Aller au contenu principal
Font Size

Pulvérisation : grande vigilance

Le contexte de confinement et l’évolution des règles d’utilisation des produits phytosanitaires conduisent à rappeler les bonnes pratiques à mettre en œuvre mais également les nouvelles règles de distance à appliquer vis-à-vis des riverains.

Les buses à limitation de la dérive deviennent indispensables dans de multiples situations.

Quelques généralités essentielles sont à respecter afin de bien positionner le produit :
- Vent inférieur à 19 km/heure. La prise en compte de la vitesse du vent n’est pas seulement réglementaire mais relève simplement du bon sens.
- Hygrométrie de plus de 60 %. C’est le critère essentiel du bon fonctionnement des produits phytosanitaires. Il est souhaitable qu’elle soit supérieure à 60 % afin d’assurer une bonne pénétration du produit dans la feuille, que ce soit la feuille de mauvaise herbe pour une destruction ou la feuille de la culture avec des fongicides qui assureront une bonne protection contre les maladies.
- Température entre 10 et 20°C. Cette gamme de températures est la gamme moyenne passe-partout, mais tout autant que la température, les variations de températures dans les jours qui suivent l’application peuvent être responsables de phytotoxicités avec certains désherbants.
- Pas de pluie pendant 2 heures. Deux heures après un traitement, la plupart des produits sont à l’abri de la pluie. En revanche les fongicides de contact sont sensibles à toute pluie intervenant après un traitement. Rappelons par ailleurs qu’il est interdit de traiter lorsque l’intensité des précipitations est supérieure à 8 mm par heure, au moment du traitement.

Nouvelles règles vis-à-vis des riverains
Depuis le 1er janvier 2020, des distances de sécurité, appelées zones de non-traitement, sont à respecter lors de l’utilisation des produits phytosanitaires à proximité des zones habitées (arrêté ministériel du 27 décembre 2019). Trois cas possibles :
- Pas de distance. Certains produits ne nécessitent pas de distances de non-traitement (sauf si cela est précisé dans l’AMM du produit) : les produits de biocontrôle, les produits utilisables en Agriculture biologique, les substances de bases, les substances à faibles risques.
- 20 mètres, non réductibles. Certains produits, les plus dangereux, nécessitent des distances de non-traitement de 20 mètres, non réductibles.
- Pour les autres produits, la distance est de 5 mètres pour les cultures basses et de 10 mètres pour l’arboriculture pour les cultures implantées en 2020. Pour ces produits, des réductions de distances sont possibles jusqu'au 30 juin, en Bretagne. Par la suite, des chartes "riverains" devront être approuvées. En utilisant des buses à limitation de dérive homologuées, à la pression préconisée, on peut réduire les distances de 5 mètres à 3 mètres en cultures basses et de 10 mètres à 5 mètres en arboriculture. Pour les cultures implantées avant le 1er janvier 2020, les distances de 5 et 10 m (ou 3 et 5 m si chartes approuvées) ne concerneront que les applications effectuées au-delà du 1er juillet 2020.

Les buses anti-dérive "homologuées" : c’est une obligation !
Le bon sens et la réglementation orientent dorénavant vers une utilisation systématique de buses anti-dérive "homologuées". On s’oriente depuis 5 ans vers des buses à aspiration d’air "basse pression". Ces dernières permettent de traiter à des fourchettes de pressions assez larges (1,5 bar à 4 bars) tout en provoquant beaucoup moins de dérives que des buses classiques.
Ces dispositifs sont inscrits dans une note de service de l’administration régulièrement mise à jour (1) et qui recense les buses à aspiration d’air homologuées pour réduire les différentes zones de non-traitement (aquatique ou "riverains").
Attention, dans ce cas, ces buses doivent être utilisées aux pressions indiquées dans le listing mais également, et depuis peu, à la hauteur de rampe annoncée sur ce même listing.

(1) Le dernier listing des dispositifs "homologués" est consultable sur le site www.crodip.fr (rubrique "docs incontournables").

 

Règles principales à retenir

Traitements avec des buses à limitation de la dérive "homologuées", à la pression recommandée et bonne hauteur de rampe. Avec une hygrométrie élevée,  le plus souvent tard le soir et quand c'est possible, avertir vos voisins. Traitements sur fleurs après le coucher du soleil (consignes Anses).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
"Prenez un bon bol d'air" avec le Crédit Agricole
Depuis le début de la crise, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine multiplie les initiatives pour accompagner ses clients,…
Publicité