Aller au contenu principal
Font Size

Solarenn recrute encore 200 à 300 personnes

Pour la coopérative Solarenn, les récoltes de tomates ont débuté depuis février et le recrutement des saisonniers va s'accélérer au mois d'avril. Environ 200 à 300 personnes sont encore à recruter, mais pour l'heure, le président Christophe Rousse est assez confiant, devant la solidarité qui se met en place.

Avec l'arrivée du virus ToBRFV en début d'année, la filière avait déjà mis en place certaines mesures de sécurité, comme le port de gants, la désinfection des mains à chaque bout de rang... Depuis le Covid 19, des mesures complémentaires sont appliquées.

"On a commencé les récoltes avec nos salariés permanents et on a débuté le recrutement de saisonniers. On va monter en puissance en avril avec un pic de notre activité en mai et juin", explique Christophe Rousse, président de Solarenn. Environ 200 à 300 personnes sont encore à recruter au sein de la coopérative, "mais il y a des gens qui se retrouvent en chômage partiel dans leur activité et qui prennent directement contact avec nous", ajoute Christophe Rousse. Pas de tension particulière sur l'emploi pour l'instant donc.
Pour ce qui est des mesures de sécurité, la filière a dû faire face quelques temps avant le Covid 19 à un autre virus, le ToBRFV, virus des tomates. "On avait déjà mis en place certaines mesures, comme le port de gants, la désinfection des mains à chaque bout de rang...", détaille Christophe Rousse. Depuis le Covid 19, des mesures complémentaires sont appliquées, telles que des distances de sécurité avec une récolte un rang sur deux, une tenue de travail pour la journée, une réorganisation des vestiaires ou encore de l'espace pour manger le midi. "Les salariés sont solidaires et on a très peu d'absents", note le président de la coopérative.
Sur le site de conditionnement, là aussi des mesures spécifiques ont été adoptées, avec des barrières entre les salariés sur une ligne de conditionnement et une cantine qui s'organise avec plusieurs services.
Pour la commercialisation, 80 % du volume partait vers la grande distribution. La baisse d'activité qui correspondait au marché des grossistes (20 % des débouchés de Solarenn) a cependant été partiellement absorbée par la grande distribution davantage en demande aujourd'hui. "Je pense qu'il y aura un avant et un après cette crise, car là on voit que les GMS jouent le jeu de l'origine France", conclut Christophe Rousse, bien conscient qu'il faut gérer cette crise au jour le jour et que les entreprises sont dépendantes des unes des autres. Ainsi, pour distribuer ces tomates, Solarenn a besoin de son fournisseur de cartons, de palettes...

C. Rousse
Christophe Rousse, président de Solarenn : "Je pense qu'il y aura un avant et un après".

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
"Prenez un bon bol d'air" avec le Crédit Agricole
Depuis le début de la crise, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine multiplie les initiatives pour accompagner ses clients,…
Publicité