Aller au contenu principal

L'ASSOCIATION DES PRODUCTEURS LACTALIS EST NÉE
"Instaurer des relation équilibrées"

L'association de producteurs livrant à Lactalis est née. Ses fondations viennent d'être posées sur le sol breton. L'objectif est simple : fédérer les 4 000 éleveurs du territoire pour instaurer des relations équilibrées avec l'entreprise. Des réunions départementales s'enchaînent dès cette semaine.

Les membres fondateurs de l'association des producteurs Lacatalis, réunis à Saint Brieuc de Mauron.
Les membres fondateurs de l'association des producteurs Lacatalis, réunis à Saint Brieuc de Mauron.
© terra

"Adhérez, c'est le gage de relations équilibrées". Ce pourrait être slogan de la toute récente association des producteurs de lait, livrant à Lactalis, qui a vu le jour, vendredi dernier en Bretagne. Depuis son lancement lundi, à Saint Brieuc de Mauron (56), sur le Gaec des frères Janick, les choses vont bon train et les réunions de producteurs, s'enchaînent dans les départements. Le temps presse. "La charrue a été mise avant les bœufs", regrette Frank Guéhennec, l'un des producteurs à l'origine du regroupement.
En ligne de mire, l'arrivée, avant la fin mars, dans les boîtes à lettres des éleveurs laitiers, des propositions commerciales préfigurant le contrat les liant à l'entreprise. "Le décret est sorti en fin d'année. Il aurait fallu que les organisations de producteurs puissent s'organiser avant pour mettre en place des relations équilibrées, déplore-t-il. Nous ne savons pas ce qu'il y aura  dans ces contrats".
Alors, devant cette marche forcée dont les  premiers adhérents redoutent qu'elle ne conduise qu'à l'isolement des producteurs, ils ont décidé de réagir. "Rester seul face à l'entreprise, forcément ça inquiète. Alors, nous avons souhaité créer une dynamique, expliquer le contexte", note Benoît Champalaune, producteur laitier en Ille et Vilaine. "La loi avec la LMA nous donne la possibilité de créer des organisations. Autant s'en servir", relève Gwénaël Bainvel, producteur morbihannais. "Une entité collective et légitime doit se mettre en place face à l'entreprise", poursuit André Pétillon, producteur finistérien.

Traiter d'égal à égal

"Unir pour permettre l'instauration de relations équilibrées", résument donc, en substance, les premiers adhérents, est donc l'objectif essentiel de l'association qui s'est fixée une règle. "Elle est  ouverte à tous", martèlent les fondateurs pour qui l'indépendance et la neutralité de cette structure sont posées en préalable. Reste la feuille de route. "Il va falloir expliquer en réunions cet objectif. La filière laitière prend un tournant juridique. Or, nous sommes tout, sauf juristes", relève Benoit Champalaune.
Et s'il n'est nullement question, pour ces producteurs, de s'opposer à l'entreprise. "Ce doit être le projet des producteurs, s'unir pour renforcer notre maillon de production", analyse André Pétillon sur une démarche qu'ils souhaitent constructive. "On espère qu'elle sera un facteur de cohésion et de réflexion sur la place des producteurs dans les entreprises et dans la filière". Car, si chacun se félicite du nombre encore important de producteurs laitiers en Bretagne, "c'est notre force. Elle doit également l'être en matière de propositions".
Si l'association démarre sur le territoire breton, elle envisage d'élargir son périmètre au delà. "Le grand Ouest, ce sont 7 000 producteurs livrant à Lactalis". Avec ces premières réunions, les fondateurs espèrent convaincre de l'intérêt de se fédérer pour peser et enclencher la dynamique des adhésions suivies d'élections et de désignations de représentants, dans un deuxième temps, "pour répondre collectivement aux contrats. Attendez avant de signer ! Venez vous informer", invitent ces fondateurs, qui basent leur action sur le principe d'organisation de producteurs par entreprise.

Dates des réunions


Morbihan (à 20h30) : le 23 février, à la Chapelle Neuve, à la salle polyvalente; le 28 février, au Faouet, à la chambre d'agriculture; le 3 mars, à Pontivy.Côtes d'Armor  (à 20h) : le 28 février, à Plemet, à la salle de la mairie; le 2 mars, à Broons, au foyer rural.Finistère : à 20h, le 2 mars, au lycée horticole de Chateaulin.Ille et Vilaine : dates et lieu à préciser.Plus de renseignements : 35 : Benoit Champalaune (06 88 59 04 37), 56 : Frank Guéhennec (06 78 47 07 21), 29 : André Pétillon (02 98 27 75 53), 22 : Patrick Fauvel (06 32 29 43 59).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité