Aller au contenu principal

Race normande : une année 2020 sans concours ?

Décalée pour cause de Covid-19, l’assemblée générale de Normande Pen ar bed s’est tenue le 27 août dernier à Tréflévénez. L’occasion, pour les éleveurs, de revenir sur une année où tous les concours bovins, comices, Agri deiz, Space… ont été annulés les uns après les autres. Leur dernier espoir, pour retrouver la convivialité des rings ? Le salon Ohhh la vache, à Pontivy, programmé à la mi-octobre.  

De gauche à droite : Patrick Buguel, président de Normande Pen ar bed, et Michel Le Garrec, trésorier.
© Chantal Pape

"Le nombre d’éleveurs diminue, le nombre de nos adhérents aussi", constate Patrick Buguel, président de l’association Normande Pen ar bed. Néanmoins, l’assemblée générale du 27 août dernier a permis de revenir sur une année 2019 riche en animations. "Le Finistère a participé au Space, avec deux animaux. Et au National de la race, du 19 au 21 juillet, à Mayenne (53), avec cinq élevages et six animaux inscrits. Et pour une première, on s’en est pas si mal sortis".

Avec ou sans concours ?

Au-delà des performances réalisées par leurs animaux, les éleveurs apprécient l’ambiance qui règne dans les concours, faite de convivialité et d’émulation. Une ambiance qui, en 2020, leur fait cruellement défaut, les concours étant annulés les uns après les autres, pour cause de Covid-19. "Pour le moment, le salon Ohhh la vache, à Pontivy, est maintenu", fait savoir Patrick Buguel. Si les restrictions s’annoncent déjà nombreuses, avec une présence en simultané limitée à 5 000 personnes, le remplacement d’une restauration assise par des food-trucks, l’obligation du masque pour tous…, les éleveurs se disent prêts à jouer le jeu. "Reste à espérer que, d’ici là, les règles n’aient pas changé". Le Finistère aurait le droit à une quinzaine d’animaux, sur les 80 places réservées à la race normande. "Et une commission se rendra en ferme, pour choisir les animaux".

Une journée technique

Mais l’activité de Normande Pen ar Bed ne se limite pas aux seuls concours ! "Tous les ans, nous programmons aussi une journée technique, durant laquelle les éleveurs apprécient de se retrouver et d’échanger", explique Patrick Buguel. Au lycée agricole du Nivot, l’an passé, c’est de génotypage et de monitoring dont il a été question. "Courant décembre, nous devrions encore fixer le rendez-vous au Nivot, cette fois pour évoquer la nutrition avec Vitalac. Et l’OS, l’organisme de sélection en race normande, viendra présenter ses différentes missions".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Publicité