

 

Il faut avoir le courage politique de dire quand une demande de la société ne peut pas être suivie d'action, et dans ce cas, il faut accompagner pour trouver la solution.

Cet aménagement du territoire est-il compatible avec des exploitations de 500, 700, 1 000 vaches ?

J.D. La difficulté de l’aménagement du territoire est qu’il doit se confronter à la demande sociétale. La question des grands élevages est d’abord une question sociétale. C’est aussi le cas des abattoirs, qui sont face à une demande de la société : "On aime beaucoup les animaux, et pour beaucoup d’entre nous, on aime beaucoup la viande, mais on n’aime pas ce qui se passe entre les deux". Face à cela, la société leur demande de faire des investissements dans les abattoirs en conséquence. Le problème, c’est que les abattoirs ne dégagent pas assez de marges pour investir. Ils ne sont donc pas en mesure de répondre à cette demande la société, d’autant que les contradictions sont nombreuses : "Je vous demande d’investir, et en même temps je ne veux pas payer la viande plus chère". Il faut avoir le courage politique de dire quand une demande de la société ne peut pas être suivie d’action, et dans ce cas, il faut accompagner pour trouver la solution. C’est pour cela que, dans le plan de relance, dans la mesure où les abattoirs ne peuvent pas financer la modernisation, c’est l’État qui vient accompagner à hauteur de 125 millions d’euros. C’est un effort sans précédent.

Dans ce cadre, quels types d'investissements seront priorisés ?

J.D. Notre approche s'intéresse surtout à la pérennité des abattoirs sur le territoire. C'est extrêmement important, car les filières viande dépendent des abattoirs. L’identité même d'un territoire en dépend parfois. S’il n’y a pas d'abattoir à côté des élevages d’agneaux du Quercy, il n’y a plus d'agneaux du Quercy. Si un abattoir a besoin d'une modernisation pour assurer sa pérennité et qu’il n’a pas les capacités d’investissement, nous l'accompagnerons. Ce qui m'importe, c'est que les filières restent pérennes.

Comment seront accompagnés les projets de nouveaux abattoirs ?

J.D. Aujourd'hui, nos deux objectifs concernent la modernisation des abattoirs existants et le soutien à la création d'abattoirs mobiles. Cette ligne budgétaire pour les abattoirs est très importante, car elle rejoint le sujet de l'injonction sociétale sur le bien-être animal, avec des consommateurs qui considèrent que les abattoirs ne font pas assez sur ce point d’un côté et des abattoirs qui n'ont pas suffisamment les moyens d’investir de l’autre. Nous permettons, par ce plan de relance, de sortir de l’injonction paradoxale qui mène à l’impasse.

 

Aujourd'hui, nos deux objectifs concernent la modernisation des abattoirs existants et
le soutien à la création d'abattoirs mobiles.

Dans le plan de relance, le soutien à la méthanisation apparaît de manière assez modeste, (au travers de la thématique de la gestion des déchets), contrairement au développement de l'hydrogène et du nucléaire...

J.D. Il n'y a aucun doute sur le fait qu'il faut continuer à soutenir la méthanisation. Je crois beaucoup en cette filière pour son apport énergétique, pour sa dimension d'économie circulaire et de circuit court, et également pour la rémunération de long terme qu'elle apporte aux agriculteurs. Au départ, c'est une filière qui a eu du mal à démarrer ; aujourd'hui, ça décolle très fort. C'est pourquoi il y a un projet du Gouvernement pour réformer les tarifs d'achat du biogaz. Nous sommes en train de dépasser très largement le budget prévu pour la méthanisation dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (décret d'avril 2020, NDLR). Des débats sont en cours sur ces prix. Il faut distinguer les projets agricoles individuels ou collectif, qui doivent continuer à être pleinement soutenus, des gros projets industriels. Il y a aussi la question de l'alimentation des méthaniseurs, sur laquelle il faut être vigilant, mais je crois au rôle de l'agriculture dans la production d'énergie.

Comment comptez-vous faciliter les projets de retenues d’eau ?

J.D. Les conflits autour de l’usage de l’eau sont vieux comme le monde. Sur ce sujet, je le dis clairement : les agriculteurs ont besoin d’eau. Il faut donc optimiser sa gestion. La seule façon de le faire est d'accélérer la construction de stockages d'eau, individuel mais aussi collectif, et de le faire dans la concertation. Dans le cadre de ces concertations, le point problématique est souvent la question de la répartition du débit et du volume d’eau qui peut être prélevé. C'est pour cette raison que nous allons prendre prochainement un décret pour clarifier les règles.
Deuxième élément : il faut avoir une approche territoriale où l'on met tout le monde autour de la table. La mise en place d’un stockage d'eau fait l’objet de nombreuses discussions en amont mais finalement assez peu après. Preuve que généralement, une fois qu’il est construit, il est bien géré et pose peu de problèmes. Il faut donc lever les craintes avant, par le biais de la concertation. Néanmoins, celle-ci ne doit pas durer huit à dix ans comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui. Cela génère des crispations. Le décret sur le débit d'eau doit ainsi permettre d'accélérer cette prise de décision.

Barbara Pompili a annoncé l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques et de l'élevage de visons pour la fourrure en France. Ces mesures font partie du référendum pour les animaux. Pourtant vous avez assuré que ce référendum d'initiative partagée (RIP) n’est "pas le bon véhicule" pour agir. N’est-ce pas contradictoire ?

J.D. Je l’ai dit : je respecte le processus démocratique du RIP qui est en cours. Mais je considère que ce n'est pas le bon outil. C'est un sujet sur lequel nous ne pouvons pas répondre de manière binaire, par oui ou par non, notamment pour les aspects qui concernent l'élevage.Si vous demandez à n'importe qui s'il préfère qu'une poule vive dehors ou dans une cage, il va répondre qu'il préfère qu'elle vive dehors. Mais, est-ce qu'au même moment, on demande à cette même personne si elle est d'accord pour payer son œuf plus cher ? Par ailleurs, si on prend les poules pondeuses dans leur ensemble, actives et de réforme, est-ce que les consommateurs ont conscience que cela représenterait quelque 200 millions de poules que l’on mettrait dans les champs ? Au même moment, certains portaient en justice le "coq Maurice" car ils trouvaient que celui-ci faisait trop de bruit. Le débat doit donc être apaisé et éclairé.

Il y a un amalgame entre maltraitance et bien-être animal.

L'initiative du RIP ne va pas dans le sens d'apaiser les débats...

J.D. Je pense que le débat est très mal posé. Il y a un amalgame entre maltraitance et bien-être animal. D’un côté, la maltraitance animale se combat de manière intransigeante : c’est un acte délibéré, interdit par la loi, qui vise à nuire à un animal. De l’autre, le bien-être s'accompagne, que ce soit au niveau des élevages ou des abattoirs, où les problématiques sont différentes. Aujourd'hui, dans ce RIP, il y a un enchevêtrement des deux notions qui donne le sentiment que les éleveurs devraient se défendre d'une quelconque maltraitance. Les éleveurs sont les premiers à vouloir plus de bien-être pour les animaux. Mais, pour accompagner cette transition, cela nécessite qu'ils soient correctement rémunérés ! Le consommateur doit donc être un acteur et pas uniquement dans l’injonction. Nous avons affaire à des débats stériles opposant agriculture et bien-être animal, ou encore agriculture et environnement. Les agriculteurs sont les premiers à subir les changements climatiques. Le climat, on le subit ; le sol, on le chérit. Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens.

En ce qui concerne la future Pac, son contrôle devrait être basé non pas sur un objectif de moyens comme jusqu’alors, mais sur un objectif de résultats. Or il semblerait que l’on se dirige vers les deux. Comment dans ces conditions parvenir à une simplification ?

J.D. C'est un débat auquel je participe avec beaucoup d'insistance depuis trois mois. La vraie question aujourd'hui est de savoir si l'on veut passer de la conformité à la performance. Je crois beaucoup à la performance, bien plus qu'à la conformité. Je m’oppose au fait que l'on ajoute une complexité qui viendra peser sur le dos des agriculteurs. Et je suis attentif à ce que la nouvelle Pac ne soit pas encore plus complexe qu'elle ne l'est actuellement. J'échange beaucoup avec mes collègues européens sur le sujet. La simplification sera aussi un gage d'appropriation des objectifs de la nouvelle Pac.

 

 

Propos recueillis par Dorothée Briand (L'Agriculteur normand), Virginie Charpenet (Terres et territoires), Vincent Fermon (L'Action agricole picarde), Yannick Groult (Agra Presse), Thierry Guillemot (L'Agriculteur normand) et Nicole Ouvrard (Agra Presse).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité