Aller au contenu principal
Font Size

Inventer la croissance de demain

Pour fêter ses 50 ans, le CER France Ille et Vilaine a invité ses adhérents à se tourner vers l'avenir, malgré les crises, pour imaginer une croissance durable.

Il y a 50 ans, une poignée de visionnaires mettait en avant la comptabilité et la gestion pour faire progresser les exploitations. En 2009, le CER France Ille et Vilaine travaille toujours avec les mêmes valeurs mutualistes et associatives. Seul a changé l'échelle, car le centre de gestion compte aujourd'hui 7.400 adhérents, agriculteurs, commerçants, artisans, et 400 collaborateurs. Vendredi 26 juin, ils ont fêté ensemble leur 50e anniversaire. "La mission du CER France Ille et Vilaine demeure de proposer des prestations pluridisciplinaires de qualité au service de vos projets, pour le développement de vos entreprises, rappelle sa présidente, Joëlle Denoual. Ensemble, nous devons inventer une croissance responsable pour demain". C'est bien là le défi, comment trouver un nouveau modèle économique, dans un contexte de crise et face à la nécessité d'un développement plus durable ? Aujourd'hui, l'économie mondiale n'est plus à un paradoxe près. Alors que certaines agricultures sont déstabilisées par des stocks, 1 milliard de personnes souffre de la faim. "Nourrir la population est le plus beau métier, apprécie Jean Michel Lemétayer, président de la FNSEA. Plus que jamais, le monde a besoin des paysans".

Dans cette crise, il faut rester positif. "La crise peut nous obliger à trouver de nouveaux indicateurs économiques, estime Jacques Brégeon, président de l'école des métiers de l'environnement. Au-delà de l'économie, tenons compte de paramètres sociaux et environnementaux". Avec le développement des technologies de l'information, les consommateurs n'hésitent d'ailleurs plus à donner leur avis. "On voit poindre la e-réputation des marques", remarque Vincent Marcatté, président du pôle images et réseaux.

 

Le salut par l'innovation

La nécessité d'un développement plus durable amène à repenser notre consommation. "L'apologie de la consommation a implosé, reconnait Michel Houdebine, président de Valorial. Cela nous offre de nouvelles possibilités. A nous d'avoir du génie pour innover". De l'innovation il en faudra au secteur agricole pour une crise dont les effets se font sentir non seulement sur la production mais également sur l'amont et l'aval. L'agriculture le sait bien. "Notre secteur a généré beaucoup d'entreprises en amont et en aval qui innovent chaque année. Le Space le prouve bien", souligne son président, Jean Michel Lemétayer. Sur l'innovation, la filière agro-alimentaire n'est pas en reste, le pôle de compétitivité Valorial le prouve.

Entre son agriculture et son savoir-faire dans les nouvelles technologies, la Bretagne a donc des atouts pour développer une économie environnementalement responsable. D'ailleurs, tous les pôles de compétitivité travaillent dans un but de développement durable et en regardant au-delà de leur seule filière. C'est une culture de la stratégie qui nait. Pour y arriver, "le changement passe par la capacité à s'adapter, rappelle Jacques Brégéon. Ce qui demande de former les gens, de favoriser les échanges". Ce qui n'est pas toujours facile en agriculture quand l'agrandissement des structures et la charge de travail pousseraient plutôt à un repli sur soi. Pour s'en sortir, nous devons faire la chasse "aux préjugés, à la maladie des excuses, au non-respect des engagements", explique le consultant Hervé Gougeon.

Un CER France Ille et Vilaine tourné vers l'avenir

 

Avec une conjoncture agricole qui passe de l'euphorie à la crise, l'année économique a été particulière. Pour accompagner ses adhérents face à ces changements, le CER France Ille et Vilaine propose formations et réunions d'information. En production laitière si 2008 a vu la moyenne des revenus atteindre 25.300 euros, il n'en sera pas de même en 2009. Le CER France Ille et Vilaine a calculé un prix d'équilibre, prélèvements privés inclus, à 305 euros/1.000 litres. En porc, deux exercices ont déjà été bouclés avec un résultat à peine positif. Le prix d'équilibre est à 1,421 euro/kg net. Pour assurer la qualité de son travail, le centre de gestion s'est engagé dans une procédure Iso 9001.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Publicité