Aller au contenu principal

Investir dans le contrôle de performances

Lors de son assemblée générale du 4 juin, Bovins croissance a montré tout l'intérêt des pesées et du suivi technique de ses animaux. Notamment des futures reproductrices.

Sur l'élevage de Marie-Anne et Frédéric Fontaine, à Montreuil le Gast, les adhérents de Bovins croissance ont travaillé sur l'optimisation de l'âge au premier vêlage.
Sur l'élevage de Marie-Anne et Frédéric Fontaine, à Montreuil le Gast, les adhérents de Bovins croissance ont travaillé sur l'optimisation de l'âge au premier vêlage.
© Cécile Julien

Il y a 5 ans, Bovins croissance Ille et Vilaine a fait le choix de se rapprocher du Contrôle laitier pour optimiser le fonctionnement de la structure et apporter le meilleur service aux éleveurs. Un choix qui a porté ses fruits. "C'était un choix raisonnable que de regrouper tout le contrôle de performances au sein de la même entité, une stratégie qui répondait aux attentes des éleveurs du département", juge son président, René Collin., lors de l'assemblée du 4 juin. L'association compte 288 adhérents. "C'est une situation stable", apprécie René Collin. Bovins croissance augmente sa présence auprès des élevages allaitants, notamment les plus grands et suit 21% des vaches allaitantes du département.

Pour 2010, Bovins croissance se fixe comme objectif de poursuivre le travail sur la pesée des génisses et l'accompagnement technique qui en découle. Les suivis déjà effectués montrent qu'en suivant de près la croissance de ses génisses, un éleveur diminue de 60 euros le coût de production d'une future laitière et tire une plus-value de 150 à 230 euros d'une génisse allaitante. La preuve que, même et surtout en période de crise, le contrôle de performances est bien un investissement.

Adapter sa stratégie d'âge au vêlage

Sur l'exploitation de Marie-Anne et Frédéric Fontaine, à Montreuil le Gast, les adhérents de Bovins croissance ont vu tout l'intérêt d'un bon suivi des génisses pour un âge adapté au vêlage. Car, retarder l'âge au premier vêlage augmente le coût de renouvellement. Le réseau des élevages, suivi par les chambres d'agriculture, a chiffré à 1070 euros le coût de production d'une génisse allaitante. En Bretagne, les génisses vêlent en moyenne à 35, 5 mois. "Un vêlage plus précoce ne pénalise pas les performances de reproduction si la génisse avait un poids suffisant à l'insémination, autour des 450 kilos", rappelle Christian Veillaux, conseiller élevage allaitant à la chambre d'agriculture. Par contre, le vêlage précoce pénalise la croissance du veau. Il y a 130 g de GMQ en moins selon que le 1er vêlage ait eu lieu à 2 ou à 3 ans. "Il faudra compenser la plus faible production laitière par un apport de concentrés", conseille Christian Veillaux. De même, le vêlage précoce a un impact sur le poids de carcasse. Au niveau économique, il faut miser sur un potentiel génétique certain et de bonnes croissances pour rentabiliser un vêlage précoce. Tout l'intérêt dépendra du coût de la ration. Pour passer d'un vêlage de 30 à 24 mois, il faudra 1 UF de plus par jour pour la génisse et 120 kilos de concentrés pour son veau pour obtenir les mêmes performances. Mais ce vêlage précoce diminue la durée de vie improductive et fait gagner 180 euros d'EBE. "Si le vêlage des allaitantes à 24 mois a mois d'intérêt en élevage allaitant, passer de 36 à 30 mois serait déjà un gain" assure Christian Veillaux. En élevage laitier, on chiffre le coût de renouvellement à 25 euros/1000 litres, soit autour de 1050 euros par génisse. L'âge au premier vêlage a une conséquence directe sur ce coût. Le quart des éleveurs les plus économes arrive à un coût de renouvellement de 6 euros/1000 litres pour un âge au premier vêlage de 26,5 mois tandis que le quart le plus dépensier est à 47 euros pour un premier vêlage à 30 mois.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
Publicité