Aller au contenu principal

Industries agroalimentaires:des synergies à défendre

Par ses orientations agricoles, la Bretagne a généré une industrie agroalimentaire qui fournit 40 % des emplois industriels et un emploi sur 3. Une balance où la viande pèse lourd. Et quand à Chateaulin ou à Josselin, on s'enrhume, c'est toute l'Armorique qui éternue face aux défaillances de ses emblèmes bretons. Comment maintenir les synergies? C'est toute la question que s'est posée la chambre régionale d'agriculture de Bretagne, réunie en session, vendredi à Vannes.

C'est un poids lourd. "L'agro-alimentaire breton, c'est 40 % de nos emplois industriels, 30 % des emplois en Bretagne. Et dans ce paysage, l'agriculture est l'élément clé avec l'élevage et la production légumière", cadre Jacques Jaouen, président de la Crab,  pour souligner les enjeux en cours."Et nous voulions  montrer que nous sommes intimement liés". Pas étonnant dans ces conditions, à l'heure où toutes les productions animales souffrent et vacillent, avec de profondes restructurations à l’œuvre et des "défaillances dans des entreprises bretonnes emblématiques tels que Doux et GAD  en dépôt de bilan", que la chambre régionale d'agriculture se penche sur les synergies à mettre en œuvre pour maintenir d'équerre le trépied "productions agricoles, IAA et emplois. Car les uns n'iront pas sans les autres". Côté agricole, l'objectif est déjà fixé. " Il s'agit de produire autant, mieux avec moins d'intrants" rappellera Jacques Jaouen. Des points de vigilance ont été identifiés pour améliorer la compétitivité des exploitations bretonnes, maintenir les emplois directs et indirects dans la production, conserver le maillage du territoire, préserver la qualité de l'environnement et l'information des consommateurs.

L'élevage, la pépite

De leur côté, 893 éleveurs de porcs ont planché sur le sujet présentant un plan porc "qui ne coûte pas un denier à l'Etat. Mais qu'on les laisse agir. Que veut-on sauver ? Les associations qui ne représentent que peu de monde ou l'emploi en Bretagne qui est menacé, car Gad n'est que la partie émergée de l'iceberg", selon Nathalie Marchand. Si le contexte est difficile, il peut, contrairement aux apparences être porteur pour lever des freins. C'est la thèse défendue par Marcel Denieul. "On retrouve aux IAA des vertus en matière d'emplois. On est plus à l'aise maintenant qu'il y a quelques années pour défendre le maintien de nos productions et nous avons des atouts pour le faire", défend-il.  De son côté, Olivier Allain reste sur ses positions. "La pépite en Bretagne, c'est l'élevage. La première des priorités du préfet de région, c'est de le développer. On a besoin de décisions fortes". Et de défendre deux principes, celui du doublement des aides aux 50 premiers hectares et le recouplage des aides : "chaque point, c'est un soutien en plus. Pour le lait, 5 points de plus c'est 100 euros par vache laitières".

 

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

Dans le détail


- Pour la viande de boucherie : 42 entreprises, 65 établissements, 15399 salariés. 4 entreprises font 70 % du chiffre d'affaires. Première région française, 30 % du CA national. Marge et Valeur ajoutée : 15 %
- Viande de volaille : 28 entreprises, 34 établissements : 6330 salariés, 23 % du CA national.. Les 4 premières font 56 % du chiffre d'affaires du secteur.
571 300 tonnes produites en 2010 dont la moitié pour l'exportation. Marge : 24,5 %,
valeur ajoutée :19 %.
- Produits à base de viande : 35 entreprises, 46 établissements, 5626 salariés, 4 premières font 56 % du CA du secteur. Marge : 21 %, 
valeur ajoutée : 22,5 %.
- Industrie du lait : 27 entreprises, 41 établissements, 6104 salariés, 12 % du CA national. Les 4 premières entreprises : 59 % du CA du secteur. Exportation : 19 %. Marge : 14 % (27 au niveau national), valeur ajoutée : 12 %.
- Aliments pour animaux : 49 entreprises, 61 établissements, 4718 salariés. Les 4 premières : 43 % du CA du secteur. 6 % d'export. Marge : 30 %, valeur ajoutée : 11 % .
- Transformation poisson : 27 entreprises, 30 établissements, 3762 salariés, les 4 premières 55 % du CA du secteur. Marge 24 % ,
valeur ajoutée : 19 %.
- Plats préparés : 22 entreprises, 33 établissements, les 4 premières font 45 % de CA du secteur. Valeur ajoutée : 23 %.
- Fruits et légumes : 23 entreprises, 25 établissements, 3958 salariés, les 4 premières font 37 % du CA, exportation : 14,8 %,
- Pain et Pâtisserie : 48 entreprises, 51 établissements, 4222 salariés, les 4 premières font 56 % du CA, 12,3 % d'exportation. Marge : 34 % et valeur ajoutée : 23 %.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité