Aller au contenu principal

Innover pour améliorer son revenu et faciliter son travail

Du 15 au 25 juin, la chambre d'agriculture a invité les agriculteurs à découvrir des démarches innovantes qui peuvent leur faciliter le travail tout en améliorant leur revenu.

Le 15 juin, lors de la porte ouverte chez Pascal Huchet, à Guipel.
Le 15 juin, lors de la porte ouverte chez Pascal Huchet, à Guipel.
© Cécile Julien

Pascal Huchet, agriculteur à Guipel, est l'un des 10 exploitants à ouvrir les portes de son exploitation, dans le cadre de l'opération des chambres d'agriculture "faites le plein d'innovations". Lundi 15 juin, il a expliqué ses objectifs et comment il avait adapté son exploitation pour y parvenir. Au départ en retraite de ses parents en 2005, Pascal Huchet s'est trouvé à la tête d'un troupeau laitier, de vaches allaitantes et de porcs à l'engraissement. "J'ai arrêté les vaches allaitantes et laissé 20 Ha qui étaient éloignés du siège, retrace l'agriculteur. Pour le reste, il fallait que je m'organise pour arriver à conserver du temps pour ma famille". Eleveur dans l'âme, Pascal Huchet a choisi de déléguer tout ce qui concerne les cultures. Les travaux de semis et récolte sont faits par la Cuma ou une Eta, le suivi technique est assuré par un organisme privé. L'agriculteur préfère valoriser son temps pour le suivi administratif et la surveillance des animaux. Pour le troupeau laitier, Pascal Huchet et une dizaine de collègues ont créé, en 2006, une Cuma de dessilage, qui fonctionne avec un chauffeur. Faire soigner ses vaches revient à Pascal Huchet à 6.070 euros/an. "Ca me fait gagner une heure par jour, estime l'éleveur. Les 14 euros aux 1.000 litres représentent 16 euros/jour. C'est à mettre en face de la distribution d'une ration de qualité et d'une heure de main d'œuvre". Bien que travaillant seul, Pascal Huchet veut se dégager des week ends et des vacances. "Je n'hésite pas à faire appel au service de remplacement", explique-t-il. Au final, l'agriculteur estime avoir trouvé un certain équilibre de travail et de vie. "Je maitrise mon organisation", apprécie-t-il.

Pourquoi pas devenir énergiculteur ?

Pascal Huchet a décidé de se lancer dans la production d'électricité par des panneaux photovoltaïques. "Cela me permet de dégager un revenu complémentaire sans prendre de temps de travail", explique l'agriculteur, qui reconnait avoir été rassuré par un prix de rachat connu sur 20 ans. C'est important face à un investissement de plus de 170.000 euros et un emprunt de 12 ans. Depuis mars, 260 m3 de panneaux couvrent la stabulation. Ils devraient fournir 35.000 Wc. Pascal Huchet a travaillé avec la société Emeraude solaire, basée à Saint Malo, qui a pu lui assurer non seulement l'étude technique mais aussi le choix du matériel et le suivi administratif. "L'investissement dans des panneaux photovoltaïques est une source de revenu, ne cache pas Isabelle Hascoët, de la chambre d'agriculture. A chacun de bien en analyser les intérêts en fonction de sa situation, de son point d'équilibre économique".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité