Aller au contenu principal

InVivo : toujours plus d’innovations au service des coopératives

Avec la faible récolte céréalière de l’été 2016, le premier groupe coopératif français a connu une campagne difficile. Il a cependant fait preuve de résilience et s’engage plus que jamais dans des transformations de toutes ses branches.

InVivo, avec les 220  coopératives qu’elle fédère, est le plus grand groupe coopératif français. Chaque année, ses dirigeants réalisent un tour de France à la rencontre de leurs adhérents. Le 20  octobre dernier, le directeur général, Thierry Blandinières, était ainsi à La Chapelle-sur-Erdre (44) accompagné de Jérôme Calleau, président de la Cavac et président délégué d’InVivo. Leur objectif était de diffuser le bilan de santé du groupe et d’informer les adhérents sur l’avancement du "plan stratégique by InVivo" lancé en 2014.

Un commerce des grains réinventé

Avec ses 35  % de récolte de blé en moins (moyenne nationale), la campagne 2016-2017 a constitué un sévère crash pour InVivo. L’un de ses principaux métiers est en effet la logistique et le commerce international des céréales de ses coopératives adhérentes. "Ça a été difficile. Les silos ont souffert ! L’export a diminué de 50  % et nous y avons perdu des parts de marché", commente Thierry Blandinières. "Mais notre modèle a prouvé sa résilience, il n’y a pas eu de crise majeure". De fait, la performance économique globale du groupe, mesurée par son résultat Ebitda (1) est de 225  millions d’euros, une hausse de 5,6 % par rapport à l’an dernier.

"On repart sur une campagne normale", assure Thierry Blandinières. Ses équipes vont désormais être fixées sur un objectif : regagner les parts de marché prises l’an dernier par la Russie. "Ils sont très présents sur les marchés. En raison du boycott, ils ont relancé leur agriculture et, désormais, ils exportent ! Ils ont compris que l’agriculture était stratégique  ! "

C’est dans ce contexte très tendu, de prix bas et de trading difficile, que l’union de coopératives a souhaité "réviser complètement le business-model d’InVivo Trading". Pour ce faire, elle a créé une plateforme digitale d’export de blés : InGrains. "Les contrats historiques d’engagement à prix garanti avec les coopératives se transforment en contrats de prestation de trading à tarif préférentiel, dont les flux seront traités par InVivo Trading France via la nouvelle plateforme", décrivent les deux responsables.

Selon eux, InGrains offre plus de transparence au trading et permet aux coopératives adhérentes de s’impliquer davantage, de mieux comprendre le prix des céréales sur le marché physique. "La plateforme démarre fort sur le site de Nantes, notamment parce que nous sommes propriétaires du silo, rapporte Thierry Blandinières. C’est une chance pour la région !"

La conquÍte de la distribution grand public

Autre métier d’InVivo  : celui de la distribution grand public. Sa branche InVivo Retail a ainsi racheté directement 90  magasins de l’Ouest de la France (auparavant sous la tutelle de Terrena et Axereal). Au total, entre franchises et succursales, Gamm Vert compte désormais 1  000  magasins qui font de lui le numéro 1 de la jardinerie en France. Promis dès l’an dernier, les magasins Frais d’Ici, dont l’ambition est de commercialiser les produits alimentaires des coopératives de la région, n’ont pas encore essaimé l’Ouest de la France.

Mais Thierry Blandinières assure que ce sera pour bientôt, avec pour point de départ Angers.

A la pointe de lí'nnovation

InVivo est également très impliqué dans la recherche, le développement et l’innovation. Néovia, sa filiale en nutrition et santé animale, gère We’Nov, vaste centre de recherche sur Saint-Nolff (56). L’un de ses projets majeurs est de créer une ferme du futur qui, tout à la fois, sera un haut lieu de technologies, avec tous les outils connectés nécessaires, et répondra aux demandes de la société en matière de bien-être animal, d’économie circulaire, de durabilité. "Il y a trop de clivages. Nous voulons une construction avec les élus, les consommateurs… Nous prendrons le temps pour ce projet".

L’innovation est aussi présente bien sûr dans les autres branches d’InVivo, par exemple avec Samg, pourvoyeur de solutions logicielles et de services pour l’agriculture (30  000 agriculteurs utilisent ces solutions par le biais de leurs coopératives  !), avec le studio agro-digital, accélérateur de projets, ou encore la filiale BeApi, dédiée à l’agriculture de précision.

Enfin, l’innovation, c’est carrément le cœur de métier de sa branche Food&Tech créée en 2014 pour imaginer l’alimentation et la distribution du futur. E-commerce de produits alimentaires ou de vins, nouveaux aliments à partir de protéines végétales, fermes urbaines… l’union de coopératives entend explorer tous les créneaux correspondant à une demande de marché.

C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’union organise ces prochains jours le concours InVivo Quest. Des étudiants, des start-up et ses propres collaborateurs y sont invités pour proposer un projet sur l’alimentation de demain. Les sélections ont lieu par grande région avant la grande finale à Paris le 12  décembre 2017. Pour l’Ouest, le Village by CA - Atlantique Vendée à Nantes accueillera ce concours le 2  novembre prochain.

 

 

(1) Cet indicateur désigne les revenus d’une entreprise avant soustraction des intérêts, des impôts, des dotations aux amortissements et des provisions sur immobilisations.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité