Aller au contenu principal

JA 56 veut porter haut le manger français

Le manger français, JA 56 en fera le thème central de son assemblée générale, le 14 mars prochain, dès 20h30, à Muzillac. A la salle du vieux couvent, le syndicalisme jeune promet une table ronde dynamique où acteurs de la grande distribution et tenants syndicaux débattront en faveur "d’une solution pour retrouver notre valeur ajoutée".

 

 

C’est de la pointe du Finistère que la volonté du syndicalisme jeune de redéployer le "manger français" a pris son envol, voici une poignée d’années. "C’est un sujet dont on débat beaucoup mais on ne l’avait pas encore traité en assemblée générale", précise Thomas Guégan, éleveur porcin et allaitant à Malguénac, président de JA56. Ce sera donc chose faite, le 14 mars prochain, pour la rencontre statutaire du syndicat. On y entendra des responsables nationaux et régionaux pour débattre du sujet illustré par ce qui est mis en place sur la commune de Grand Champ avec Yves Bleunven mais aussi le positionnement de la grande distribution par le témoignage de responsables de Système U. "De récents sondages montrent que la population est de plus en plus sensible à l’origine du produits, des choses sont en train de s’enclencher. Il faut persister dans cette orientation", estime Thomas Guégan.

 

Evolution rapide de l’étiquetage d’origine France

"Depuis un an, on assiste à une sacrée évolution", se réjouit-il avec pour jauge, les actions JA menées dans les rayons des supermarchés de la région. Le droit d’expérimentation obtenu par la France impose depuis le 1 er janvier dernier et durant deux ans, d’étiqueter l’origine des produits composés de plus de 50 % de lait et plus de 8 % de viande. "Ça va dans le bon sens, des efforts sont faits ", constatent les représentants de JA 56 à la suite des actions menées. "On voit aussi quelques supercheries, des raviolis qui sont passés sous la barre des 8 % de viande pour être sous le radar et baisser les coûts", pointent-ils également, satisfaits pour autant de l’évolution qui "elle continue à la même rapidité, on sera proche de l’objectif des 80 % fixé". Ce sont les marques génériques qui ont été les premières à être estampillées. "Elles ont cherché ainsi une plus-value en augmentant leur chiffre d’affaires au détriment des grandes marques nationales qui traînent des pieds ou proposent des produits avec l’origine, d’autres sans". Une chose est sûre pour ces jeunes éleveurs investis, "on retournera dans les rayons vérifier".

 

Mieux valoriser les productions agricoles

Car derrière, se profile l’enjeu de la valeur ajoutée. "Sur le territoire national nous avons une valorisation correcte de nos produits. On l’a bien vu en porc. Les industriels qui valorisaient une partie de leur production à l’export ne pouvaient pas assumer le prix de 1,40 au kg. Idem en lait où les prix sont bradés sur le marché export", poursuit le jeune producteur. La stratégie serait d’ augmenter la part des produits agricoles valorisés dans l’hexagone. "Nous devons travailler sur ce marché national délaissé sans pour autant se fermer à l’export". Et d’en appeler à la consommation patriotique vers laquelle instinctivement, Allemands et Espagnols, savent se tourner chez eux. "Et c’est sécurisant, cela fait 21 ans sans scandale alimentaire avec une part de responsabilité des producteurs. Ce n’est pas si mal que ça", estiment-ils donnant rendez-vous à chacun pour en débattre à Muzillac, le 14 mars prochain.

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

Le 26 mars à Kerguehennec : de la course au trail de l’agriculture

 

"C’est l’occasion de parler de nous, de mettre en avant le dynamisme du syndicat, de parler de l’installation", enchaîne Kevin Thomazo, secrétaire général de JA 56. Toutes les raisons sont bonnes pour poursuivre l’organisation de la course de l’agriculture pour les JA qui ont décidé pour cette 9 éme édition, de la revisiter. Et c’est un trail matinal de 8 ou 16 km qu’ils proposeront le 26 mars prochain, dans l’enceinte du domaine de Kerguéhennec. Épreuves organisées en partenariat avec l’ACRLP, club d’athlétisme de Locminé. Elles seront assorties également le matin d’une randonnée de 12 km ainsi qu’une marche nordique sur la même distance, mais plus soutenue. Chacun y trouvera donc son compte avec restauration rapide sur place le midi.

Inscription www.klikego.com. Renseignements 02 97 63 80 41, CDJA56@wanadoo.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité