Aller au contenu principal

Innov'action : Economiser l'énergie en élevage porcin

Des idées, de l'autoconstruction, des systèmes efficaces : à la Scea de la Noé Fontaine à Trédias, des moyens d'économiser l'énergie en élevage porcin ont été mis en place à moindre coût. A découvrir le 24 juin, dernier jour du programme Innov'action.

Vendredi 24 juin dans le cadre d'Innov'action, la Scea de la Noé Fontaine, naisseur-engraisseur à Trédias, présentera des systèmes économes en énergie présents à plusieurs endroits de l'élevage. Dans cette période très délicate, notamment en élevage porcin, il est évident que la réduction des charges en élevage est une préoccupation récurrente.
Un échangeur air-air autoconstruit
Alain Tiengou avec son salarié Romain ont construit eux-mêmes un système d'échangeur de type air-air, qui récupère les calories des salles d'engraissement pour les restituer aux salles de post-sevrage. L'air frais venu de l'extérieur circule dans deux salles d'engraissement (132 places x 2) au travers de 180 m de tuyaux en acier galvanisé d'un diamètre de 20 cm. Cet air "réchauffé" débouche dans le couloir de post-sevrage, via une gaine isolée. Cet air "réchauffé" alimente les combles et arrive dans les salles de post-sevrage (625 places) au travers d'un plafond perforé.

Un coût maîtrisé pour un gain énergétique
Des mesures de température ont été réalisées par la chambre d'agriculture en mai dernier à l'entrée et à la sortie des tuyaux. Le gain moyen de température s'élève à 4,7°C sur le mois après le passage en salle d'engraissement. Plus la température est basse, plus le gain est important : à près de 11°C en couloir d'engraissement, le gain atteint alors 6,8°C.
Pour l'éleveur qui a investit 4 000 € en matériaux, l'opération est intéressante : il estime que sur la base d'un réchauffement de l'air de 5 °C en post-sevrage en moyenne sur 6 mois, il économise 1 800 € sur sa facture d'électricité. "Avec la nouvelle facturation de l'électricité, la maîtrise des coûts énergétiques est une priorité", indique l'éleveur.
A découvrir également sur l'élevage, un second système plus classique d'échangeur air-air en post-sevrage, la fabrication d'aliment à la ferme, la fosse couverte, le brassage de lisier économe, les matériels de bineuse et déchaumeur-mécanique grande largeur.
L'élevage de 250 truies naisseur-engraisseur comprend 3 UTH et 112 ha.

A voir aussi le 24 juin lors de la porte ouverte

Depuis trois ans, un groupe de pilotage composé d'agriculteurs, sur le bassin versant de l'Arguenon, étudie une stratégie d'implantation des couverts végétaux sur des microparcelles avant moisson. "L'idée est d'avoir un sol couvert au maximum pour éviter les fuites d'azote et l'érosion des sols", résume Alain Tiengou. L'autre raison est d'améliorer la qualité de mise en place (concurrence avec les adventices après récolte) et décaler aussi la période de travaux.
Le prototype dans sa phase de développement est à découvrir ce vendredi 24 juin après-midi à la Scea de la Noé Fontaine avec trois démonstrations. Remarques et échanges sont les bienvenus.
Le projet est piloté par la chambre d'agriculture, le groupe local de professionnels et le syndicat mixte Arguenon-Penthièvre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité