Aller au contenu principal

Une trajectoire audacieuse n’est pas un virage à 180 degrés !

André Sergent, président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne.

L’agriculture bretonne d’aujourd’hui est clairement le fruit d’une intensification choisie, d’une modernisation revendiquée, d’une combinaison des facteurs de production, foncier, bâtiments et équipements, travail, améliorant la productivité, et d’une organisation de producteurs volontariste. Ces gains continus de productivité ont permis de promouvoir un modèle d’entreprise dit familial, avec des capitaux détenus majoritairement par les actifs qui y travaillent, de plus en plus sous forme sociétaire, avec des salariés appréciant d’avoir un emploi sur leur bassin de vie.
Des jeunes ont osé entamer cette "révolution silencieuse" dans les années 60 en inscrivant ce projet dans le mouvement de la société. Ils se sont affirmés dans leurs aspirations. Les femmes ont pris part aux débats et revendiqué leur place. La Bretagne a emprunté cette dynamique, avec le succès que l’on connait.
Soyons fiers et reconnaissants de cet héritage, de l’évolution, et de ce qu’est l’agriculture bretonne aujourd’hui.
Nous nous inscrivons donc en faux face à des titres de reportages télévisuels qui ont blessé la plupart d’entre nous. Oui, nous avons intensifié et modernisé, non, nous n’avons pas sacrifié.
Si l’époque a changé, les attentes vers l’agriculture sont toujours aussi fortes et vitales. Notre agriculture régionale est aujourd’hui attendue pour répondre à des enjeux qui mettent à nouveau les agriculteurs au cœur des sujets sociétaux majeurs sur le plan politique et économique : la souveraineté alimentaire, l’emploi, la transition énergétique, l’indispensable atténuation du réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité.
La charge est lourde sur le mental et les épaules des agriculteurs, de moins en moins nombreux pour répondre à toutes ces attentes pendant toute une carrière, surtout quand le niveau de revenu et les conditions de travail ne sont pas au rendez-vous.
C’est à partir d’une analyse lucide sur ce contexte et ces évolutions déjà à l’œuvre que les chambres d’agriculture ont proposé un projet stratégique pour être au plus près des agriculteurs et de ceux qui envisagent de prendre la relève. Si ce projet constitue une feuille de route pour notre mandature, il se veut surtout prospectif pour les 20 ans qui viennent.
Il est pour nous indispensable de proposer des solutions pour que les jeunes construisent, choisissent et s’épanouissent dans leur projet (système de production, mode de commercialisation, etc.) et en tirent un revenu suffisant qui corresponde à leur objectif de vie. 52 % des agriculteurs en activité aujourd’hui seront concernés par une cessation d’activité dans les 10 ans. Ne faisons pas comme si ce grand mouvement des moyens de production, notamment le foncier, n’allait pas transformer le paysage. Comment nous projetons nous collectivement, avec nos coopératives, avec les Safer, avec les collectivités territoriales ? Comment conjuguons-nous l’aspiration à la liberté d’entreprendre et les nécessaires solidarités générationnelles et territoriales ?
C’est une trajectoire d’évolution que nous proposons, pas un virage à 180 ° faisant table rase du passé. Nous savons trop ce qu’il apporte aujourd’hui à notre économie régionale. Nous croyons à une transition progressive et négociée.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité